Président Gbagbo Président Allende 1973-2010 Deux socialistes victimes d'un coup d'Etat fasciste : pour Lénaïg Bredoux

Un commentaire en réaction aux propos de Lénaïg Bredoux

Lénaïg, je suis atterré par vos propos sur la Côte d'Ivoire et sur le président Laurent Gbagbo. Je suis atterré et l'ancien militant des Comités Chili de 1973 va vous répondre.
En reprenant le petit air mensonger des fascistes-putschistes vous osez écrire ceci (je donne le paragraphe entier)

Depuis, le FLN a acquis le statut de membre observateur, aux côtés du FFS algérien (front des forces socialistes), membre de plein droit d’une organisation largement discréditée où siégeaient les partis de Laurent Gbagbo, de Moubarak et de Ben Ali avant d’être balayés par les urnes ou le printemps arabe. Le régime de Bouteflika a échappé à la vague révolutionnaire. Les manifestations de l’an dernier n’ont jamais pris l’ampleur de la Tunisie, de la Libye ou de l’Égypte (lire notre article).

Quelques vérités indiscutables y cotoient un mensonge hallucinant !
Que les choses soient bien claires, je ne suis pas un "partisan" de Laurent Gbagbo. J'ai écrit article sur article pour dénoncer ses compromis stupides, ses reculs, ses pratiques de collabo avec l'esclavagiste Vincent Bolloré. Je comparais Laval-Ouattara (favori de l'Occident impérialiste) à Pétain-Gbagbo (recalé en 1990 avec 60 % de votes, toléré en 2002, victime d'un coup d'Etat Ivoire en 2004) .
La plus grande partie des 57 mentions "Pétain-Gbagbo" que Google voit sont de ma plume.
Je n'ai pas non plus une confiance immodérée dans l'appareil du FPI, dans le souci panafricain égalitariste de Charles Blé-Goudé ou dans la volonté de partage en faveur du paysan de la part de la proto-formoisie compradore ivoirienne - base sociale traditionnelle du FPI de Laurent Gbagbo.
Et même - cerise sur le gâteau - je mène campagne, depuis des années, pour que les Africains (et le reste de la planète) abandonnent l'archaïque et esclavagiste sytème électif. Au profit d'un système de délégation révocable, issu de toutes les luttes populaires, de la Commune de Paris, des vrais soviets prés-staliniens et des CDR de Thomas Sankara..
C'est dire que les élections présidentielles m'indiffèrent au point d'en appeler au boycott systématique.
Seulement voilà, un NOUVEAU système se construit par un dépassement dialectique. Pas pas une destruction. Et encore moins un putsch fasciste.
Fin novembre début décembre 2010 je fis donc l'effort de lire les arguments des partisans de Laurent Gbagbo. Et surtout, je fis l'effort de lire ATTENTIVEMENT les dizaines et les dizaines de PV, de procès-verbaux que publiaient les militants du FPI. Pendant que les sbires pro-Ouattara chantaient la chanson "ce sont des faux, ce sont des faux".... leurs acolytes sur Abidjan.net et ailleurs s'empressaient de les faire effacer..... Afin que nous ne parvenions pas à mener une étude impartiale sur leur contenu. Des milliers de bureaux de vote avec ZERO VOIX pour Laurent Gbagbo, cela était bel et bien la signature d'une tricherie massive par le camp Ouattara.

En conséquence de quoi, il apparaissait que la guerre de basse intensité que connaissait la Côte d'Ivoire venait de connaître un nouveau développment : un tricage massive des élections sous la protection des troupes de l'ONUCI et LICORNE.
Cela m'amena, dès l'écho des premiers bruits de bottes fascistes à écrire, le 13 décembre 2010

Ni Laval-Ouattara, ni Pétain-Gbagbo ! Défense (sans soutien) du gouvernement Gbagbo en cas d'attaque étrangère ! Il faut d'urgence des délégués révocables ! (25 délégateurs désignent un délégué)

