XAVIER CHARMOY
Libraire et Galeriste
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2011

XAVIER CHARMOY
Libraire et Galeriste
Abonné·e de Mediapart

Turquie-Arménie: le retour de l'Inquisition

C’est peut être pour avoir été élève de Sainte Pulchérie à Istambul, au seuil de l’enfance, il y a cinquante ans, que je me sens concerné par ce débat ouvert une fois encore à l’Assemblée par des apôtres de la pensée morale sans rapport avec la raison d’être du droit.

XAVIER CHARMOY
Libraire et Galeriste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est peut être pour avoir été élève de Sainte Pulchérie à Istambul, au seuil de l’enfance, il y a cinquante ans, que je me sens concerné par ce débat ouvert une fois encore à l’Assemblée par des apôtres de la pensée morale sans rapport avec la raison d’être du droit. Mais quand on voit l’Assemblée Nationale n’avoir d’autres préoccupations plus urgentes que le vote d’une loi « sur la résur la lutte contre le racisme et sur la repression de la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi », on se dit qu’il faut absolument défendre la liberté de penser l’histoire qui n’est qu’une des facettes de la liberté tout court.
Qu’on ne se méprenne pas : les génocides sont des épisodes ignobles de l’histoire des peuples. La France n’a aucune leçon à donner au monde, ne serait-ce qu’à cause de la Vendée ou de l’Algérie.
Mais si le génocide arménien, dont il est ici question, est insupportable, il relève désormais de la condamnation de l’histoire, d’un coté, et de l’autre, du travail conjoint de mémoire entre la Turquie et l’Arménie pour que ces pays parviennent à une coexistence pacifiée et envisagent un avenir plus serein. Les leçons de la France sont inutiles et hors de propos. Quatre cent mille voix d’Arméniens en France, à supposer que cette loi les satisfasse, ne valent pas de rompre avec ce principe fondamental de la liberté de penser et de s’exprimer. Car c’est de cela qu’il s’agit : interdire l’expression d’une autre opinion que celle de l’Etat, d’une pensée officielle et ayant force de loi avec sanctions lourdes à la clef . Plus généralement, les lois mémorielles sont le reflet d’une évolution du politique vers une uniformisation de la culture au service des gouvernants. Désormais, le petit père du peuple pense pour vous. Les Français savent bien, d’ailleurs que s’il y avait quatre cent mille Turcs en France, la brosse démagogique fonctionnerait autrement.
Les politiques font l’histoire, ils ne l’écrivent pas. Peut être qu’aujourd’hui, ne supportant plus leur propre impuissance, ils se valorisent en emmerdant leurs citoyens par les oukases de la pensée obligatoire. Les lois mémorielles sont une insulte à l’intelligence des peuples. Ceux ci savent parfaitement l’ignominie des certains faits historiques, comme les génocides ou les massacres d’innocents au nom d’idéologies plus ou moins folles. Mais l’histoire appartient aux historiens qui doivent débattre et éventuellement juger dans des procédures contradictoires.
Qu’adviendra-t-il si ne peut s’exprimer que la voix officielle parce que l’autre serait bâillonnée par la menace d’amendes ou de prison?. Un seul mot à dire à ces députés : laissez la vertu aux religions et l’histoire aux historiens. Faites votre travail pour sortir au plus tôt la France de l’ornière. Et foutez nous la paix !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid