REVOLUTION !!! Cadmium: Le patronat pourri SAFT importe en France les méthodes criminelles banales en Afrique et en Asie

La direction de l'établissement de Nersac finit par admettre
que si elle doit appliquer les mêmes taux à Bordeaux et à
Nersac, elle ne peut plus fonctionner tant les organismes
des salariés charentais sont imprégnés de cadmium :
« Si on s’aligne sur Bordeaux, alors je ferme le site
de Nersac,
on ne peut plus fonctionner. Nous avons
une population de 53 mesures biologiques

comprise entre 5 et 10 à Nersac
 »
,
déclare ainsi Philippe Le Ruen, le directeur du site
de Nersac lors d’une réunion du CHSCT le 17 janvier 2008
dont Mediapart a consulté le procès-verbal.

C'est un commentaire posé sous l'article de Rachida El Azzouzi A Nersac en Charente, le combat des «contaminés du cadmium» (22 mai 2013)
Elle signalait la tentative de vente d'une usine dont est propriétaire  le groupe SAFT, une multinationale française flamboyante (263 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2012), qui veut se débarrasser de l’usine de leur vie sur le site de Nersac en Charente à quelques kilomètres d’Angoulême.

Leader mondial sur son secteur – la conception et la production de batterie de haute technologie pour les applications de l’industrie et de la défense –, nourrie de subventions et de crédits d’impôts par l’État et les collectivités territoriales, la firme entend se séparer de son entité de Nersac dédiée à l’activité petite batterie (SNB pour Small Nickel Battery), car officiellement, elle ne fait plus partie de « ses objectifs stratégiques ».

Cette multinaltionale tente de jeter les travailleurs contaminés.... dans la poubelle d'un patron ripoux
Elle veut la céder pour l’euro symbolique au fonds d’investissement français, Fin'Active. Un repreneur « aux reins pas très solides », selon les experts mandatés par le comité central d’entreprise, plusieurs fois condamné par les tribunaux et qui affole les syndicats car il garantit seulement, pour l'heure, de maintenir les effectifs pendant deux petites années.

On a un raccourci ahurissant du fonctionnement du système capitaliste barbare : c'est l'état de santé déplorable des travailleurs qui premièrement induit la MODIFICATION des règles et le doublement des seuils d'exposition.... puis deuxièmement.... la tentative de vente à un patron ripoux..... pour jeter l'entreprise à la poubelle discrètement....

La révolution anticapitaliste
1° abolira la propriété immobilière et l'actionnariat : mondialisation totale de tout l'appareil productif
2° confiera la gestion à des entrepreneurs égalitaristes (qui gagneront 1000 € par mois comme tout le monde.) Ils seront individus ou collectifs divers...
3° rendra l'investissement au citoyen lui-même (300€ /mois en commençant par 1€/j à 7 ans dès la lecture sans retour, dividende, profit...)
Une structure qui souhaite créer une entreprise fera appel à cet investissement du citoyen.
4° exigera que les entreprises REVERSENT 100% de leur Chiffre d'Affaire à la société...
5° transférera donc aussi le capital circulant entre les mains des citoyens....

6° Interdira aux représentants politiques (des délégués révocables à tout moment) d'AVOIR LA CLE DU COFFRE ! La totalité de l'investissement sera dans les mains des citoyens

Dans un tel système, la REPUTATION des ENTREPRENEURS est indispensable.... s'ils veulent recevoir de quoi financer le courant électrique du mois prochain...., les arrivages de matières premières, les loyers divers etc.... sans parler des nouveaux investissements en machines ou en locaux

Dans un tel système, les règles sanitaires (votée par les délégués révocables) seront évidemment DRACONIENNES....
La disparition du profit capitaliste (et de la riba) mettra comme 2 premiers critères le fonctionnement harmonieux de la production et de la participation à cette production : Un humain sain produisant des produits sains !