Cela manifestait le fait qu'il était hors de question de soutenir une politique néo-esclavagiste bradant la Côte d'Ivoire à Bolloré et aux patrons Franceàfric mais que, pour autant, il était exclu de jouer les Ponce Pilate en laissant les Ivoiriens se faire voler leur vote.
Pronostic avéré, puisque le lendemain, 16 décembre, sous le prétexte d'une manifestation populaire...... qui ne vit jamais le jour, des dingos fétichistes à demi-fous, les milices dozos de Soro-Ouattara, armées de Kalachnikov, se mirent à attaquer la radio-télévision ivoirienne (RTI).
L'armée, loyale à Laurent Gbagbo, a d’ores et déjà prévenu qu’elle tiendrait «pour responsable» l'envoyé spécial de l'ONU, Choi Young-Jin, «des conséquences imprévisibles qui pourraient résulter de ces actions projetées» (les marches, ndlr), car «des informations en possession de l'état-major des armées» affirment que ce dernier «soutient ces projets», précise un communiqué lu par le chef d'état-major à la télévision d'Etat. La communauté internationale, et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, ne cessent d’appeler au calme et à la retenue. Mais les projets des deux camps sont autres. Demain, le RHDP prévoir cette fois de marcher sur les bâtiments du gouvernement.(source Paris Match)
Ces miliciens fascistes, partis de l'Hôtel du Golf, le QG des tricheurs, n'avaient strictement aucun statut légal de quelque ordre que ce soit.
12h [De notre envoyé spécial Christophe Boltanski, dans la manifestation] : Une foule de 300 jeunes environ, précédés par une centaine de Forces Nouvelles [miliciens fasciste armés par les trafics d'or ONUCI selon le Canard Enchainé NdYT], partent de l'hôtel du Golf.(extrait d'une chronologie anti-Gbagbo sur le site du Nouvel Observateur)
Cela n'empêcha pas des soldats ONUCI de leur porter aide et appui. - y compris en poussant certains véhicules ayant difficultés à démarrer.
Sous les objectifs des caméras.
Le putsch échoua : l'armée loyaliste obéissait au président élu, Laurent Gbagbo.
Ceux qui prétendent qu'il n'est pas LE président de la Côte d'Ivoire ne sont que les misérables successeurs et héritiers de ceux qui, - Edwy Plenel était à l'époque parmi nous - osaient prétendre que Salvador Allende n'était qu'un imposteur et que seul le général Pinochet pouvait se prévaloir de la légitimité.
Augusto Pinochet a eu comme héritier Alassane Ouattara.
Pinochet avait ITT et la CIA comme parrains. Ouattara a le FMI, l'ONU, l'armée française, Obama, Sarkozy, Hollande.
Mais personne ne nous empêchera de construire de nouveaux comités Chili et de libérer la Côte d'Ivoire de la présence de ces tueurs psychopathes qui assassinèrent Firmin Mahé sous le prétexte infâme qu'un colonel leur avait conseillé de "rouler doucement".
L'auteur de ce "commentaire" porte comme une médaille d'éthique la condamnation à payer 31000 euros en 4 mois au chef de la police de l'ONUCI en Côte d'Ivoire Jean-Marie Bourry.
dimanche 25 novembre 2012
31 000 euros à payer en 4 mois !
Une condamnation politique pour deux blogueurs français, militants de la Révolution Africaine.

Il confirme que la totalité des membres des troupes d'occupation militaire de l'Afrique sont des "criminels fascistes". Des criminels fascistes dont le forfait équivaut à une Shoah tous les deux ans..... Soit près de 50 millions de morts depuis 1995. En ne comptant que les bébés de moins de un an.
L'auteur de ce commentaire confirme que le juge Janas, l'avocat Changeur et le policier Bourry accompagneront Obama, Sarkozy, BanKiMoon, Ouattara, Soro, Bolloré, Bouygues et toute la clique criminelle - qui assassine l'Afrique et tue 3 millions de bébés chaque année - sur les bancs du Nuremberg de l'Afrique.
On vous y enverra -Lénaïg Bredoux- nous en narrer le déroulement.
Mais après que vous aurez démenti l'information mensongère que Laurent Gbagbo aurait été balayé par les urnes .
Il n'a pas été balayé par des urnes. Il a été vainqeur de l'élection présidentielle de 2010 (comme celle de 1990 et de 2002).
Le président Gbagbo n'a pas été "balayé" !
Le président Gbagbo, légitime président de la Côte d'Ivoire a été attaqué, kidnappé,sequestré, déporté. Il est emprisonné par une clique criminelle esclavagiste à La Haye !
Que ces gens soient déguisés en "juges" ne les protègera pas de l'extradition vers Abidjan !
Après notre victoire révolutionnaire (légitime) contre la classe capitaliste esclavagiste. Cela ne saurait tarder !

Cet article était un commentaire en réponse à
Hollande, Bouteflika: les raisons d'une amitié 20 décembre 2012 | Par Lénaïg Bredoux

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.