La disparition de plus de 83 % de la matière de l'univers orthodoxe est la principale découverte scientifique de l'année 2012

Il a suffit d'utiliser les équations de base de Isaac Newton (GM X / R^3 et GM Y / R^3) pour obtenir les valeurs des accélérations centripètes et tangentielles subies par les étoiles d'une galaxie. Mises en couleurs, il était visible que les étoiles de la périphérie avaient des vitesses plus grandes (V² = accélération x rayon). (Modalité de création de la vidéo YT infra)

DDO168_BVmap.png

image résumant la découverte 2011 de Stacy Mc Gaugh (  Professional CV | Bibliography | Research Students  Astronomy
Research My research interests include galaxy formation and evolution, low surface brightness galaxies, the mass discrepancy problem (dark matter & mond), and cosmology.The Data Pages | Astronomical Images The MOND Pages & Scientific Literature)

La disparition de plus de 83 % de la matière de l'univers orthodoxe est la principale nouvelle de l'année 2012.
Une simple vidéo fabriquée avec un programme utilisant les lois de Newton détruit la prétention arrogante des pseudo-savants de l'orthodoxie triomphante : la matière noire n'existe pas et les étoiles périphériques tournent plus vite que les étoiles centrales !
Voilà ce que les charlatans qui contrôlent Wikipédia écrivaient de leur lubie obscurantiste (mais "validée par la communauté scientifique" des charlatans et escrocs relativistes)  :

En astrophysique, la matière noire (ou matière sombre), traduction de l'anglais dark matter, désigne une catégorie de matière hypothétique jusqu'à présent non détectée, invoquée pour rendre compte d'observations, notamment les estimations de masse des galaxies, des amas de galaxies et les propriétés des fluctuations du fond cosmologique.

Différentes hypothèses sont émises et explorées sur la composition de cette hypothétique matière noire : gaz moléculaire, étoiles mortes, naines brunes en grand nombre, trous noirs, etc. Cependant, les estimations de la densité de l'univers et l'estimation de sa densité sous forme d'atomes, la matière baryonique donc, impliquent plutôt une nature non-baryonique, et donc encore inconnue, encore que l'on suppose fortement des particules, peut-être des super-partenaires tels que le neutralino (voir la page sur la supersymétrie). Ces particules exotiques sont regroupées sous le nom générique de WIMP, acronyme de l'anglais Weakly interacting massive particles (particules massives à interaction faible), traduction de « mauviettes », d'où l'appellation parfois rencontrée en français1.

La matière noire aurait pourtant une abondance au moins cinq fois plus importante que la matière baryonique, pour constituer de 83 %2 à 90 %3 de la densité totale de l'Univers observable4, selon les modèles de formation et d'évolution des galaxies, ainsi que les modèles cosmologiques.

Pour un individu doté de raison, mettre à bas les âneries de Vera Rubin - et de Fred Zwicky - aurait du sonner le glas de cette faribole de "dark matter", interrompre les cours universitaires validant cette âneries et interrompre instantanément l'usage des expériences visant à découvrir le "Boson de Higgs" puisque celui-là allait donner la preuve de l'existence de cette matière noire.
Que nenni !
Le CERN ignora superbement cette preuve.
Mais l'auteur de cette découverte avait vu de quelle façon ses prédécesseurs Tullyn Fisher et Mc Gaugh avaient été traités : un mépris souverain !
Voilà ce que prétendaient les orthodoxes :

Les courbes de rotation plate des galaxies spirales

Ce n'est qu'une quarantaine d'années plus tard, dans les années 1970, que la question de l'existence de cette matière manquante — que l'on nommera « matière noire » (Dark Matter en anglais) — refait surface. À partir de l'analyse des spectres des galaxies, l'astronome américaine Vera Rubin étudia la rotation des galaxies spirales. Le problème est le même que la comparaison entre la masse dynamique et la masse lumineuse des amas de galaxies. Il s'agit de savoir si la « masse lumineuse », c'est-à-dire la masse qui est déduite de la présence des étoiles, est bien égale (à quelques corrections près) à la masse dynamique. (...)

