USA: lettre ouverte à Nicolas SARKOZY qui refuse de répondre !

Lettre à Nicolas SARKOZY, Président : héritier des crimes français de Vichy-Hitler et décideur supprême de la Justice française.

Pour le Génocide français sur plus de 11 000 enfants juifs innocents, génocide imprescriptible depuis 1994

et leurs survivants, enfants cachés, victimes de kidnapping, d’abus sexuels et de violences…

 

Les présidents d’un petit pays génocidaire et d’un grand pays, le mien !

Copie à Bararack OBAMA, Président des USA et de ma famille maternelle. Liens ADN..…

Article accompagné d’archives américaines et françaises. Dont 1 lettre signée de la main de Nicolas SARKOZY…Président !

 

Monsieur Le Président de la République française,

J’ai l’honneur de vous écrire dans cette affaire en ma qualité de Conseil de Wladimir ZANDT qui m’a chargé d’interpeller votre attention sur la teneur de sa souffrance. Et de ses TRAUMAS. Depuis 1941.

 

La souffrance d’un homme que ni le temps, ni la réparation pécuniaire n’a pu atténuer sinon l’aggraver. Deuils impossibles de toute une vie.

Vous êtes Père, vous comprendrez…

 

Le dernier recours de Wladimir ZANDT est entre vos mains. Vous êtes l’ultime espoir de reconstruction de cet Homme. De 70 ans…Sinon…

 

1941 : Wladimir à 5 mois ! Dans le camp français de concentration et de déportation de Rivesaltes !

Etranger indésirable ! Les faits récents prouvent que rien n’a changé !

L’histoire dramatique de Wladimir ZANDT se résume comme suit : Wladimir ZANDT est né de Perla ZANDT, le 30/12/1940, à Elne (Pyrénées Orientales), d'une mère juive de nationalité polonaise, la Mère et son bébé internés dès mai 1941 dans le camp de concentration et de déportation français de Rivesaltes .

 

Il a été privé de sa famille naturelle dès l’âge de 3 ans et demi : 31 juillet 1944. Drancy-SNCF-Auschwitz…

 

Ses oncles, Morris SAND et Joseph ERBESFIELD voulaient le recueillir aux Etats-Unis d’Amérique (« USA ») où ils étaient établis depuis 1915. Démarche sans succès. Malgré l’avis favorable du consulat américain de Lyon et les démarches des associations juives de New-York. JOINT, HICEM…

 

Selon le courrier du 12 mars 1946, l’OEuvre de Secours aux Enfants (« OSE - France») informe Melle D. VORMUS avoir omis quelques explications complémentaires au sujet de Wladimir ZANDT.

 

Ce courrier indique : « Ce dernier né à Elne en 1940 de père inconnu a été placé à St Etienne. En juillet 45, la famille Bobichon le prit en charge et s’est fortement attachée à lui. Cette famille, riches industriels, - lire les difficultés financières de l’entreprise BOBICHON, document du Tribunal de Commerce de l’Ain, France- voudrait adopter le jeune Wladimir, mais celui-ci est réclamé par deux oncles aux U.S.A. (frère et oncle de sa mère, Perla, famille de sang) et malgré que nous leur ayons fait savoir que leur jeune neveu se trouvait placé dans « d’excellentes conditions », ils insistent pour son départ aux Etats-Unis.

 

Ce désir étant légitime nous y accédons.

 

Nous vous prions donc de bien vouloir contacter, avec aménagement, la famille Bobichon et commencer les démarches en vue de l’obtention du passeport et visa de sortie de l’enfant.»

 

NDA : fiche d’enfant caché trouvée au musée Juif de New-York. Cette fiche prouve que certaines familles françaises d’accueil percevaient, pour chaque enfant caché des Francs de 1943 !

 

Cette famille perçoit entre le 13 mars et le 31 décembre 1943, la coquette somme de…12 390 Francs de 1943… Pour 9 mois de « bénévolat »…Qui parle de l’appât du gain des Juifs ? Pension américaine pour chaque enfant Juif caché, en danger de déportation. Cette famille, menace de dénoncer les enfants, si la « pension » n’est pas augmentée…Après-guerre, les enfants orphelins de Vichy devenaient Pupilles de la nation – ONAC- avec pension française

pour les familles…

 

Un véritable marché « financier » plus qu’humain…

 

Les enfants survivants vous le diront…peu scolarisés…travaillant très jeunes pour « payer » leur « pension »…

 

Wladimir ZANDT a dù chanter pendant les messes et en concerts (PPCA-Nice), pour payer ses professeurs !

