Cambodge: crise du dispositif d’intervention d’une puissance étrangère

Le gouvernement vient de mettre en crise le dispositif d’intervention des États-Unis qui font savoir que c’est la fin de la démocratie. A Mediapart on les croit car ils ont été tellement expemplaires qu’on n’image pas d’autres versions.

E. Plenel 19/11/17, parlant avec justesse de l’attitude de Valls...
« ...Journalistes, notre métier, par l’enquête, le reportage ou l’analyse, est toujours d’apporter de la nuance et de la précision, de la complexité et de la contradiction.. »

Fortes paroles qui ne s’appliquent pas à l’article sur la situation au Cambodge du 17 novembre qui a repris sans critique et sans nuances la position d’une des parties, celle de la droite républicaine des Etats-Unis (et
des journaux main stream) qui interviennent dans ce pays sans retenu...depuis 1953 avec les résultats catastrophiques que l’on sait et qu’il faudrait laisser faire en condamnant ceux qui résistent parce qu’autoritaires!

Voilà le titre de l’article « Au Cambodge, la dissolution du parti d’opposition marque la fin de la démocratie”alors qu’on a surtout vu le gouvernement mettre en crise le dispositif d’intervention, encore qu’incomplètement, d’un pays étranger dont le parti libéral, succursale du parti républicain
tendance faucon, est l’atout majeur.

Ce n’est pas démocratique selon qui? Selon le parti qui en 2013, sans raison, a bloqué le fonctionnement des institutions pendant un an avant que de chercher une confrontation violente?

Si Mediapart n’avait pas les moyens d’une enquête véritable, il fallait s’abstenir, c’eût été plus honnête.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.