Edward Snowden, le lanceur d’alerte qui a révélé la surveillance des USA

Par Anonyme, le 9 juin 2013Vous en avez marre de ne voir des héros qu’à la TV? vous voulez en voir un vrai?Il ne s’appelle pas Superman, Batman ou spider-man mais Edward Snowden: il s’agit du dénonciateur qui se cache derrière les révélations de documents top secrets concernant la surveillance abusive de la NSA NSA(usa) qui dispose d’ un accès illimité à tous les messages, traces que nous laissons sur facebook, google…et d’autres grandes sociétés américaines.L’homme de 29 ans, ancien employé de la CIA, explique ses motivations, son avenir incertain et pourquoi il n’a jamais voulu se cacher dans l’ombre.The Guardian, après plusieurs jours d’entretiens, vient de révéler son identité à sa demande.« Je n’ai aucune intention de me cacher parce-que je sais que je n’ai rien fait de mal. »

3426889_3_6415_edward-snowden-lors-d-un-entretien-avec-le_84d9d46e363059957f51abf9664ed770.jpg?w=700

Par Anonyme, le 9 juin 2013

Vous en avez marre de ne voir des héros qu’à la TV? vous voulez en voir un vrai?

Il ne s’appelle pas Superman, Batman ou spider-man mais Edward Snowden: il s’agit du dénonciateur qui se cache derrière les révélations de documents top secrets concernant la surveillance abusive de la NSA NSA(usa) qui dispose d’ un accès illimité à tous les messages, traces que nous laissons sur facebook, google…et d’autres grandes sociétés américaines.

L’homme de 29 ans, ancien employé de la CIA, explique ses motivations, son avenir incertain et pourquoi il n’a jamais voulu se cacher dans l’ombre.

The Guardian, après plusieurs jours d’entretiens, vient de révéler son identité à sa demande.

« Je n’ai aucune intention de me cacher parce-que je sais que je n’ai rien fait de mal. »

 

 

Snowden restera dans l’histoire comme l’un des dénonciateurs dont les révélations sont les lourde de conséquence concernant l’Amérique, aux côtés de Daniel Ellsberg et Bradley Manning.

Dans une note accompagnant le premier document qu’il a fourni, il écrivait: « Je sais que je vais souffrir pour mes actes», mais «je serai satisfait si les lois secrètes qui gouvernent notre monde que j’aime sont révélées, même pour un instant. »

Edward espère que la révélation de son identité ne détournera pas l’attention sur les faits de ses révélations. «Je veux vraiment que l’accent soit mis sur ces documents et j’espère qu’un débat sera déclenché chez les citoyens du monde entier afin de décider dans quel genre de monde nous voulons vivre»

« Ma seule motivation est d’informer le public sur ce qui est fait en leur nom et ce qui est fait contre eux. »

Auparavant, il avait une vie très confortable avec un salaire d’environ 200.000 dollars annuels, une petite amie avec qui il partageait une maison à Hawaii, une carrière stable et une famille qu’il aime.

« Je suis prêt à sacrifier tout cela parce-que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d’Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde avec ce système énorme de surveillance qu’il est en train de bâtir secrètement », explique-t-il.

«Je n’ai pas peur, parce-que c’est le choix que j’ai fait. »

Il y a trois semaines, Snowden a fait les derniers préparatifs en copiant la dernière série de documents qu’il avait l’intention de divulguer.

Il a ensuite informé son superviseur du NSA qu’il avait besoin de s’absenter du travail pour «quelques semaines» afin de recevoir un traitement pour une maladie dont il souffre depuis l’an dernier (l’épilepsie).

Le 20 mai, il embarqua sur un vol à destination de Hong Kong, où il est resté depuis. Il a choisi la ville parce-que « ils ont un engagement fougueux envers la liberté d’expression et le droit à la dissidence politique», et parce qu’il croyait que c’était l’un des rares endroits dans le monde qui pourrait et devrait résister aux diktats du gouvernement américain.

Durant les trois semaines qui ont suivi son arrivée, il a été installé dans une chambre d’hôtel. «J’ai quitté ma chambre peut-être un total de trois fois pendant tout mon séjour», a-t-il dit.

Il est profondément inquiet d’être espionné et cache son ordinateur portable lors de la saisie des mots de passe pour éviter de pouvoir être visible par des caméras cachées.

Même si cela peut ressembler à une certaine paranoïa, Snowden a une bonne raison de ces craintes. Il a travaillé dans le monde du renseignement américain pendant presque une décennie. Il sait que le plus grand et le plus secret des organismes de surveillance en Amérique, la NSA, avec le gouvernement le plus puissant de la planète, est à sa recherche.

Il ne sait que trop bien qu’avec la technologie sophistiquée à leur disposition, il sera facile pour eux de le retrouver.

« La seule chose que je crains, ce sont les effets néfastes sur ma famille, que je ne serai pas en mesure d’aider . C’est ce qui me tient éveillé la nuit,» dit-il, les yeux gonflés de larmes.

Snowden explique qu’il admire Ellsberg et Manning, mais il soutient qu’il y a une distinction importante entre lui et l’armée privée.

« J’ai soigneusement évalué chaque document que j’ai divulgué afin de m’assurer que chacun était légitimement dévoilé dans l’intérêt public», a-t-il dit. « Il y a toutes sortes de documents qui auraient fait un grand impact que je n’ai pas dévoilé, parce-que cela porterait atteinte à des personnes et ce n’est pas mon objectif. »

Il a délibérément choisi, dit-il, de remettre les documents aux journalistes dont le jugement lui fait confiance sur ce qui devrait être rendu public et ce qui doit rester caché.

Quant à son avenir, il est vague. Il espère que la publicité des fuites générées à son égard lui offriront une certaine protection.

Il considère que son meilleur espoir est la possibilité de l’asile, avec l’Islande – ayant une réputation de champion de la liberté sur Internet.

« je me sens satisfait car tout cela en vaut la peine. Je n’ai aucun regret. » conclut-il.

http://www.guardian.co.uk/world/2013/jun/09/edward-snowden-nsa-whistleblower-surveillance

Source: http://entre-defenseurs.net/vous-voulez-voir-un-hero-il-ne-sappelle-pas-superman-ou-spider-man-mais-edward-snowden-il-sagit-du-denonciateur-derriere-les-revelations-de-surveillance-abusive-des-usa/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.