 

Quand la France (ONAC) versait aux BOBICHON une pension mensuelle puis une bourse d’études (apprentissage) pour Wladimir Zandt, son identité légale jusqu’en Novembre 1958…

 

En réponse, Melle Denise VORMUS, vivante (rencontrée par Wladimir Zandt, en 2000, à Paris) précise à l’OSE dans une correspondance du 15 mars 1946, qu’une des assistantes a été chargée de rendre visite à la famille BOBICHON à NEYRON . Wladimir ZANDT est mis sous tutelle (3 octobre 1946) sans le consentement de sa famille de sang, son Oncle maternel, le Frère de Perla ZANDT, sa famille ADN non consultée par la Justice française, famille vivant à New-York.

 

Sous tutelle illégale d’un couple français, catholique, sans enfant, mais l’épouse est enceinte de 8 mois et demi (naissance de leur fille, Nicole, le 30 novembre 1946) les époux BOBICHON, qui prétendent, sans avoir fait le voyage à New York, que sa famille n’aurait pas été retrouvée !…

Les BOBICHON qui ont fait baptiser l’enfant juif en 1947 Il est donc élevé dans la religion catholique ! Le couple BOBICHON a négligé de lui faire bénéficier des réparations accordées par la législation allemande du 29 juin 1956 concernant les victimes de l’occupation.

 

Wladimir ZANDT toujours sans réponse, depuis 2 ans, de Monsieur RITZ de la Caisse des Dépôts et Consignations pour connaitre le destinataire des dommages versés à la France, destinés à l’adolescent mineur de 16 ans…Wladimir ZANDT…(et non « Guy BOBICHON ») ! 1948 : Henri BOBICHON adresse une lettre manuscrite à l’OSE…pour « annuler » son départ ! De quel droit ?

 

1955 : puis une autre à l’ONAC Paris (Office des Anciens Combattants et Victimes de Guerre…ONAC en charge des enfants victimes de VICHY, qui connait donc Wladimir puis 56 ans…et ses droits ! Sans jamais réponde à ses courriers ! Dès 1962…1963…

 

A cela s’ajoute la spoliation immobilière de l’appartement de sa mère à Lyon (81 rue Rabelais) que Perla ZANDT occupait avant sa déportation comme l’atteste sa fiche d’internement.

 

Les effets et valeurs que sa mère possédait (bijoux, argent pour assurer son voyage vers new-York et fuir l’Europe et la France, et rejoindre son Frère, Morris, ) lors de ses internements : camp d’Argelès, en 1940, de Rivesaltes, le 10 mai 1941 et de Drancy du 4 au 31 juillet 1944.

 

Avant Le Bourget et Auschwitz. SNCF. « Voyage » facturé par la SNCF au Ministère de l’intérieur. Au tarif de 3ème classe…en wagons à bestiaux, plombés.

 

I/ La privation de Wladimir de sa famille de sang : le dossier de 70 archives de Wladimir ZANDT est toujours détenu par l’OSE France (Paris) depuis 1944, association sous tutelle de 4 Ministères (parmi 7000 autres dossiers d’enfants victimes de la France, dossiers que Wladimir ZANDT a vus dans les caves de l’OSE, en présence de l’équipe de télévision M6, en 2000),

 

dossier dont il a été spolié et volé volontairement par le service public français, jusqu’au 15 juillet 1999…

 

Dossier gênant pour la France, qui fait apparaître que les époux SAND, Morris et Emma, oncle et tante de Wladimir ZANDT, ont essayé à la Libération de faire venir leur neveu aux USA, en vue de l’adopter conformément à la volonté de son Oncle, frère de sa mère.

 

Et l’accord du Consultat américain.

Morris SAND, l’oncle du jeune Wladimir ZANDT a écrit depuis les U.S.A pour prendre en charge légalement, humainement, culturellement son neveu confié au couple BOBICHON, catholique…mais en vain !!! L’oncle a fait toutes les démarches américaines nécessaires et fourni un dossier complet pour faire venir son neveu,le petit Wladimir aux U.S.A :

Affidavits, preuves fiscales, revenus, attestation d’employeur…Et document américain l’engageant jusqu’à la majorité de Wladimir !...

 

Les démarches entreprises par l’oncle n’ont pas pu aboutir face aux mensonges et au refus opposés par les époux BOBICHON et aux dysfonctionnements commis par les autorités et institutions françaises. Les Ministères de tutelle de l’OSE France. 1946 : une réunion de Conseil de Famille afin de nommer un tuteur au petit Wladimir ZANDT.

