Le Camp du "non" de nouveau majoritaire

Les sondages prédisent ils l'avenir sur l'élection de notre futur président? En tout cas ils montrent déjà une chose : le camp du non est enfin à nouveau majoritaire dans le paysage politique. Explications

Non à 54.67%!

C'était le cataclysme, l'armaggedon promis par toute la classe politique et mediatique dirigeante. La France et les Pays-Bas disaient NON au projet de Traité constitutionnel Européen. Il ne fallait surtout pas dire non car "on ne savait pas comment faire autrement". Force est de constater que visiblement ils ne savaient pas faire grand chose de toute façons.

Suite à ce vote, les Français élirent deux ans après un européiste convaincu en la personne de Nicolas Sarkozy qui eut le toupet d'imposer à la France un traité refusé par une large majorité et d'en rajouter un second juste avant de partir : le TSCG que sa majesté Hollande a eu l'honneur de ratifier. Dés lors si l'on s'amuse à additionner les résultats des candidats pro-UE, en 2007 et en 2012 à deux reprises, les Français votent à majorité pour les candidats du OUI. Paradoxal n'est ce pas?

A l'étude de leur programme, seuls deux candidats restent des pro-UE convaincus : Macron et Fillon. Tous les autres sont issus du camp du non qui a très largement progressé depuis 2005 puisque nous approchons des 60% d'intentions de vote. Certes le camp du non est très hétérogène puisque les solutions sont très diverses entre la renégociation des traités, le Frexit unilatéral... Mais au delà des étiquettes politiques, et je ne cache pas la mienne qui se résume en la lettre Φ; nous pouvons déjà constaster cette formidable dynamique du camp du non qui ne peut laisser indifférent.

J'ose espérer que notre nouveau président saura en tenir compte quoiqu'il arrive car plus que jamais, les Français rejettent l'union Européenne telle qu'elle existe aujourd'hui et la politique qu'elle impose par les traités actuels : l'austérité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.