Les barbares décrits dans cet articles évoquent les pratiques de voyous ordinaires au Bengladesh ou en Afrique....
Cela n'a rien d'étonnant : l'attaque de la bancocratie à partir de 1979, la trahison de la haute et formoisie vis-à-vis de la petite formoisie et des classes spoliatées a fini par aboutir à un pourrissement tel que la bourgeoisie esclavagiste TENTE MAINTENANT d'APPLIQUER EN FRANCE les méthodes fascistes ordinaires en Afrique et en Asie...
C'est la version économique du COUP D'ETAT FASCISTE RAMPANT auquel on assiste en ce moment dans les tribunaux....
Et la mansuétude des juges pourris envers la ministre pourrie Martine Aubry coupable dans le dossier amiante, du pourri racketteur du Nord Kucheida (juste condamné à RENDRE 30 000 € sur tout le fric qu'il a volé pendant des années avec son organisation mafieuse franc-maçonne) ou de la pourrie Sylvie Andrieux de Marseille (dont on apprend à l'instant la condamnation légère) ne sont que des preuves de plus de l'urgence de flanquer en prison tous ces juges pourris complices de l'esclavage en Afrique et des appareils politiques d'organisation de ces crimes contre l'Humanité

Elle risquait jusqu' à dix ans de prison et 150 000 euros d'amende pour détournement de fonds publics. La députée PS des Bouches-du-Rhône Sylvie Andrieux a été condamnée à trois ans de prison, dont deux avec sursis, 100 000 euros d'amende et à cinq ans d'inéligibilité par le tribunal correctionnel de Marseille, mercredi 22 mai.

Elle était jugée, aux côtés de 21 autres prévenus, pour avoir détourné environ 740 000 euros de subventions de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dont elle était vice-présidente en charge de la politique de la ville au moment des faits, entre 2005 et 2008. Le procureur avait requis deux ans de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende.

L'élue était accusée d'avoir présenté au vote du conseil régional des dossiers de demandes de subventions d'associations fictives, afin de pouvoir rétribuer des personnes l'ayant aidée à s'implanter et à se faire élire dans certains quartiers.

 

COMPLEMENT: LA FICHE WIKIPEDIA DU CADMIUM
Cadmium

extraits

Cadmium ArgentCadmiumIndium Zn  
Structure cristalline hexagonale
 
48 Cd

Précautions Directive 67/548/EEC6

Très toxique
T+

Dangereux pour l’environnement
N

SIMDUT7D1A : Matière très toxique ayant des effets immédiats graves
D1A, D2A,

 

SGH8SGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
DangerH330, H341, H350, H361fd, H372, H410,

 

Le cadmium est un élément chimique de symbole Cd et de numéro atomique 48.

Sommaire

Histoire

Le cadmium fut découvert en 1809 par le médecin et chimiste suédois Magnus Martin af Pontin, mais c’est en 1817 que l’Allemand Friedrich Stromeyer le prépara pour la première fois[réf. nécessaire].

Le nom de cadmium vient du latin cadmia « calamine », ancien nom donné au carbonate de zinc (le cadmium était extrait de ce minerai aux environs de la ville de Thèbes, qui fut fondée par Cadmos, et dont la citadelle porte le nom de Kadmeia, en français Cadmée.

Propriétés

Le cadmium est un métal blanc, mou et malléable. Il ternit au contact de l'air.

Propriétés physiques

Cadmium

Le cadmium est un métal blanc argenté ayant des propriétés physiques proches de celle du zinc. Il fond à 320,9 °Cet bout à 767 °C. Lors de l'ébullition du cadmium, il se dégage des vapeurs jaunes toxiques.

Sa masse spécifique est de 8 650 kg/m³.

Il est ductile (capacité à l’étirement), malléable (capacité à la mise en forme) et résiste à la corrosion atmosphérique, ce qui en fait un revêtement de protection pour les métaux ferreux.

Propriétés chimiques

Les propriétés chimiques du cadmium sont semblables à celles du zinc. L'ion cadmium est déplacé par le zinc métallique en solution : il est moins réactif que le zinc.

Il s'oxyde très peu à la température ambiante et brûle dans l'air en donnant l'oxyde anhydre CdO, insoluble dans un excès d'hydroxyde de sodium.

Réagissant avec les acides comme avec les bases, il est soluble dans l'acide nitrique dilué et dans les acides chlorhydrique et sulfurique concentrés et chauds.

Sa masse molaire atomique est de 112,4 g/mol.

Toxicité et toxicologie du cadmium

Article détaillé : Intoxication au cadmium.

Physiopathologie de l'intoxication au cadmium9

Le cadmium est un cation bivalent comme le calcium. Il se substitue au calcium dans le cristal osseux et en modifie les propriétés mécaniques. Le calcium est libéré dans le liquide extracellulaire. Le métabolisme du calcium conduit à une régulation très précise du taux plasmatique. Le cadmium entraîne une très importante fuite calcique dans les selles, même avec des expositions très faibles.