 

Organisée à la Justice de Paix de MONTLUEL (Ain) car les époux BOBICHON avaient soutenu que la famille de Wladimir n’aurait pas été retrouvée aux Etats-Unis par Melle LEVAILLANT…

 

à part un oncle ou une tante à PARIS, vivant, selon leurs déclarations : « dans un milieu peu recommandable… Juifs ???…» !!!.

 

Tutrice illégale : Juliette VIDAL, de l’OSE…Francine BOBICHON est enceinte de 8 mois…Son mari, nommé « Subrogétuteur »…

 

Pourquoi et comment cette réunion de « conseil de famille » en France et pas à New-York ?

 

Or, l’ensemble des pièces produites aux débats prouvent que ces affirmations sont inexactes !!!!

 

A l’âge de 14 ans, Wladimir ZANDT, découvre en recevant son certificat d’études primaires qu’il ne s’appelle pas « Guy BOBICHON » mais « Wladimir ZANDT » !

 

Pour toute explication le couple BOBICHON lui annonce : « tu n’es pas notre fils…ta mère est morte…nous t’avons adopté » !!!

 

A 13 ans et demi !!!

 

S’ensuit alors une année d’amnésie totale d’une année…pour l’adolescent Wladimir ZANDT.

 

Et Traumas de toute une vie. Par jugement de légitimation adoptive (de quel droit ?) rendu par le Tribunal Civil de Grasse en date du 4 novembre 1958, le couple BOBICHON, adopte illégalement Wladimir ZANDT, sans le consulter ni lui ni sa famille américaine, de sang, 1957 : Lycée agricole d’Hyères, Var, inscrit sous l’identité de « Guy BOBICHON » ! Contre sa propre volonté.

 

Il est alors, depuis l’âge de 8 ans, interne dans les établissements scolaires, jamais présent « en famille »…inscrit sous une fausse identité…acceptée par les chefs d’établissements, par le service public…. Oui, fausse identité…

jusqu’au 4 novembre 1958…« Guy BOBICHON » quand son identité légale est toujours « Wladimir ZANDT »…

 

Wladimir ZANDT subit alors « illégalement ! » le prénom de Guy et le nom patronymique de BOBICHON.

 

Le Président du Tribunal de Grasse signe un document où il est stipulé que Wladimir Zandt est « de parents inconnus »… faux et usage de faux en écriture de l’autorité de Justice…

25 Mai 1962 : j’écris à l’ONAC et à la Préfecture de Lyon. Depuis la caserne de Montélimar !

 

L’ONAC Paris, n’a jamais répondu à mon courrier conseillé par la Colonel BERTIN, à Alger ! Depuis 49 ans !

1943 : Perla, ma Mère, polonaise…écrit en bon Français, quoique immigrée depuis 1938…au Préfet de Lyon. Réponse : refus de résidence à Lyon !

 

Sans motif ( !?)…10 mois avant son arrestation par Paul TOUVIER… …pour Drancy (4 juillet 1944), puis le convoi 77 SNCF du 31 juillet 1944… arrivé à Auschwitz le 4 août 1944…la « rampe », la « douche » et le « four et ses cendres » !!! Merci la France nazie !

Le 14 juin 1962 : je reçois ce courrier de Lyon…du Préfet… Puis j’écris à l’ONAC…sur le conseil du Colonel BERTIN…Alger…sans réponse depuis 49 ans !

 

De 1962 à 1963, Wladimir ZANDT, est incorporé illégalement (pupille de la Nation), dans le service armé pour servir la guerre d’Algérie. Courrier à l’ONAC Paris, toujours sans réponse. Depuis 1963… Malgré les conseils du Colonel BERTIN, Alger.

 

Edith, ma chère Edith : 1940 puis avant son départ en 2002 En 1968, Wladimir ZANDT écrit à la Croix rouge à Genève et retrouve sa sage-femme de 1940 Edith WILD qui a accouché sa mère à ELNE. Témoin vivant, filmée. Commence alors le combat de toute ma vie !!!!

 

Toutes les souffrances et violences sur enfant de 6 ans…liées à ses conditions de vie chez les BOBICHON, surgissent !!!! Dès 1946 !

 

Une vie d’enfant martyrisé, dès le 30 novembre 1946, …dès la naissance de la fille Nicole BOBICHON ! Enfant juif au tragique destin, déraciné, violemment traumatisé et dénaturé !!! Traumas !

 

Sa mère Perla ZANDT a été arrêtée, internée et déportée à AUSCHWITZ par le convoi SNCF de la mort n° 77 du 31/07/1944!!!! Arrêtée à Lyon, le 13 juin 1944, par Paul TOUVIER, français, dans la Synagogue TILSITT…Lyon !

