Wolfram
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2012

Wolfram
Abonné·e de Mediapart

"Smart Borders" - Les Nouvelles Frontières Hi-Tech de l'Europe

Wolfram
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Des chercheurs critiquent les nouveaux concepts de l'Union Européenne en termes de
sécurité aux frontières comme une exagération inutile. Une étude allemande dit que les projets sont
coûteux et inefficaces.

A l'avenir, des « smart borders » (« frontières intelligentes ») devraient protéger les
frontières extérieures de l'Union Européenne – à la fois contre les immigrants illégaux, les criminels
et les terroristes.

La Commission Européenne, qui rédige les projets de lois correspondantes, entend déployer
la haute technologie pour sécuriser les frontières. Elle a initié plusieurs projets en 2008, sous les
auspices du European Border Surveillance System (Système Européen de Surveillance des
Frontières, EUROSUR), dirigé principalement contre l'immigration illégale.

Mais la Fondation Heinrich Böll, un institut de recherche affilié au parti des Verts allemand,
a commandé une étude sur le sujet, qui a été publiée sous le titre « Borderline ».
Un des auteurs est Ben Hayes de l'organisation britannique de défense des droits de l'homme
Statewatch. Il dit que l'assurance de la Commission Européenne qu'EUROSUR aidera à sauver les
vies d'immigrants en bateau sur la Méditerranée cache ses réelles intentions : « Nulle part dans le
projet y fait-il mention que les réfugiés doivent être sauvés ou de ce qui doit leur arriver. A la place,
des soit-disantes 'opérations de repoussoir' sont utilisées pour garder tous les réfugiés loin des
frontières de l'Europe. »

La Commission prétend que l'introduction de systèmes de frontières intelligentes avec des
contrôles biométriques a pour but de détecter des « traînards », des personnes qui entrent dans l'UE
légalement, comme avec un visa, mais qui ensuite restent illégalement même après que le visa ait
expiré. Mais les auteurs de l'étude Borderline doutent que les bénéfices en justifient l'énorme coût.
Après tout, quelques 100 millions de personnes traversent les frontières de l'UE vers des pays tiers
chaque année. Capturer chacun d'entre eux demanderait la création d'une base de données d'une
taille sans précédent – un cauchemar pour ceux qui sont concernés par le respect de la vie privée.

Techniquement, les visées d'EUROSUR sont extrêmement complexes et ambitieuses – le
projet est censé pouvoir détecter le moindre petit bateau bougeant vers l'Europe sur la Méditerranée
et l'Atlantique Nord.

Ceci inclura de nouveaux systèmes de surveillance comme des drones et des satellites –
mais, selon Borderline, l'UE a manqué de commander une étude de viabilité technique ou financière
de la part d'experts indépendants. « Les seules personnes à qui on a demandé si ça pouvait marcher
techniquement étaient les entreprises de technologie en sécurité, » a dit Hayes.

Hayes croit que la décision de compter prioritairement sur la technologie pour s'occuper de
l'immigration illégale repose sur un lobbying efficace de l'industrie de la sécurité. « Vous n'avez pas
besoin d'être un génie en mathématiques pour vous rendre compte que les entreprises de sécurité et
de technologie vont gagner beaucoup d'argent si des systèmes de contrôle des frontières intelligents
sont installés à chaque passage de frontière et chaque aéroport des 27 pays membres de l'Union
Européenne, », a-t-il ajouté.

Bien que la Commission Européenne ait lancé le projet smart borders en 2008, le Parlement
Européen n'a pas voté à ce sujet avant 2012. Le parlement a été présenté avec un fait accompli,
disent les auteurs de l'étude.

L'euro-députée des Verts Ska Keller, qui a initié l'étude, partage leurs craintes. Formellement
parlant, le parlement pourrait toujours rejeter le projet, mais ce ne serait pas réaliste après que tant
de temps et d'argent ait été investi. Peut-être que des améliorations peuvent être faites en termes de
respect de la vie privée, dit Keller : « Si vous construisez de si grandes bases de données, comme
prévu, cela suscite des envies très rapidement. »

Keller dit qu'elle manque d'objectivité politique sur tout le débat sur la sécurité aux
frontières de l'UE : « Il n'y a pas eu de réflexion autour de ce qu'est le problème et de ce qui pourrait
être une solution appropriée. On nous offre une solution hi-tech pour un problème qui n'existe pas à
cette échelle. »


Auteur : Rachel Gessat / sgb
Editeur : Ben Knight
Source : http://www.dw.de/dw/article/0,,15995226,00.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart