Il est temps pour le Hirak de s'engager dans un passage à l'acte politique

Prendre d'assaut les commune par la voie légale comme passage à l'acte politique du mouvement populaire citoyen.

 

Au moment où le Hirak est devenu un champ de bataille entre le système, les partis politiques organiques dits d'opposition et des forces occultes représentées par des ténors autoproclamés ses représentants, l’appel aux manifestations périodiques du vendredi et du mardi n’aura aucun effet, si en parallèle une action structurante dans la perspective de l’organisation de la population à la base n’est pas envisagée. Bien au contraire, le risque que cela bascule dans la violence, avec comme conséquence l’implosion de la société vers le chaos est fort probable dans ces conditions.

Si beaucoup ne savent plus quoi penser concernant l'organisation et la structuration du Hirak, ni quelle orientation donner dans l'immédiat à la perspective possible de sa trajectoire, l'idée de prendre d'assaut les communes par leurs enfants les plus intègres, les plus compétents et les plus dévoués est une des plus plausibles hypothèse de son organisation, en même temps de lui permettre un passage à l'acte politique structurant et éviter une issue tragique pour le devenir de la Nation.

Dans cette idée, l'esprit révolutionnaire, qui est la quête de l'accomplissement de soi et de ses désirs en tant qu'être politique en acte dans la cité, doit passer nécessairement par sa prédisposition à l'accomplissement du devoir citoyen vers le bien-être de ses concitoyens et la prospérité de leur environnement.

C’est dans cet esprit que le Hirak est devenu possible, parce que le peuple a définitivement perdu confiance dans la volonté des partis dits d'opposition et dans la configuration d'une démocratie de façade orchestrée par le système pour l’accompagner vers la réalisation de ses désirs. La seule voie qui lui reste serait de forcer une transition vers une auto-organisation à travers les communes, indépendamment de toute association des partis politiques traditionnels et des ténors autoproclamés qui se revendiquent comme représentants légitimes du Hirak, du reste sans réel encrage populaire et dont les accointances avec des forces occultes paraissent de plus en plus suspectes.

Une organisation des quartiers par des militants locaux du Hirak devrait aboutir par la voie légale à la prise des communes par celui-ci à l'échelle locale, avec comme perspective la conquête de l'assemblée nationale dans une configuration de pouvoir collégial qui ouvrira la voie à une assemblée constituante.

Youcef Benzatat

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.