Front de Gauche : de l'initiative du Réseau des Associations

Des militants du Front de Gauche de plusieurs départements ont décidé de prendre à bras le corps le problème de la crise politique qui traverse le Front de Gauche depuis les élections municipales de 2014 et font le pari de relier les associations et collectifs Front de Gauche à adhésion directes et à fonctionnement horizontale qui se multiplient dans les territoires. Ceci est le texte de lancement du site http://www.asso-fdg.fr , plateforme de discussion et d'outils à disposition des associations.

Qui sommes-nous ?

« N’attendez pas les consignes »... C’est ce que nous avons fait ! L’idée de ce site est partie d’un petit groupe informel de militant(e)s, groupe qui s’est rapidement élargi à d’autres camarades au gré des contacts établis sur les réseaux sociaux. Un compte facebook a été immédiatement créé et nous travaillons encore actuellement au développement du site (qui est loin d’être finalisé).

Les premières réactions sont largement positives. Vous êtes déjà nombreuses et nombreux à nous écrire, à nous questionner sur nos intentions, etc. Certains s’étonnent même que cette initiative ne soit pas le fait d’organisations... Tout cela nous encourage !

Concernant nos objectifs et nos motivations, nous allons tenter d’être le plus explicites possible dans le texte qui figure ci-dessous.

Concernant le caractère quelque peu « spontanéiste » de notre initiative, la réponse est pour nous évidente. Notre volonté est d'oeuvrer au développement du Front de Gauche. Nous souhaitons, comme nous l'expliquons plus loin, que celui-ci dépasse la forme du cartel, pour évoluer en un mouvement pluraliste, faisant converger acteurs/actrices du mouvement politique, social, associatif, altermondialiste, syndical, féministe, etc. Tout en privilégiant en permanence la communication horizontale.

Partout en France, de multiples initiatives se prennent pour créer des collectifs, associations à adhésions directes. Cette démarche ne s'oppose pas aux organisations aujourd’hui constitutive du Front de Gauche. D'ailleurs, si l'on prend le dernier exemple en date, celui de Marseille, l'association qui a vu le jour regroupe organisations politiques et « non encarté-es » (le bureau de l'association étant composé pour moitié de représentants d'organisations et pour moitié « d'individuel(le)s).

Pour nous, notre action vise à appuyer ces efforts, à créer des synergies, à aider les associations et collectifs Front de Gauche à se constituer et à se développer.

Enfin, notre seule crainte est d’être dépassé par notre succès ( !) et de ne pas parvenir à gérer les afflux de messages... C’est pourquoi nous ferons régulièrement appel à vous pour nous communiquer les informations dont vous disposez sur l’activité des associations FDG, pour envoyer des textes, étendre notre réseau, etc.

Fraternellement L’équipe du site

Sur nos motivations et objectifs...

L'initiative de créer cet espace web est partie de plusieurs constats.

1 ) Selon nous, le Front de gauche demeure une opportunité politique exceptionnelle pour envisager, de manière réaliste, la refondation d’une vraie force de gauche, porteuse d’émancipation et de rupture et de transformations sociales radicales. Par ailleurs, il s’avère que bien des participants au Front de Gauche sont disposés à envisager de nouvelles formes de pratiques, de nouvelles formes d’organisation, des remises en cause de nos « logiciels » de pensée habituels

2 ) Ceci dit, le FDG, dans sa forme actuelle de simple cartel, doit être dépassé pour avoir un avenir. En effet, la logique des cartels, que ce soit au niveau national ou local, est bien trop souvent synonyme de logique de « patriotisme d’appareils », aux conséquences pour le moins contre-productives ! Bien trop fréquemment les partis tendent à défendre leurs propres intérêts, en refusant obstinément toute véritable innovation organisationnelle.

3 ) Les rapports des citoyens, des salariés, au militantisme ont changé. Chacun(e) doit avoir la possibilité de s’investir en fonction de ses moyens et de son temps disponible, sur les sujets qui le motive, sans que « l’organisation » ne lui demande sans cesse de se comporter comme un « militant » présent de partout, tout le temps. Ce sont les modalités même de la participation à un mouvement qui sont à repenser. La forme « classique » du parti n’est plus pertinente...

 

A la suite des ces trois premières observations, nous commençons à être nombreux(ses) à penser que la solution organisationnelle pour le Front de Gauche serait la construction d'un vaste mouvement de collectifs et associations « Front de Gauche », à adhésion directe. Il faut noter qu’actuellement une quarantaine (ou plus ?) d’associations de ce type existerait en France, avec des formes diverses.

Ce mouvement ne se limiterait pas aux milieux politiques « traditionnels » de la gauche dans ses différentes tendances (il va de soit que pour nous, le PS n’est pas la gauche). Il permettrait de faire converger des luttes, d’être un espace d’échanges et de débat entre diverses organisations du mouvement social (associations, collectifs de lutte, syndicats de base...). Chacun conservant son autonomie de positionnement et d’action. Mais l’idée n’est pas non plus de cultiver les localismes étroits car ce serait oublier que le fédéralisme sert à unifier à de vastes échelles, sans centraliser.

Pour construire cela, il faut les initiatives adéquates.

Si l’initiative pour la 6eme République, l’appel pour des Assises du Front de Gauche ou encore les « collectif AAA » ont toutes leur intérêt, ces actions ne permettent pas de préparer la restructuration du Front de Gauche (dans le sens fédéraliste que nous évoquions précédemment).

Par conséquent nous considérons indispensable

  • de décloisonner un certain nombre d’espace militant
  • de se doter d’outils permettant d’échanger directement entre les militant(e)s qui oeuvrent aujourd’hui à la création et au développement des associations et collectifs Front de Gauche citoyens.
  • d"épauler ces associations et collectifs en partageant les documents, les textes argumentaires, les travaux de réflexion sur le projet de société...
  • de constituer un ANNUAIRE de ces associations et collectifs pour que chacun puisse communiquer transversalement avec tous les autres...

L'ambition de "Asso-FDG" est donc celle-ci : être un outil mis à disposition des associations et collectifs Front de Gauche à adhésions directes.

Mais nous souhaitons également ne pas nous arrêter à ces aspects organisationnels, même si les tâches déjà définies précédemment représentent une somme importante de travail.

Notre constat politique est aussi que nous manquons cruellement d’axes forts qui soient lisibles, intelligibles par le plus grand nombre.

Des axes forts qui seraient exprimés non pas via un discours « langue de bois », avec des formulations rabâchées depuis des décennies et qui ne « portent » plus.

Ce dont nous manquons, c’est d’initiative, d’audace, pour libérer l’imagination des citoyens, pour qu’eux-mêmes inventent des solutions et des réponses, que ce soit sur la question de l’organisation du travail, de l’exercice de la démocratie politique, sur la transition énergétique ou l’organisation de la ville…

Bref, il nous faut faire du brainstorming à grande échelle ! Il nous faut travailler sur le projet de société, dans ses multiples aspects, toujours en privilégiant les expériences de terrain. Sur la VIème République par exemple, il ne suffit pas de crier « Constituante, constituante », encore faut-il être capable de formuler des propositions concrètes et opérationnelles !

Ce sera le second objectif de "Asso-FDG". Un espace d’élaboration « utopique » (au noble sens du terme) au service du développement des associations et collectifs Front de Gauche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.