En analysant le spectre des galaxies spirales vues par la tranche, comme la galaxie d'Andromède, il est possible d'en déduire la courbe de rotation. La courbe de rotation décrit la vitesse de rotation de la galaxie en fonction de la distance au centre. Cette courbe de rotation est une mesure directe de la distribution globale de matière dans la galaxie. La vitesse maximale de rotation d'une galaxie spirale se trouve à quelques kilo-parsecs du centre, puis elle est censée décroître, en suivant une décroissance képlérienne. En effet, les étoiles à la périphérie de la galaxie sont en orbite autour du centre, de la même manière que les planètes sont en orbite autour du Soleil. Les étoiles en périphérie de la galaxie tournent donc moins vite que celles plus près du centre. La courbe de rotation, après un maximum, se met à redescendre.

La courbe de rotation prévue par les équations de Newton (A) et la courbe observée (B), en fonction de la distance au centre de la galaxie.

Or, Vera Rubin observa que les étoiles situées à la périphérie de la galaxie d'Andromède — comme pour d'autres galaxies spirales — semblent tourner trop vite (les vitesses restaient pratiquement constantes au fur et à mesure que l'on s'éloignait du centre). La courbe de rotation des galaxies spirales, ou en tous cas de certaines d'entre elles, était plate. La vitesse ne décroissait pas alors que l'on s'éloignait du centre. De nombreuses autres observations similaires sont effectuées dans les années 1980, venant renforcer celles de Vera Rubin. Cette observation pose de profondes questions, car la courbe de rotation mesure bien la masse dynamique. Aucune hypothèse au sujet de l'âge, de la distribution de masse des étoiles n'est nécessaire. La seule supposition est que les étoiles qui sont la source de la lumière qui forme le spectre analysé sont bien des traceurs de la masse de la galaxie. Comment imaginer alors que les étoiles, principales composantes de matière dans les galaxies spirales, tournent de manière non-képlerienne, c'est-à-dire ne suivent tout simplement plus les lois de la gravitation ?

Une explication possible est d'imaginer l'existence d'un gigantesque halo de matière non visible entourant les galaxies ; un halo qui représenterait jusqu'à près de 90 % de la masse totale de la galaxie, voire plus dans certaines galaxies naines.

L'honnête homme doit s'interroger : comme l'existence d'un halo AUTOUR des galaxies pourrait-il ACCELERER la vitesse de révolution des étoiles ?
Il suffit de réfléchir 10 secondes pour découvrir - stupéfaction - que l'ignare Véra Rubin confondait accélération centripète et accélération centrifuge.
Si j'augmente la masse des étoiles au centre des galaxies, je vais AUGMENTER l'accélération centripète et donc augmenter la vitesse de révolution (la vitesse tangentielle) !
Si je FABRIQUE de la MATIERE NOIRE autour des galaxies, je vais AUGMENTER l'accélération centrifuge et donc FAIRE BAISSER la vitesse de révolution des étoiles....
Ils sont obscurantistes et sots !

La découverte de 2012 - ainsi qu'il sera reproduit infra - consiste à DONNER UNE EXPLICATION NEWTONIENNE aux DECOUVERTES de TULLY FISCHER ET MC GAUCH. En particulier aux travaux 2011 de Stacy Mc Gaugh.
L'avenir montrera que ces trois chercheurs auraient amplement mérité un prix Nobel si celui-ci n'avait été la réunion d'un ramassis d'incapables pseudo-savants.
Loi de Tully-Fisher