 

Wladimir est témoin dans une série télévisée : « Nazis Hunters », tournée à TORONTO. Ce n’est qu’à l’âge de 59 ans, le 15 juillet 1999 que Wladimir ZANDT obtient communication de son dossier à l’OSE, service documentation…aujourd’hui Katherine HAZAN…

 

ce qui va lui permettre de découvrir (autre trauma) son passé dramatique, celui de Perla, sa Mère et celui de sa famille maternelle américaine (qui lui parle, enfin, l’embrasse et pleure, en 2001).

 

Témoins vivants, filmés…Films et achives américains et français vus par des milliers d’Américains pendant ses meetings dans les Holocaust Centers. Pour la honte de la France…

 

Car, dès 1999, grâce aux archives qui lui ont été volées par les services français, dès 1945…il commence son investigation sur trois continents (budget personnel global de 50 000 Euros) pour retrouver sa famille américaine naturelle.

 

Famille de 30 personnes…qui découvre son enfer français.

 

Une année d’investigation sur Internet, chaque nuit…vers les associations juives américaines, qui regroupent 7 millions de Juifs emmigrés d’Europe,… En 2000, le miracle ( !), de la résilence de Wladimir ZANDT : il retrouve sa famille maternelle juive.

Le 24 avril 2000, sa cousine, celle qui devait être sa Soeur adoptive, Carol ! 9 mois seulement après avoir découvert son dossier d’archives spolié, volé par le service public français : ONAC, Justice,…services sous les ordres de son Président, depuis la Libération !

 

En 2001, il rencontre celle qui aurait du être sa véritable mère adoptive, Emma, l’épouse de son oncle Morris SAND. Dès 1945. Filmée en 2001! En Anglais ! En 2003, Wladimir ZANDT fait annuler son baptême par le Pape, en LR-AR (sous l’identité de « Guy BOBICHON »…) et demande au Grand Rabbin de Strasbourg sa circoncision à l’âge de 63 ans !!! Sous l’identité de « Wladimir ZANDT » !

 

Car de Mère juive ! En 2007, après divers recours à l’ONAC, qui refuse, depuis 2000 de lire ses archives et le Code des Pensions…Les Secrétaires d’Etat successifs…dont les vôtres…MM. SEZILLE et ARNAUD…Caen…

Jamais le service public connaissant mon dossier ne m’a informé, ignorant mon dossier d’archives détenu par l’OSE et ses ministères de tutelle !

 

Car ils me laissent ignorer tous mes droits ! Le titre d’interné politique lui est enfin attribué, avec 59 années de retard ! Vous avez eu par courrier, copie de sa carte d’interné politique due depuis 1948 avec sa pension de victime civile : Code des pensions…du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants ! 65 % d’invalidité permanente !

Vous l’avez invité à votre Garden Party de 2007. Mais comment vous parler, parmi 2000 invités… dont Christian PONCELET, alors Président du SENAT, avec lequel il a pu dialoguer, car lui connait tout le dossier…

Selon le décret du 22 juin 2009, François FILLON, votre Premier Ministre et Rachida DATI, votre Ministre de la Justice, « autorisent » « Guy BOBICHON » à porter son véritable prénom et nom Wladimir ZANDT. Mais avec la nationalité française, illégale depuis 1946, date de son adoption américaine par son Oncle, MORRIS, américain !

II/ Le devoir de mémoire : Wladimir ZANDT souhaite pouvoir faire, enfin, son deuil de son enfer français et tourner définitivement les pages noires sur ses 65 années de vie et de mensonges volontaires français et d’ignorance et de pratique de ses origines, de sa véritable culture et religion. Le 26 janvier 2000, Monsieur Jean-Pierre MONESTIE, rapporteur général auprès de la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’occupation, Service du Premier Ministre, (« la Commission »), déclare que :

 

« Non seulement Wladimir ZANDT n’a jamais demandé ou obtenu de réparation quelconque mais au contraire, sa famille adoptive illégale « (française »), dans le dessein d’effacer tout lien avec sa mère naturelle, a fait échec tant aux démarches entreprises par le frère de celle-ci depuis les Etats-Unis en vue d’une adoption, qu’aux possibilités d’indemnisations allemandes signalées par l’OSE le 18 février 1958. Wladimir ZANDT est donc fondé dans sa présente requête à demander réparation à la Commission » . A la France ! NDA : 1946, le service public ose écrire, note signée F.L., honteusement anonyme… « l’Aide aux Mères, qui laissa entrevoir que la garde de cet enfant, lui serait laissée dans le cas où la mère viendrait le réclamer… » Wladimir ZANDT a obtenu le 28 janvier 2000 de la Commission une indemnité de 15 244,90 € (100 000 francs !!!) en réparation du préjudice matériel lié directement au pillage des meubles meublants et des biens professionnels volés à sa mère. PERLA ! Il a également obtenu de la même Commission en 2002, sans avocat, une indemnité de 12 000 € ( !!!) au titre du préjudice « moral » pour financer ses voyages vers sa famille maternelle américaine…

