Quelques mots contre Geoffroy de Lagasnerie (et sur le copinage)

Ce texte ne s'adresse pas aux gens de droite qui dénoncent jour après jour les mécanismes de reproduction du pouvoir et qui se sont précipités hier pour soutenir Esther Benbassa accusée d'abus de pouvoir et de harcèlement.

Ce texte ne s'adresse pas aux gens de droite qui dénoncent jour après jour les mécanismes de reproduction du pouvoir et qui se sont précipités hier pour soutenir Esther Benbassa accusée d'abus de pouvoir et de harcèlement. Il s'adresse aux gens de gauche qui, comme moi, dénoncent les abus de pouvoir, le harcèlement, ainsi que le copinage et les connivences qu'ils impliquent d'où qu'ils viennent et qui ont pu être choqués, étonnés, blessés  par le dernier billet de Geoffroy de Lagasnerie. Je fais partie de ces gens-là...

A mon sens, nous avons appris à gauche que nous ne devons jamais être trop dociles par rapport au copinage. Et personnellement, je serais tenté de penser que, lorsqu'il y a un écart entre l'impression publique que donne une personnalité et des révélations sur son comportement personnel (toutes celles et tous ceux qui ont déjà travaillé sous l'autorité d'Esther Benbassa peuvent témoigner de sa dureté, de son mépris et de son agressivité) il faut se fier à cette tension et peut-être ne pas accepter trop naïvement le récit proposé par ce qui se présente comme un service commandé. 

Je pense qu’il est très important de se méfier de plus en plus aujourd’hui de ce que l'on pourrait appeler le copinage d’ambiance, qui balaye d'un revers de la main en quelques paragraphes des anecdotes, des faits, étalés sur plusieurs années voire une dizaine d’années (ici la période s'étend sur 15 ans tout de même !) et qui par un effet d’accumulation habilement orchestré donne une impression de cohérence, de climat général qui peut se situer en décalage absolu par rapport à la vérité et à la complexité de la vie.  Jusqu'à quel point est-il légitime de présenter comme neutre et équilibrée un billet qui résume 15 ans d’interactions, dans un contexte de harcèlement et d'humiliation intense et exténuant, de fébrilité permanente, de tensions, de pressions médiatiques et d'attaques violentes venues d'Esther Benbassa, etc. à une dizaine de SMS brutaux ou déplacés, et quelques comportements que l'on peut juger déplaisants, choquants sans doute et témoignantS d'un manque affligeant de maîtrise de l'orthographe. Où est passé tout le reste?

CQFD.

https://blogs.mediapart.fr/geoffroy-de-lagasnerie/blog/090721/quelques-mots-pour-esther-benbassa-et-sur-le-journalisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.