La Loi de Tully-Fisher est en astronomie une relation empirique établie entre la luminosité intrinsèque d'une galaxie spirale (proportionnelle à sa masse stellaire) et l'amplitude de sa courbe de rotation. Cette relation a été publiée en février 1977 par les astronomes R. Brent Tully et J. Richard Fisher1. Celle-ci permet de calculer la magnitude absolue d'une galaxie spirale et par suite sa distance. La relation de Tully-Fisher relie la vitesse de rotation des étoiles autour du centre d'une galaxie spirale avec la luminosité de celle-ci. La luminosité d'une galaxie ne peut être déterminée sans la connaissance de sa distance, et inversement, la connaissance de sa luminosité permet de déduire la distance une fois connu l'éclat de la galaxie vue depuis la Terre appelé magnitude apparente. La vitesse de rotation de la galaxie est elle-même aisément mesurable par effet Doppler. Finalement, la relation de Tully-Fisher permet donc de déterminer la distance de la galaxie. Techniquement, la relation de Tully-Fisher n'est pas une chandelle standard, c'est-à-dire basée sur des objets astrophysiques de luminosité fixe, comme peuvent l'être les supernovae thermonucléaires. Cependant, la relation est relativement directe entre des quantités observables (vitesse de rotation et magnitude apparente) et la distance, aussi peut-on parler de « chandelle standard secondaire »

Une étude mesurant le comportement de 47 galaxies de toute forme vérifie cette loi de façon systématique2.

Le poids des charlatans est tel qu'il est nécessaire de mener une enquête quasi policière pour retrouver l'article de Science Et Vie en 2011 qui mettait en lumière l'actualisation de la loi Tully-Fisher par Stacy Mc Gaugh.

  1. Voir l'article "Einstein dépassé" de la revue française Science & Vie n°1124 du mois de Mai 2011 [archive] : Empiriquement, l'astronome américain Stacy McGaugh a découvert que la Loi de Tully-Fisher se vérifie aussi pour des galaxies qui ne sont pas des galaxies spirales

Ce lien Wikipédia est détruit.
Le problème de Stacy Mc Gaugh c'est son absurde inscription dans la grille conceptuelle de Mordehai Milgrom.

Known in the field of extragalactic astronomy for his early work on Low Surface Brightness Galaxies[7] and the elemental abundances in HII Regions,[8] McGaugh has also contributed to the study of the kinematics of galaxies, being among the first to point out the cuspy halo problem[9] and coining the expression "baryonic Tully–Fisher relation.[10]" He is the only scientist to correctly predict a priori the first to second peak amplitude ratio of the acoustic power spectrum of the Cosmic microwave background radiation.[11][12] McGaugh found surprising support for the Modified Newtonian dynamics proposed by Mordehai Milgrom as an alternative to Dark matter in his work on Low Surface Brightness Galaxies.[13][14] This has proven to be very controversial since it implies the non-existence of the non-baryonic dark matter that is central to physical cosmology.

Quel dommage pour un scientifique excellent praticien expérimental que de s'inscrire dans une grille conceptuelle absurde !
Il n'était point nécessaire de modifier les lois de Newton.
Il suffisait de considérer qu'elles s'expliquaient par la diffusion spérique de la lumière - en tant que cause réelle de la gravitation.
Mais cela, c'est une découverte de l'année 2007 (
"La véritable équation de la gravitation hélio-planétaire" par Yanick Toutain (un texte du 8 mai 2007 fondateur de la nouvelle révolisation matérialiste)


LA PRINCIPALE DECOUVERTE DE L'ANNE 2012

samedi 14 avril 2012

Isaac Newton VS Fritz Zwicky-Vera Rubin (FR) Pas de matière noire 2012 03 30

 

Ce texte fait suite à
mardi 27 mars 2012 We don't need dark matter (Isaac Newton VS Zwicky and co) (Dark matter is a lucubration of swindlers and hooks calling themselves “scientists”)

Il a suffit d'utiliser les équations de base de Isaac Newton (GM X / R^3 et GM Y / R^3) pour obtenir les valeurs des accélérations centripètes et tangentielles subies par les étoiles d'une galaxie. Mises en couleurs, il était visible que les étoiles de la périphérie avaient des vitesses plus grandes (V² = accélération x rayon).

