♦️Lettre aux Algériens otages de la pureté ethnique

Je n’irai pas polémiquer avec vous, je n’ai rien à dissimuler, ni mensonges à administrer à mes compatriotes pour les tromper, ni sécurité psychologique à consolider pour me faire adopter par une quelconque communauté, dans l’accord avec moi-même se trouve mon bonheur et ma liberté.

Je n’irai pas polémiquer avec vous, je n’ai rien à dissimuler, ni mensonges à administrer à mes compatriotes pour les tromper, ni sécurité psychologique à consolider pour me faire adopter par une quelconque communauté, dans l’accord avec moi-même se trouve mon bonheur et ma liberté. Vos paroles pour affirmer la pureté de votre identité sont creuses et ne véhiculent aucune connaissance vérifiable, ni raisonnement logique et pragmatique. Votre aversion pour l’altérité vous rend aveugle et intolérant à tel point que vous êtes effaré devant la possibilité de vous faire dire que votre sang n’est pas pur, parce que votre tribu est préservée de toute souillure exogène, que votre village et votre région ont préservé depuis des millénaires cet esprit de bourg bien gardé qui fait votre fierté. Lorsque j’explique à mon fils son identité, que son arrière-grand-père maternel est un Maltais venu sur notre terre au XVIII° siècle avec la colonisation française et que son arrière-grand-mère est une juive algérienne établie sur notre terre depuis plus de deux millénaires, que sa grand-mère maternelle est une kabyle de Bejaia, que son grand-père paternel est un Chawi des Aurès et que sa grand-mère paternelle est une Turc Ottomane, il saute de joie avec ses grand yeux écarquillés en me disant «  je suis tout ça papa ! » He oui, tu es tout ça mon fils, c’est d’ailleurs le destin de toute l’humanité. Curieux comme tout enfant, il me harcela alors de questions interminables, et c’est qui le grand père de mon grand père et celui de ma grand-mère alors et leurs grands-pères et leur grand-mère à eux aussi ? On ne sait pas mon fils, l’humanité est tissée comme les structures fractiles tressées par les métissages indéfinis. Les historiens qui ont décrit les métropoles romaines bâtie sur nos terres, disaient qu’ils étaient composés de toutes sortes de soldats à la retraite, de mercenaires venus de toute les contrées méditerranéennes et orientales, voire même africaines, ayant pris femme chez les autochtones et se sont mélangés avec les populations locales. Oui c’est le destin de l’humanité, mais ce ne sera pas facile à assumer pour autant mon fils, tu seras tantôt rejeté pour être considéré comme une menace qui est considérée comme une potentielle souillure de ces tribus et ces villages bien gardés par le fantasme de la pureté. Tu seras tout au plus un bâtard à cacher. Mais tu dois en être fier et résister à tous ces ennemis de l’humanité, qui voudraient la ghettoïser et ériger des barrières impénétrables pour la confiner. Tu feras comme ces habitants du Sud noir de peau et qui se font appeler fièrement les Gnawa, parce que venus de Guinée depuis la nuit des temps et ont élu domicile dans notre pays pour se mélanger avec tes compatriotes et former avec eux une nouvelle humanité. C’est ça notre Algérie mon fils, elle est plus riche que ce que voudraient qu’elle soit toutes ces mauvaises consciences abrutis par le fantasme de leur pureté.

Y.B.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.