Contre la pénalisation du racisme de rue.

Rions un peu avec Eric Fassin.

Tout le monde ici se rappelle et a même probablement relayé le puissant appel contre la pénalisation du harcèlement de rue lancé par Éric Fassin et plusieurs centaines de millions d'universitaires chercheurs doctorants et autres prix Nobel au prétexte que cette pénalisation toucherait en premier lieu des jeunes "paupérisés et racisés". Il était certes dommage, triste et - osons le mot - "inapproprié" de traiter une femme croisée dans la rue de "sale grosse pute" mais cela ne devait en aucun cas  donner suite à des poursuites étant donné que, selon Éric Fassin, la majorité des proférateurs d'injures sexistes et /ou homophobes dans la rue était issue de catégories discriminées / assignées / racisées.

 https://www.liberation.fr/debats/2017/09/26/contre-la-penalisation-du-harcelement-de-rue_1599121/

Dans un contexte de convergence des luttes et d'intersectionnalité il est donc tout à fait légitime de se demander si le racisme de rue ne devrait pas lui aussi être exempté de poursuites pénales dès lors qu'il est largement pratiqué par des personnes elles-mêmes paupérisées et racisées. 

Ainsi tel qu'on a pu l'observer ce week-end à Cergy, dans une vidéo où un jeune homme issu de l'immigration maghrébine traite une femme noire de "négresse", de "sale noire", ajoutant à l'insulte des considérations historiques douteuses telles que "on vous a vendu comme du bétail pendant 800 ans" alors que chacun ici sait que la traite sahélienne n'existe que dans l'imaginaire des racistes blancs cherchant à se dédouaner de la traite transatlantique. 

Il semblerait cependant que le jeune homme ait été retrouvé et appréhendé suite aux dépôts de trois plaintes distinctes.

Tenant compte des analyses brillantissimes d'Eric Fassin, la question que nous devons poser aujourd'hui est donc la suivante :  ce jeune homme - victime lui-même de l'insupportable racisme systémique doublé de l'écoeurante islamophobie d'un Etat néocolonial - peut-il faire l'objet de poursuites pénales ?

La réponse est évidemment négative.

C'est pourquoi nous appelons à une puissante mobilisation de tou-te-s sous le mot d'ordre suivant :

LIBERTE POUR LES MAGHREBINS RACISTES !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.