William Association L-PEA
Association loi 1901 pour la protection et la libération des animaux dits "d'élevage"
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2020

Little Phœnix Sanctuary, un sanctuaire en danger

Little Phœnix Sanctuary, le sanctuaire de l’association antispéciste L-PEA (Lumière sur les Pratiques d’Elevage et d’Abattage) est situé sur le département de la Creuse.

William Association L-PEA
Association loi 1901 pour la protection et la libération des animaux dits "d'élevage"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bessie, la matriarche du troupeau de bovins

Les premiers animaux ont été accueillis en 2017 mais l’association, qui travaille également à des campagnes d’opposition (Ferme-Usine des 1000 Veaux notamment), a pu consacrer toute son énergie à développer les différents sites d’accueil, ces deux dernières années.

Aujourd’hui, ce sont plus de 50 animaux (bovins, chèvres, cochon, poules, dindes…), sauvés de l’abattoir et/ou de maltraitance, qui bénéficient d’un accueil adapté à leurs espèces, avec des soins optimaux pour tous.

L’association savait le pari de créer une structure à destination d’animaux peu aimés du grand public ambitieux, à plus forte raison sans capital de départ.

Mais, le succès est au rendez-vous avec plus de 130 parrains qui assurent une large part des besoins des animaux. En un mot, l’association reçoit tous les soutiens nécessaires, y compris l’appui de célébrités, telles que Henry-Jean Servat, parrain du sanctuaire.

Et pourtant, aujourd’hui, tout ne tient qu’à un fil, indépendamment de tous les efforts investis. En effet, les sites d’accueil actuels sont soit loués, soit prêtés, la situation peut basculer du jour au lendemain. L’impossibilité de créer des installations fixes empêche tout développement ou amélioration de la structure, en plus d’être génératrice de frais en pure perte qui menacent l’équilibre financier de l’association.

Il fallait commencer avec les moyens du bord, s’assurer que le sanctuaire recevrait suffisamment de soutiens avant de franchir l’étape d’un site définitif. A présent, il est urgent de franchir cette étape afin d’assurer l’avenir des protégés du sanctuaire et de permettre à l’association de reprendre toutes ses activités (enquêtes maltraitance, campagnes d’opposition, sensibilisation…). L’accueil du troupeau de bovins (10 individus) est de plus en plus menacé, les représentants de l’association ne trouvent plus les mots pour transmettre leur angoisse au quotidien, leur crainte de voir tout s’effondrer malgré un avenir prometteur.

Un appel aux promesses de don (vous n’envoyez votre don que lorsque le projet immobilier est validé et certain d’être réalisé) a été lancé pour l’acquisition d’une structure définitive. L’objectif est de 200 000 euros, tous les dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66 %.

Vous pouvez également aider l'association en proposant un corps de ferme avec 10 hectares de terrain, en location-vente, pour des mensualités de 700 euros maximum et un budget total de 120 000 euros. L-PEA a élargi ses recherches sur la France entière !

#LpsSanctuaireEnDanger

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena