HOLLANDEGATE : Le président a menti aux Français ! L'invasion du Mali était pour sauver le pantin Franceàfric Dioncounda Traoré

Un commentateur informé signalait la plainte de militaires français de la précipitation à intervenir.
Rien d'étonnant : il ne s'agissait pas d'aller combattre des islamistes dont le vrai patron - le Qatar - recevait aujourd'hui la viste de Hollande !

Il s'agissait de sauver le nième pantin Franceàfric que le peuple allait, à nouveau chasser pour son incapacité à combattre les islamofascistes.
Au moins celui-là - ce faux président qu'est Dioncounda Traoré - n'avait pas été pris la main dans le sac à coordonner l'attaque Ançar Eddine au téléphone satellitaire Thuraya ! Ce que faisait son prédécesseur - ATT - Amadou Toumani Touré, cette trahison qui est la cause unique du coup d'Etat du capitaine Sanogo (poussé dans le dos par des militaires sankaristes de gauche - mais discrets et modestes)

Le but de l'intervention - certains médias commencent à le reconnaitre honnêtement - après trois jours de mensonges - avait pour unique but d'empêcher le peuple malien de DEGAGER DIONCOUNDA TRAORE !

HOLLANDE EST UN MENTEUR !
DOUBLE D'UN CRIMINEL qui a délibérément sacrifié les otages !


Hollande a menti aux Français pour sauver son copain Franceàfric !!!

J'écrivais, IL Y A TROIS JOURS

Hollande est intervenu parce ses agents d'espionnage fascistes
ont compris, à Bamako, que la gauche malienne allait relever
trois défis. Le premier étant de construire une mobilisation
 populaire efficace.Le deuxième de pousser l'armée malienne
 à agir efficacement et rapidement - ce fut le cas à Konna.
Et le troisième allait être de commencer la construction
d'un pouvoir du peuple sans ces élections truquées.
C'est cela la raison de l'intervention direct de
la Franceàfric militaire.Et rien d'autre !


... en conclusion de mon article

Mali : François Hollande est un menteur. Les islamistes sont les pantins du Qatar, membre de la Franceàfric- Francophonie

J'écrivais tout à l'heure, dans un article sur la nouvelle stratégie des esclavagistes, en conclusion

CÔTE D'IVOIRE 2002 :" LA PARTITION SALVATRICE"

7° Le scénario adopté devint donc celui de la "partition salvatrice" : on casse un pays en deux et on arrive, tel le le chevalier blanc , pour le sauver....
Avec, un fois sur place, la mise en place directe de troupes d'occupation qui permettront de "nettoyer" le pays de toute sa gauche rebelle.
L'apogée de cette tactique étant la mise en place d'élections truquées en 2010 suivies de l'attaque du palais présidentiel et le remplacement du président Gbagbo par un fantoche FMI.

C'est ce plan qui a été adopté et réalisé en accéléré pour le Mali : partition du pays par les mercenaires du Qatar.
Assassinat ciblé de militants de gauche (gauche civile ou militaire comme le capitaine Sékou Traoré ex-leader du syndicat étudiant). Blocage des armes par la CEDEAO pour empêcher l'armée de se défendre et laisser le temps aux fascistes de se regrouper au nord du Mali.
Campagnes diffamatoires organisées contre la gauche du pays.....
etc etc....
C'est l'objet de mes texte précédents...

La méthode qui pointe le bout de son nez, c'est la généralisation - y compris en France et donc dans toute l'Europe, à terme - de la construction de "coupeurs de mains". La bourgeoisie esclavagiste demande ouvertement à son agence de mercenaires - le Qatar - de venir dans les quartiers pauvres de France financer des AnçarDine pour y faire la loi.