La matière noire était une élucubration inutile : les concepts de ZONE NEUTRE et d'EFFET BANDE permettent de comprendre pour quelles raisons les étoiles centrales des galaxies ne réagissent pas comme les planètes centrales du système solaire. .... Pour une raison simple : Elles sont attractées de tous les côtés quand Mercure est attirée d'un seul côté. Ce sont donc les étoiles situées en périphérie qui, attractées d'un seul côté subissent l'accélération centripète la plus grande.
Il suffisait de retourner à Newton !!!


LE CLIP

Isaac Newton VS Fritz Zwicky-Vera Rubin (FR) Pas de matière noire 2012 03 30 © Yanick Toutain

+++


Isaac Newton VS
Fritz Zwicky -Vera Rubin


(no dark matter)


2012 04 30


premier essai vidéo


par Yanick Toutain

Isaac Newton VS

Fritz Zwicky -Vera Rubin

 

(no dark matter)

 

2012 04 30

 

first video test

 

by Yanick Toutain

L'animation qui suit a été
réalisée à
partir de la photo
monochrome d'une galaxie..

The following animation

has been realized with

the monochromic

photography of a galaxy.

source de l'image couleur :
Wikipédia article de
propagande sur l'escroquerie
de la "matière noire"

The source of the colored image

is Wikipedia's propandist entry

in favor of the swindle

of dark matter

Il a suffit d'utiliser
les équations de base de Newton
GM X / R^3 et GM Y / R^3
pour obtenir
les déviations gravitationnelles
subies par chaque étoile
de la part de la totalité
des autres étoiles de la galaxie.

It's sufficient to use

Newton's basis equations

GM X / R^3 et GM Y / R^3

to obtain

the gravitational deviation

received by each star

from the totality of

the others stars of the galaxy.


Puis l'égalité
vitesse = SQR (accélération * rayon)
permettait de donner une bonne
évaluation de la vitesse de révolution
de toutes les étoiles (grande vitesse
symbolisée en rouge puis jaune,
moyenne vitesse en vert,
petite en bleu puis violet)

Then, the equality

speed = SQR (acceleration * radius)

enabled to give a good evaluation

of the revolution speed of

all the stars (high speeds symbolized

in red then yellow ,

middle speeds in green,

small in blue then violet)

On voit aisément que les
zones les plus rouges -
rapides - sont en périphérie.








Et les plus mauves, les plus
lentes, au centre.

It's easy to see that the

most red zones - quickest -

are in the periphery







And the most mauve,

the lowest, in the center.

Point de mystère : Les concepts (néo-
newtoniens) de "zone neutre", d'"effet
bande" permettaient déjà de
comprendre facilement pourquoi les
étoiles centrales étaient ralenties. On
pouvait même commencer - je le fis, ce
30 mars - à comprendre l'accentuation
des bras spiraux.

No mystery : The (neoNewtonian)

concepts of "neutral zone",

of ""band effect" almost

allowed to easily understand

why the central stars

were decelerated. We even could

begin to understand - I did in that

30th of march - the accentuation

of the spiral arms.

Il a suffit de considérer que les vitesses
trouvées étaient constantes pour
pouvoir obtenir une première
approximation de la trajectoire de
toutes les étoiles.
(étant bien entendu que chaque
mouvement de chaque étoile modifie la
gravitation reçue et donc la vitesse de
chaque étoile)

It was sufficient to consider that the

calculated speeds were constants

to be able to obtain a first

approximation of the trajectory

of all the stars.

(being agreed that each movement

of each star modified the received

gravitation and, then,

the speed of each star.)


Nous allons
commencer en
remontant dans le
temps.