Les effets du cadmium sur l'organisme sont connus depuis les années 1950. Très toxique sous toutes ses formes (solide, vapeur, sels, composés organiques), c'est l'un des rares éléments n'ayant aucune fonction connue dans le corps humain ou chez l'animal. Il faut éviter son contact avec des aliments. La toxicité spécifique de ses isotopes est moins connue, mais l'IRSN a produit une fiche pédagogique sur le radionucléide Cadmium-109 et l'environnement10.

  • Chez l'animal, c'est le rein et le foie qui sont principalement touchés. Certains animaux (équins en particulier) semblent concentrer fortement le cadmium dans leurs reins, d'autant plus que le cheval (cas le plus courant) est vieux. C'est pourquoi des législations spécifiques peuvent concerner les abats des animaux « tardivement abattus », de cheval en particulier 11.
    La teneur moyenne en cadmium des abats d'équidés (cheval, âne, mulet, baudet) est environ de 10 µg/g de cadmium 11. La dose journalière tolérable temporaire (DJTT) ayant été fixée à 1 µg.kg-1.d-1, toute commercialisation des abats des équidés tardivement abattus est interdite 11. Même si ces abats étaient la seule source de cadmium alimentaire pour les humains, cette interdiction serait justifiée, car une consommation moyenne hebdomadaire de seulement 100 g d'abats conduit à exposer le consommateur à 1000 µg/semaine, soit pour quelqu'un de 60 kg plus du double de la DJTT (qui autorise une consommation de 60 µg par jour, soit 420 µg/semaine) 11.
  • Chez l'homme, il provoque notamment des problèmes rénaux et l'augmentation de la tension. En outre, son inhalation étant dangereuse, des risques potentiels sont à craindre avec les téléphones portables et sans fil, en particulier s'ils sont utilisés peu de temps après chargement (ce qui est moins fréquent avec les portables mais récurrent avec les téléphones sans fil), car les piles ou batteries rechargeables sont alors chaudes et dégagent souvent, même neuves, des vapeurs toxiques en faible quantité, mais facilement inhalées en raison de la proximité des voies respiratoires.

Face à ces risques et aux autres contaminations environnementales, les piles NiMH moins polluantes et moins dangereuses pour la santé ont remplacé à partir de 2008 les piles NiCd au sein de l'Union européenne. Les piles NiMH ont en outre elles aussi disparu, au profit des accumulateurs lithium-ion, dans la quasi-totalité des appareils nomades.

Historique

Dans les années 1950, au Japon, une intoxication aigüe au cadmium a donné une maladie des reins et des os nommée itaï-itaï (qui signifie « j'ai mal, j'ai mal »), cette phrase étant souvent répétée par les personnes atteintes.

Le cadmium est concentré par la chaine alimentaire. Les mollusques bivalves le concentrent 300 000 fois, voire plus. Celui-ci peut venir de loin ; par exemple, le cadmium présent en excès dans les huîtres d'Oléron vient d'une source située très en amont (anciens déchets miniers).

Norme et sécurité

En France, la quantité moyenne annuelle de cadmium ingéré par personne et par an est évaluée à 12 mg. L'absorption par voie digestive de plus de 0,9 g ou par voie respiratoire (poussières) à des concentrations plus grandes que 200 mg/m3 peut entraîner des troubles graves.

En France, la valeur limite d'exposition est fixée à 0,05 mg/m3 pour les fumées d'oxyde.

La consommation de tabac peut représenter jusqu'à 75 % de l'absorption alimentaire humaine en cadmium quotidienne. Aujourd'hui, les principaux risques d'intoxication sont liés aux expositions prolongées à de faibles doses de cadmium. Le cadmium est principalement absorbé par inhalation et se fixe à 30-40 % dans les reins, où il entraîne une perte anormale de protéines par les urines (protéinurie).

