Il faut devenir plus marxiste que Marx (qui ne le fut pas assez) pour devenir .....néomarxiste, puis postmarxiste.

@Jacques Bolo
Non, vous vous trompez. Le tort de Castoriadis fut le tort de Marx.
Le tort de ne pas être ..... assez marxistes....
C'est le concept de plus-value qui devait muter pour devenir "plus-value formation".
C'est le concept de loi dialectique, de transformation quantité-qualité qui devait rendre absurde le refus de Marx s'envisager un accroissement numérique du groupe (de la CLASSE) de ceux qui détenaient le capital humain, le capital formation.
C'est le refus de Marx, de Castoriadis de prendre en compte la transcroissance de la révolution anticapitaliste en Révolution Permanente (selon le para-concept frolé par Marx et construit par Parvus-Trotsky en 1905) sur la base de la socialisation IMMEDIATE des fruits obtenus par le "skilled labor", le "travail complexe" qui fut leur erreur commune.
Il fallait être SUPER-MARXISTE, il fallait devenir NEOmarxiste et voir qu'il existait une BOURGEOISIE des DIPLOMES, une BOURGEOISIE de la formation.
C'est ce NEOmarxiste, quand il prit en compte l'INNOVOISIE en 1996, la bourgeoisie de l'innovation (les racketteurs des droits d'auteur) qui devint le SOCLE d'un POST-MARXISME.
Un post marxisme ne pouvait pas se construire par la négation non dialectique de la lutte des classes (celle-ci limitée à la croyance en l'unité d'un absurde "prolétariat" aussi inconceptualisable que le Tiers Etat de 1793.
Un post-marxisme devait placer ses RACINES profondément dans un NEO-MARXISME.
Ce n'est que de cette manière que le programme révolisationnaire qui allait en découler allait pouvoir devnir un PROGRAMME LIBERAL-EGALITARISTE.
Le renversement dialectique opéré allait pouvoir faire abandonner le MONSTRE BARBARE de la bureaucratie.
Et redonner à chaque citoyen, librement, individuellement, à partir de 7 ans, son libre droit, son libre choix de l'investissement.
Un droit HUMAIN dont nos ancêtres avaient été privés il y a presque 10 000 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.