We are going

to begin

by going back

in the past.


Les vitesses de révolution
calculées vont nous permettre
de faire tourner la galaxie
dans le sens horaire.

The calculated revolution

speeds will allow us

to make the galaxy

going round clockwise.

On voit les bras spiraux se
"détruire"... ou plutôt ...le
stade précédant leur
FORMATION....

We see the spiral arms

destroying” themselves ....

or rather .... the stage

preceding their FORMATION...

A ce stade, on peut supposer
que les galaxies elliptiques
sont les "mères" des galaxies
spirales....
.






.. on repart dans le
sens chronologique ....

At this stage, we can suppose

that the elliptic galaxies

are the "mothers"

of the spiral galaxies.









. we go back in the

chronological direction...

Sur ces images, il est visible
que les étoiles les plus
lentes '(en mauve) et les
étoiles rapides (en jaune et
en rouge) se séparent ...

On these images, it is visible

that the slowest stars (in mauve)

and the faster stars

(in yellow and in red )

are dividing ….

et c'est cette séparation qui
contribue à former les bras
spiraux

...and it's this division

that contribute to form

the spiral arms.

Ici, on voit que la grande
vitesse des étoiles les plus
gravitées fait s'enrouler les
bras spiraux.

Here, we see that the great

speed of the most “gravitated”

stars make the spiral arms

roll themselves up.

On peut alors supposer que
cet enroulement de plus en
plus prononcé des bras
spiraux.....

Then we can suppose that this

more and more marked -

rolling of the spiral arms....

.... va les détruire....








(par disparition
des zones vides
et fin de l'"effet bande" qui
accélérait certaines
étoiles)..."

.... will destroy them







(by the disappearance of

the empty zones and the

end of the “band effect”

which accelerated some stars)

.

Et donc supposer que ces
galaxies spirales vont se
RE-transformer en galaxies
elliptiques ordinaires.....

...and, therefore, suppose that

these spiral galaxies will

RE-transform themselves

in ordinaries elliptic galaxies....

Les formes
"elliptique"
ou
"spiralée"
seraient donc les
DEUX ETATS SUCCESSIFS
des mêmes galaxies.....

The forms

elliptic”

or

spiraled”
therefore - would be

the TWO SUCCESSIVE STATES

of the same galaxies...

Il n'y aurait donc que
certaines
formes particulières
("Hoag's_object" par
exemple)
qui
pourraient avoir une stabilité
plus grande......

Only some particular forms

("Hoag's_object" by example)

would have a

highest stability ….

... et, donc, ne pas connaître cette
transformation cyclique
forme elliptique
==>
forme spirales
==>
forme elliptique...... … and, then, not to know

this cyclical transformation

elliptic form

==>

spiral form

==>

elliptic form......

Après les concepts de
"zone neutre", "effet
bande"... l'auteur, en
parallèle de quelques
brouillons d'animation...
......

After the concepts of

neutral zone” ,
band effect” …. the author,

simultaneously to some

drafts of animated images...

.... comme cet "Hoag's
object" ..... … like this

"Hoag's object" .....

.... l'auteur est retourné aux
données de Stacy McGauch pour
les confronter (sans résultat
fondamental pour l'heure) à sa
"véritable équation de la
gravitation hélio-planétaire".....

... the author has returned to

the data of Stacy McGauch

to confront them (without any

fundamental result for now)

to his “true equation of the

helio-planetary gravitation “.....

... Un autre résultat
fondamental a été trouvé....
mais il concerne les
déplacements absolus (au
sens newtonien du terme ....
ie "objectif").....

... Another fundamental

result has been found...

but it concerns the absolute

moving (in the Newtonian

meaning of the term...

i.e. “objective” )...

En effet, lundi 9 avril au
matin (à 4h et quelques), j'ai
réussi, enfin, à faire
fonctionner sans bug le
programme ( en langage
freeware Qbasic 2006) sur
lequel je travaillais depuis
plusieurs dizaines d'heures....