 

Et rencontrer, enfin, EMMA, sa Mère adoptive depuis 1945, filmée 3 fois, en Californie…

Filmés aussi tous les acteurs de ce drame humain subi par un enfant juif, innocent, sur « YouTube » : famille américaine et 7 bénévoles ni juifs ni français qui lui ont sauvé la vie, entre 1940 et 1944…Et des centaines de photos des 30 membres de sa famille américaine. Vivante ! Ces indemnisations n’ont pas permis à Monsieur ZANDT de faire son deuil !!! Traumas depuis 1941…

 

Wladimir ZANDT cherche aujourd’hui une véritable réparation par rapport à l’implication de l’Etat français dans l’ensemble des préjudices qu’il a subi (depuis 70 ans) et notamment son enlèvement et kidnapping à sa famille de sang légitimés par les autorités et juridictions françaises. Complices. Wladimir ZANDT souhaite vivement rendre hommage à la mémoire de sa mère juive, PERLA, internée dans plusieurs camps français, d’abord enceinte en 1940 (Argeles) puis avec son bébé en 1941, (Rivesaltes), déportée et exterminée à AUSCHWITZ en 1944. Wladimir ZANDT veut essayer d’oublier ses souffrances !!! Et ses traumas obsessionnels !

La souffrance d’avoir été privé de sa famille de sang, d’avoir été privé de l’affection et du regard qu’aurait porté sur lui son oncle, décédé hélas en 1984. Il aurait pu vivre avec lui durant 23 ans, depuis sa majorité…A New-York et à Miami ! Aucune indemnité pécuniaire ne peut permettre à Wladimir ZANDT de compenser les absences familiales et culturelles perdus à jamais !!! Sinon ce qui lui est dù par les lois internationales : Droits de l’Homme.

 

Wladimir ZANDT a constitué un mémoire de 1500 archives américaines et françaises et 200 heures de vidéos (Autriche, Espagne, Mexique, Portugal, Suisse, Canada, USA, Amérique latine, Brésil,…) d’interviews réalisées avec sa caméra, des dizaines de témoins, vivants sur l’écran de son « Laptop »…et les écrans universitaires…

 

Archives sur 5 disques durs externes, déjà protégés dans sa famille maternelle américaine, offertes à tous les Holocaust centers universitaires de 3 continents, pour ses meetings de 500 étudiants et adultes, en 5 langues, relatant le drame vécu par sa mère et par lui-même en tant que juifs victimes de la France. Sa souffrance est sans nom !!! Invité dans le monde entier…

 

Pour que ce passé dramatique, inhumain, ne puisse être oublié, Wladimir ZANDT oeuvre sans relâche depuis 1968 pour le devoir de mémoire ! La responsabilité de l’Etat Français dans son histoire dramatique est évidente résultant des législations antisémites appliquées tant par l’occupant que par les autorités de Vichy. 1940. Et de la complicité du service public français, dès 1945…

 

C’est la raison pour laquelle, Wladimir ZANDT, vous prie de bien vouloir reconnaitre la part de responsabilité de l’Etat français dans la chaine des responsabilités ayant conduit à son drame familial. Vous trouverez ci-joint toutes les pièces nécessaires à l’examen du dossier. Monsieur Wladimir ZANDT, se tient également à votre entière disposition pour vous rencontrer et vous apporter tous les renseignements supplémentaires. Vous rencontrer, comme il vous l’a écrit en Juillet 2007. Votre lettre (signée par vous) de 2007 toujours sans suite…

Wladimir ZANDT est toujours prêt à vous rencontrer, avant de témoigner dans les universités américaines. Dont l’Holocaust Center de Washington…le plus grand du monde, : 5000 salariés dont 4500 salariés à temps plein rémunérés par l’Etat américain et 500 bénévoles du monde entier…qui ont fui la France et l’Europe nazies…

Centre qui l’envoie en mission dans le monde entier ! Avec qui je suis en relation quotidienne en 5 langues, grâce à SKYPE !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.