Voter joyeusement

Comment se libérer du poids du vote utile et choisir positivement sans regrets ni remords?

Pour voter joyeusement, le vote devrait toujours être positif même le "vote utile" et surtout jamais contraint. Il ne faut donc jamais indiquer un refus, un dédain en votant car c'est alors un acte plein d'affects tristes. Voilà quel pourrait être le principe de la liberté du vote sans remords, sans regrets, sans mépris.

Dans le système du scrutin uninominal majoritaire à deux tours, au premier tour on choisit, au 2e on élimine. Voilà le problème du " vote utile" quand on ne veut pas être obligé d'éliminer. Cette difficulté n'existe pas dans d'autres types de scrutin.

Quand on a choisi au 1er tour et qu'on ne peut plus choisir en formulant un vote d'adhésion au second, que fait-on et ce, même si le vote est obligatoire? On vote blanc ce qui serait faire le choix de ne pas être obligé d'éliminer. Et dans ce cas le vote blanc reste un choix positif, de refus du pire candidat. On peut aussi s'abstenir.

Mais quand les deux candidats du 2e tour sont "aussi pires" l'un que l'autre, on ne peut pas du tout faire un choix sauf un choix de soumis. C'est le cas entre Macron et Le Pen, alors on peut faire le choix de ne pas être obligé de choisir. C'est le second choix positif après celui de ne pas être obligé d'éliminer.Donc on s'abstient.

C'est simple quand on ne veut pas exprimer une adhésion, alors on refuse le choix par défaut qui nous est imposé parce que ce n'est pas un choix. Les injonctions des puissants ne changeront rien à la situation.

L'hystérie des médias des milliardaires qui prévoient la catastrophe vise à faire de nous des soumis tristes vidés de notre liberté d'agir. Mais le front national est un parti autorisé à participer aux élections. Cela signifie qu´il peut l'emporter et s'il est dangereux, il fallait l'interdire.

Il n'a pas été interdit donc demander aux citoyens de l'interdire par leur vote c'est demander qu'ils se prononcent à la place des députés élus pour cela. Cela est contraire au système représentatif en démocratie ou alors il fallait, avant le scrutin organiser une consultation populaire et poser la question: " faut-il oui ou non autoriser le Front national?". 

Frapper son mea culpa sur la poitrine des autres est grotesque et triste. Cela ne peut pas nous enlever le pouvoir de ne pas faire qui est aussi puissant que le pouvoir de faire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.