Indeed, Monday April 9th

in the morning (at 4:...am ..) ,

I have succeeded, at last,

to make run without any bug

the program (in freeware

Qbasic language 2006)

I worked on since several

tenth hours...

J'ai donc pu constater que la
translation de la Galaxie à
une vitesse proche de celle de
l'hypothèse Ain Al Rami aurait
des effets mesurables sur les
vitesses de révolution.......

Therefore, I have been able

to establish that the translation

of the Galaxy at a speed near

of this of the Aïn Al Rami

hypothesis would have measurable

effects on the revolution speeds...

translation Galaxie = c/8

Galaxy's translation= c/8t

translation Galaxie = c/16

Galaxy's translation= c/16

translation Galaxie = c/32

Galaxy's translation= c/32

translation Galaxie = c/64

Galaxy's translation= c/64

La dissymétrie visible sur les quatre
images successives C/8 C/16 C/32 et C/64
montre que la translation absolue de la
galaxie a pour effet de REDUIRE les
vitesses de révolution des étoiles situées
EN AVANT et d'AUGMENTER ces vitesses
de révolution pour les étoiles en
ARRIERE. L'explication en est toujours la
fuite du récepteur par rapport au signal
ou son avancée en direction de celui-ci...

The visible dissymmetry on the four

successive images C/8 C/16 C/32 and C/64

shows that the absolute translation of the

galaxy has for consequence to REDUCE

the revolution speeds of the stars located

BEFORE and to INCREASE these

revolution speeds for the stars located

BEHIND. The explanation of this is always

the escape of the receiver from the signal

or its projection in its direction...

On peut même comparer les effets d'une
(absurde) vitesse zéro ....

We can even compare the effects of an (absurd) zero speed …..

.... à ceux d'une vitesse proche du 5011 km/s de
l'hypothèse Ain Al Rami.... observez les zones bleues et
mauves qui viennent de se décaler ici vers la droite..... …. to those of a speed near of the 5011 km/s

of the Aïn Al Rami hypothesis …. look at the

blue and mauve zones which has slipped onto the right ….

Cette dissymétrie peut être (fort
possiblement) la cause première de la
formation des bandes (des zones vides
entre les agglomérations d'étoiles)
et donc....la cause première de la
formation ... des spirales...
... au sein de toutes les galaxies
elliptiques aux densités homogènes...

This dissymmetry can (strongly

possibly) be the first cause of the

formation of the bands (some empty

zones between the agglomerations

of stars) and then ... the first cause

of the formation ….of the spirals

.....inside all the elliptic galaxies

having homogeneous densities...

LA REVANCHE DES
VITESSES ABSOLUES
DU JEUNE ISAAC
NEWTON !!!

THE REVANGE OF THE ABSOLUTE SPEEDS OF YOUNG ISAAC NEWTON !!!

La vérification sera facile :
Pour les galaxies ayant une trajectoire
parallèle à l'axe nous reliant à l'étoile
Ain Al Rami, les décalages vers le violet
des étoiles ARRIERE seront PLUS grands
que les décalages vers le rouge des
étoiles A L'AVANT de la translation.
(les étoiles en arrière s'approchent plus
vite de nous que ne s'écartent les autres)

The verification will be easy :

For the galaxies having a trajectory

parallel to the axis connecting us to the star Aïn Al Rami , the blue-shifts of the stars BEHIND will be higher than the redshifts of the stars BEFORE the translation.

(the stars behind approaches to us quicker than the others goes away)

Un tel constat empirique sera le
FOSSOYEUR des escroqueries
einsteinistes, poincaréistes et
machiennes qui sabotent la science
depuis plus d'un siècle .....


NOUS VAINCRONS !




Yanick Toutain 12/4/2012

Such an empirical report will be the GRAVEDIGGER of the einsteinist, poincareist and machist swindles which sabotage the science since more a century....

