Deux candidats au PS, c'est un de trop!

Pour plus de clarté, Hollande doit dire qu'il appelle à voter pour Macron et qu'il demande à Hamon, celui de la primaire, de se retirer pour Macron, le seul candidat de la " gauche identitaire de gouvernement" .

image

Il n'y a jamais eu deux candidats au PS mais un seul. C'est M. Macron. Cela devient de plus en plus clair à entendre les propos du président de la République. Avec le 1er tour qui se rapproche, la" gauche identitaire de gouvernement " qui voyait venir le boulevard pour son candidat commence à douter. Forcément, cela incite moins à la prudence. On perd ses nerfs. Inimaginable un deuxième tour sans le candidat plébiscité par les milliardaires, les banques, les organes de presse quasiment unanimes même ceux qu´on croit de gauche, la droite allemande et une partie de la droite LR en France. 

Car la vraie nouveauté de cette élection est le rapprochement du PS et de la droite car sinon comment pourra-t-il gouverner sans majorité parlementaire?  Il le pourra avec les ordonnances et le 49-3 comme le fit Rocard à 28 reprises, un record, ce qu'il prévoit. C'est le parti de l'oligarchie que Valls rêve de diriger avec le programme de la droite allemande. Voilà que s'avance le vrai clone de Hollande en pire.  Ce nouveau parti est l'aboutissement la multiplication d'actes politiques soutenus par la droite et de rencontres comme celle du 4 avril 2016 au théâtre Dejazet organisée par la branche française d'un think tank néoconservateurs états-unien ( the american jewish comittee) avec la fondation Jean Jaurès du PS et la Fondation pour l'innovation politique, liée aux Républicains. Rencontre ponctuée par" bien sûr, il y a l'économie et le chômage mais l'essentiel c'est la bataille culturelle et identitaire" ( Valls).

La " nouvelle gauche identitaire" de gouvernement. 

Laurence Rossignol avait déjà évoqué les " franco-musulmans" (peut-être ont-ils des attaches en musulmanie?). Patrick Kramer , ministre de la ville, " la centaine de Molenbeek Francais !", Alain Vidalies justifiant les contrôles policiers au faciès, Pascale Boistard se déclarant pour l'interdiction du " voile" à l'université...Valls: " les groupes salafistes sont en train de gagner la bataille idéologique et culturelle dans l'islam en France". L'obsession sécuritaire, identitaire et inégalitaire est devenu le triptyque d'une nouvelle république porté par un mouvement qu'ils appellent "le Printemps républicain"  et la gauche populaire crée par un " politiste" qui théorise" l'insécurité  culturelle" des masses populaires perdues face à la montée de la menace culturel de l'islam. Tout cela fait la part belle à l'inégalité et à la stigmatisation d'une partie des Francais au nom d'une pureté racinaire fantasmée à protéger. Elizabeth Badinter ( sur Slate): " une partie de la gauche est impregnée de l'idée que toutes les cultures se valent et que nous n'avons rien à leur imposer..." Non Madame, toutes les cultures sont également respectables et nous n'avons rien à leur imposer et pourtant nous n'arrêtons pas de le faire.

Il faut se souvenir que cette stigmatisation pour ne pas dire plus de nos compatriotes de confession musulmane commence en 1989 dans les médias par l'affaire du foulard de deux collégienne de Creil à qui le principal refuse l'accès de l'établissement invoquant le principe de laïcité comme si c'était la première fois que cela arrivait comme si les enseignants ne faisaient pas leur travail d'éducateurs qui fait que très généralement les jeunes filles enlèvent leur foulard pour ne plus jamais le remettre.

 Pierre Bourdieu dira" c'était une stigmatisation qui en cachait une autre " les arabes dehors!" D'ailleurs le principal a fait ensuite une carrière politique à droite. Et puis de glisser petit à petit vers la gauche " décomplexée" celle qui endosse " l'ennemi intérieur ", l'Etat d'urgence, une police surarmée, "l'invasion des migrations"...Tout ceci fait la politique la moins respectable qui soit. Huertas de Mediapart : "Valls met un voile sur le chômage" et tous les échecs du quinquennat Hollande.

 

Le deuxième candidat du PS, choisi lors d'une primaire qui laisse quand même pas mal de doutes sur sa régularité notamment au premier tour. Hamon, dans le dispositif, joue un rôle particulier, il tient l'aile gauche de la "gauche de gouvernement" pour ne pas trop dériver à droite, Par ailleurs sa mission est de phagocyter les thèmes de la France insoumise, de faire de la surenchère quand c'est possible. C'est le candidat-rabot. Valls n'aurait pas été crédible dans le rôle.

Il fallait pour que tout se déroule au mieux que le vote utile fonctionne à plein pour Macron et donc que Le Pen soit qualifiée pour le 2e tour et non pas Fillon. Celui-ci s'étant un peu trop habillé en " chevalier blanc" et en "monsieur propre", il n'était pas difficile de lui trouver des casseroles....et faire en sorte que la panoplie soit offerte à Macron, les médias même les plus critiques ne trouvant rien à reprocher à un banquier d'affaires entourés d'apprentis requins, enfin peut-être un service rendu  à Servier et ses médicaments dans le programme mais chut.....

Mais parfois tout ne tourne pas comme on veut. Le fin stratège s'est un peu trop surestimé. A 9 jours du 1er tour la bande des 4 est donnée à 20% avec une marge de 3 à 4% par les sondeurs. Tout et n'importe quoi peut arriver. On commence à les voir sortir du bois avec pioches et marteaux: Mélenchon est habillé pour l'hiver en Lénine, Castro et autre Chavez, Fillon est mouillé par Bourgi pour l'histoire des costumes. Il n'aurait pas rendu les bons, On a vérifié les boutons, j'espère...Ça coince dans la stratégie. Vivement que ce quinquennat se termine, que Hollande devienne président de la Commission européenne et qu'on passe à la VIe République. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.