Vaccin et météo : la science selon Laurent Mucchielli.

La météovigilance des vaccins anti-covid est déniée car elle menace l’idéologie de la vaccination intégrale portée par les industries pharmaceutiques, les gouvernements et les principaux medias. Cette vaccination de masse conduit pourtant à une pluviométrie inédite dans l’histoire de la météo moderne.

Chacun d'entre nous l'avait pressenti, mais une analyse fine de la météovigilance de ces derniers mois - volontairement ignorée par les medias soumis à la doxa macronienne et à la pression des laboratoires pharmaceutiques - montre une corrélation extrêmement parlante entre vaccination et mauvais temps. On observe que sur les trois derniers mois, la moyenne en France est de 303 millimètres de précipitations, soit 43% de plus que la normale comme le montre le tableau ci-dessous, sachant qu'avant que ne débute la vaccination, le temps était particulièrement sec et le ciel dégagé.

Image

Certes, la corrélation avec la vaccination n'est pas - encore - "directement" établie mais les faits sont suffisamment parlants pour émettre de sérieuses hypothèses scientifiques, d'autant que comparativement, on constate que l'Allemagne et la Belgique, qui ont encore plus largement que la France vacciné leur population ont elles-mêmes été touchées par des niveaux de  pluviométrie jamais atteints, entraînant des inondations meurtrières, tandis que le Mali, avec un taux de vaccination de 0,3 % de sa population jouissait d'un été chaud et sec.

Il y a donc urgence à suspendre la vaccination dans notre pays pour évaluer la balance pluie/soleil au cas par cas...

etc...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.