WE SHALL WIN !!!!

LES OUTILS :
Le principal : le splendide FREEBASIC 2006


FreeBASIC is a free, 32-bit BASIC compiler for Windows (32-bit), protected-mode DOS, and Linux (x86). It began as an attempt to create a code-compatible, free alternative to Microsoft QuickBASIC, but has quickly grown into a powerful development tool, already including support for libraries such as Allegro, SDL, OpenGL, Gtk, the Windows API and many others with its default installation.

Aside from having a syntax the most compatible possible with MS-QuickBASIC, FreeBASIC introduces several new features such as pointers, unsigned data types, inline-assembly, a pre-processor and many others.

FreeBASIC is a self-hosting compiler (that's it, written in FreeBASIC), and was developed by V1ctor.



FBIde 0.4.6 Un Environnement de
développement "Logiciel Libre" pour le compilateur
(www.freebasic.net) Programmé en C++ et utilisant
wxWidgets et le contrôle d'édition de texte
crédits: programmeurs VonGodric - Programmeur en
chef, administrateur de programme et créateur du
projet dumbledore - Routines d'exportation et de
formatage du code Madedog - Modules
d'internationalisation (i18n)
Toutes les animations et calculs faits avec !!!!!!!!!

THE TOOLS

 

The main : the splendid FREEBASIC 2006

All animated images done with it !!!!

++++++

FreeBASIC is a free, 32-bit BASIC compiler for Windows (32-bit), protected-mode DOS, and Linux (x86). It began as an attempt to create a code-compatible, free alternative to Microsoft QuickBASIC, but has quickly grown into a powerful development tool, already including support for libraries such as Allegro, SDL, OpenGL, Gtk, the Windows API and many others with its default installation.

Aside from having a syntax the most compatible possible with MS-QuickBASIC,
FreeBASIC introduces several new features such as pointers, unsigned data types, inline-assembly, a pre-processor and many others.
FreeBASIC is a self-hosting compiler (that's it, written in FreeBASIC), and was developed by V1ctor.

FBIde 0.4.6

an open-source IDE for the FreeBASIC compiler

(www.freebasic.net)

made using c++ with wxWidgets and the scintilla text control

 

credits:

programmers

VonGodric - head programmer, project administrator and founder of the project

dumbledore - code exporting and formatting routines

Madedog - internationalization (i18n) modules

Les outils : tableur OPEN OFFICE et
solveur TI 92 Texas Instrument
Montage vidéo :
par Windows Movie Maker version avec bug sur
ACER !!! : Pas d'enregistrement possible !!!
Musique FAJEAE (gratuité de l'immatériel)
"L"Amour Univers" 1987-2004
"C'est presque le soir" 1971 -2004
"Le Bruit de la Déchirure" 1993-2005


sons:
Roland VSC 3.2
Programmation MIDI et
compositions : Yanick Toutain avec
Orchestra Plus


Merci à Vincent et Mamadou pour les
oreilles et les questions pertinentes !

THE TOOLS : spreadsheet OPEN OFFICE et solver TI 92 Texas Instrument

Editing : using Windows Movie Maker version with bug sur ACER !!! : No recording possible !!!

Music FTGCAE-FAJEAE (gratuity of the immaterial) "Universe Love" 1987-2004

"Near the evening" 1971 -2004

"The noise of the tearing" 1993-2005

sounds: Roland VSC 3.2

Programming MIDI and compositions : Yanick Toutain with Orchestra Plus

 

Thanks to Vincent and Mamadou for the ears and the pertinent questions !

TOUS LES DETAILS SUR
LES BLOGS
'REVOLISATION'
ET
'REVOLISATION ACTU'
(#REVACTU)

ALL THE DETAILS ON THE BLOGS

'REVOLISATION'

AND

'REVOLISATION ACTU'

(#REVACTU)

fin


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.