Le WC connecté ou la fin du secret médical

Les complémentaires-santé, devenues obligatoires chez tous les salariés, manifestent un grand intérêt pour les données de santé de leurs clients. L'association avec le développement des objets connectés peut conduire à un mélange détonnant, faisant exploser la notion même de secret médical.

"Zéro tracas, zéro bla-bla" c'est par ce slogan que fut réveillé ce matin-là Monsieur Arthur, par l'intermédiaire de son iPad branché sur Europe 1.

On était le 1° janvier 2017, il était 5h55 du matin.

Se maudissant d'avoir accepté cette invitation pour le 1er janvier qui l'obligeait à se lever aux aurores et encore embrumé par les libations de la veille, Monsieur Arthur entendit dans un demi-sommeil d'autres propositions de complémentaires-santé, toutes plus solidaires les unes que les autres, s'offrant au choix de son employeur.

Puis il se dirigea d'un pas hésitant vers les WC sur lequel il s'installa, tenant à la main son iPad qui diffusait maintenant les informations de 6 heures. C'est alors que couvrant la voix de Thomas Sotto s'éleva une autre voix, sortie directement de la cuvette du WC : "Bonjour Monsieur Arthur, je dois vous parler d'une affaire  concernant votre santé…"

Éberlué Monsieur Arthur se pencha sur la cuvette : " Mais… mais qui êtes-vous ? "

L'image de son interlocuteur lui apparaissait comme venue d'un écran situé au fond du WC, un peu floutée toutefois  par les remous à la surface de l'eau de la cuvette : " Je suis Monsieur Guillaume, le directeur de votre assurance-santé complémentaire, Tasanté Cémontruc. "

MrA :  Et que faites-vous dans la cuvette de mes WC ?

MrG :   J'accompagne mes clients dans une démarche qualité pour l'amélioration de leur santé et du chiffre d'affaires de la société que je dirige. Songez que du fond de cette cuvette, 4 milliards de chiffre d'affaire vous contemplent.

MrA :   Mais  depuis quand êtes-vous là ?

MrG :   Si vous permettez, je vais m'installer sur l'écran de votre iPad, pour  éviter que vous n'attrapiez un torticolis et moi un rhume… Et je vais couper les infos d'Europe 1, ce sera plus confortable pour s'entendre. Tout a commencé lors de la signature du contrat qui nous lie. J'ai alors pris en charge, à mes frais, l'analyse de votre génome, vous vous souvenez ?

MrA :   Bien sûr, j'ai appris que j'avais un risque aggravé de cancer du colon ! Vous en avez même profité pour augmenter ma prime !

MrG :  Je suis gestionnaire de risques Monsieur Arthur ! C'est pour ça que j'ai fait installer chez vous, toujours à mes frais, le WC connecté sur lequel vous êtes assis. Vous m'aviez même dit à l'époque, en plaisantant, " à WC donné on ne regarde pas les dents "... C'est depuis que j'analyse la fréquence, la durée, le poids, et la composition de vos selles.

MrA :   Mais comment savez-vous qu'il s'agit de mes selles à moi ?

MrG :   Je fais comme fait votre iPad pour reconnaître votre empreinte digitale, Monsieur Arthur.

MrA :   Je ne vois pas le rapport !

MrG :   Une caméra située au fond de la cuvette analyse l'aspect de votre anus. Les plis de l'anus sont aussi caractéristiques d'un individu que ses empreintes digitales.  C'est ainsi que je vous reconnais. Et le WC relié par WIFI à votre Livebox transmet à notre centre big-data toutes les données concernant vos selles.

MrA :   Mais alors… vous observez aussi l'anus de toutes les personnes qui s'assoient sur ce WC ?

MrG :   Oui.

MrA :   Même celui de ma femme ?

MrG :   Oui.

MA :   C'est dégueulasse ce que vous faites !

MrG :   Rassurez-vous, comme le génome de votre femme a un bon score pour le cancer du colon nous nous contentons de stocker les données la concernant dans notre serveur sécurisé mais personne n'a jamais consulté les images de son dossier.

MrA :   Et alors pourquoi regardez-vous le mien ?

MrG :   Parce que vous êtes pour nous un client à risque !  Et j'observe que malgré les newsletters de recommandations de votre coach-santé, vous consommez trop de viande rouge.  En outre vous ne mastiquez pas assez, et je retrouve fréquemment dans mes analyses des morceaux de viande à peine digérées. Mais aujourd'hui il y a plus grave et c'est pour ça que j'interviens en direct : vos selles de ce matin contiennent du sang.

MrA :   J'ai peut-être des hémorroïdes !

MrG :   Non.

MrA :   Qu'en savez-vous, vous êtes médecin  peut-être ?

MrG :   Placé comme je le suis, même un assureur peut se rendre compte que vous n'avez pas d'hémorroïdes. Par contre il faut vérifier avec une coloscopie que vous n'avez pas une lésion du colon à l'origine de ce saignement.

MrA :   Écoutez Monsieur Guillaume, je vous remercie de votre sollicitude. Je parlerai de tout ça à mon médecin traitant et maintenant je vous demande de sortir de la cuvette de mes WC et de me laisser finir mes affaires en paix.

MrG :   J'attire votre attention Monsieur Arthur sur le fait que votre contrat Tasanté Cémontruc vous rembourse de façon très complète, mais à la condition expresse que vous consultiez dans notre réseau de soins. Or le gastro-entérologue correspondant de votre médecin traitant ne fait pas partie de notre réseau. Nous respecterons votre choix, bien sûr, mais si d'aventure vous alliez le voir vous ne seriez pas remboursé de vos soins.

MrA :   Vous êtes en train de m'expliquer que profitant de votre position vous me tenez par les couilles...

MrG :   Ne soyez pas grossier Monsieur Arthur ! Dans votre intérêt je vous conseille de suivre nos recommandations et d'utiliser immédiatement les services d'un gastro-entérologue de notre réseau, le docteur Kandasamy.

MrA :   Une coloscopie  immédiatement, un 1° janvier ?… et il est six heures du matin !

MrG :   Pas pour le docteur Kandasamy, Pour lui il est 11h30. Il travaille à Bangalore

MrA :   C'est en banlieue ?

MrG :   Non Monsieur Arthur, c'est en Inde. Il y a beaucoup de professionnels compétents en Inde qui acceptent de travailler à des tarifs très, très raisonnables.

MrA :   En Inde ! Vous allez me téléporter jusqu'à lui ?

MrG :   Presque ! Le siège de votre WC comporte un coloscope rétractable automatique que je peux actionner d'un simple clic. Vous n'aurez pas à  bouger, et les images de votre coloscopie seront transmises en temps réel en Inde au Docteur Kandasamy.  Avant de commencer j'ai juste besoin de votre consentement formel, pour votre dossier administratif. Les clients sont si procéduriers de nos jours… Le formulaire s'affiche sur votre iPad, vous avez juste à y apposer la pulpe de votre index. Ah ! Une dernière précision :  si par malheur nous trouvions une anomalie à cette coloscopie, un polype par exemple, je serai à mon grand regret contraint d'augmenter votre prime.

MrA :   Vous êtes un enfoiré, Monsieur Guillaume.

MrG :  Je suis un assureur, Monsieur Arthur.

 

Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.