L'invasion actuelle fut précipitée.....
La cause la plus probable reste à élucider précisément : Hollande a probablement cru que Dioncounda Traoré allait être renversé par la mobilisation populaire.
http://blogs.mediapart.fr/blog/yanick-toutain/150113/mali-pourquoi-cette-4-guerre-contre-lafrique-apres-abidjan-bamako

"WHEN IT SEEMS THAT THE GOVERNMENT IN BAMAKO MIGHT COLLAPSE"

Il y a trois jours, le New York Times publiait la même analyse, mais sans y donner plus d'importance

"France has a long history of expeditionary military actions in its former African colonies. Mr. Hollande had said that France would not send troops into combat in Mali until Friday, when it seemed that the government in Bamako might collapse. But the French had positioned military contingents near Mali, with deployments in Senegal, Burkina Faso and the Ivory Coast, for example. There were also persistent reports that French special forces were in Mali. "

Jean-Philippe Rémy,sur place à Bamako confirmait mon analyse et titrait dans Le Monde

Le pouvoir malien sauvé des putschistes par les militaires français

Il confirme ce qu'écrivait le New York Times qui parlait du "collapse"

Tout ce que je répète depuis trois jours commence à arriver sous les projecteurs des médias : HOLLANDE EST UN MENTEUR QUI EST ALLE SAUVER DIONCOUNDA PAR UNE ATTAQUE FASCISTE CONTRE LE MALI !!!

Jean-Philippe Rémy ajoute :

Loin du nord du pays, il y a un homme que l'armée française a contribué à sauver, au moins temporairement : le président par intérim, Dioncounda Traoré. Quelques jours avant que l'armée française ne déploie des troupes au Mali, notamment à Bamako, le renversement des fragiles autorités locales qu'il dirige semblait "pratiquement programmé", selon un proche du président. Selon la même source, des militaires auraient même envisagé d'arrêter ce dernier dans la nuit du 9 au 10 janvier, la veille de la prise de Konna par la coalition islamiste.

Dans les jours précédant le début des affrontements entre djihadistes et armée régulière, qui allaient déclencher les premières frappes aériennes françaises, Bamako était au bord du gouffre.

Les groupes politiques qui soutiennent l'ex-junte du capitaine Sanogo avaient lancé une série de manifestations en faveur de l'organisation d'une concertation nationale dont le but était de remettre en question le pouvoir de M. Traoré. Ils affirmaient aussi leur hostilité à une intervention extérieure, y compris française, au Mali, laissant le soin de reprendre le Nord à la seule armée malienne.

L'AMBIANCE ÉTAIT ÉLECTRIQUE À BAMAKO

Tandis que les groupes armés islamistes se mettaient en ordre de bataille pour organiser leur percée vers le Sud, des manifestations hostiles étaient organisées à Bamako entraînant des violences. Des organisations politiques, un syndicat d'écoliers et d'étudiants (AEEM) avaient appelé à la grève. Dans les rues, on avait dressé des barrages, enflammé des pneus, bloqué le passage de deux ponts. L'ambiance était électrique.

La chute de Konna semblait ouvrir la voie à celle de Mopti et de la base voisine de Sévaré. Un début de réaction en chaîne qui aurait pu emporter le pouvoir civil. "Si Mopti avait été prise, les islamistes se seraient trouvés avec un boulevard ouvert en direction de Bamako", analyse Tiébilé Dramé, président du Parena, et pilier du FDR, une coalition hostile à l'ex-junte du capitaine Sanogo. Il conclut : "C'est le syndrome de Tessalit."

CE QUE HOLLANDEGATE VIENT DE FAIRE AU MALI PORTE UN NOM : UN COUP D'ETAT FASCISTE !

Et dans une démocratie, l'inculpation et la condamnation porte aussi un nom : CRIME DE FORFAITURE !

Nulle doute que les pantins corrompus qui portent le nom de députés se montreront à la hauteur de la réputation qui est la leur : De petis larbins puants de la Franceàfric esclavagiste ! De petits laquais de Vincent Bolloré et de toute la bourgeoisie esclavagiste !
Il adviendra de ce crime de forfaiture commis par François Hollandegate, la même chose que du crime de forfaiture commis par son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui avait été acheté en public par son maitre Bolloré pour le prix de vacances à Malte sur un yacht et un voyage en avion en Egypte !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.