Sources d'exposition

Le cadmium semble quantitativement absorbé d'abord par inhalation et, à un moindre degré, par absorption gastro-intestinale. Il n’est pas absorbé par la peau. En dehors de l’exposition professionnelle, on peut y être exposé via :

  • la fumées et les poussières perdues par certaines industries (métallurgie, recyclage des batteries au cadmium, engrais phosphorés) ;
  • la fumée de cigarette (la source principale de contamination de la population générale) ;
  • les engrais phosphorés de synthèse (ou naturels parfois), qui en contiennent beaucoup et qui polluent le sol et les nappes ;
  • les effluents et boues d'épuration urbaine et/ou industrielles épandues sur les champs ou en forêt, qui sont des sources parfois importantes de cadmium. Deux cultures expérimentales sur champ après épandage de boues d'épuration ont montré que ces épandages ont conduit à des teneurs proches des maxima autorisés12;
  • certains aliments, dont les champignons, ou encore les organes comme le foie et les reins, qui en contiennent souvent des taux supérieurs aux normes, parce que leur rôle est justement de capter et de réduire les concentrations de cadmium circulant dans l'organisme. Certains légumes (par exemple les épinards) et les céréales peuvent concentrer le cadmium. Les cultures de céréales sur sols acides favorisent la contamination du grain, avec cependant des différences significatives selon les variétés plantées. Le cheval en absorbe plus que les autres animaux.
    Les animaux sauvages ne sont pas épargnés, et peuvent être une source d'intoxication pour l'homme. En France, les plans de contrôles récents (2008) n'ont porté que sur un petit nombre d'échantillons ; pour le cadmium, ils montraient que c'est uniquement dans les viandes de gibier sauvage (7 échantillons de muscle sur 57 dépassaient la norme, ainsi que 9 échantillons de foie sur 56) que des dépassement de normes ont été constatés (non dans le gibier d'élevage)13
  • les cendres et résidus d'incinération, après combustion d'objets contenant du cadmium (peintures, PVC, etc.) comme colorant, additif ou catalyseur ;
  • l’air urbain (niveaux parfois très élevés près des centres de production).

Les lichens, les mousses et les champignons peuvent accumuler des doses très élevées, voire mortelles, de cadmium et d'autres métaux lourds, faisant de ces espèces de bons indicateurs de l'état de pollution de l'environnement (quand elles y ont survécu).

Intoxications aiguësFièvre des fondeurs

L’inhalation de fumées d’oxyde de cadmium (générées lorsque le cadmium métallique est porté à haute température). Il entraine des symptômes semblables à ceux de la fièvre des fondeurs (état grippal débutant). Le traitement est uniquement symptomatique.

Atteinte pulmonaire

L’exposition à des niveaux plus élevés peut causer de sérieux dommages pulmonaires, voire la mort. Les fumées d'oxyde de cadmium sont des irritants pulmonaires sévères (dû à la taille de leurs particules), alors que les poussières de cadmium sont moins irritantes, leurs particules ayant une plus grande dimension. Les symptômes sont souvent de type pulmonaire (les signes cliniques étant le reflet de lésions allant de l'irritation rhinopharyngée et bronchique à l’œdème pulmonaire), mais peuvent être aussi des maux de tête, des frissons, des douleurs musculaires, des nausées, des vomissements, des diarrhées, etc. Les concentrations fatales de fumées varient de 40 à 50 mg/m3.

Intoxications chroniquesAtteintes rénales

L'exposition chronique au cadmium par inhalation ou ingestion a comme conséquence des atteintes rénales qui peuvent continuer de progresser même après la cessation de l'exposition1415.

Atteinte pulmonaire

L'exposition de longue durée par inhalation à de bas niveaux peut causer une diminution de la fonction pulmonaire et l'emphysème.

Atteinte osseuse et hormonale

L'absorption du cadmium par ingestion est quantitativement faible, mais l'exposition chronique à des niveaux élevés de cadmium dans la nourriture peut causer des désordres osseux graves, incluant l'ostéoporose et l'ostéomalacie16.
L'ingestion à long terme, par une population japonaise, d'eau et de nourriture contaminées par le cadmium, a été associée à une condition incapacitante, la maladie itaï-itaï, c'est-à-dire « aïe-aïe »17. Elle se caractérise par d'intenses douleurs au dos et dans les articulations, de l'ostéomalacie (rachitisme adulte), des fractures osseuses et, occasionnellement, des défaillances rénales. Cette maladie affecte le plus souvent les femmes. La multiparité et une alimentation de pauvre qualité sont deux facteurs aggravants. La ménopause et l'ostéoporose peuvent aussi induire un auto-empoisonnement saturnin par relargage du plomb qui était fixé dans l'os (risque qui peut être réduit par un traitement hormonal18).

L'exposition à de faibles doses est également nuisible. Une étude suédoise a montré en 200619,20 qu'une faible exposition a aussi des effets osseux négatifs chez l'homme21. Les femmes de 53 à 64 ans sont à la fois les plus sensible à la rétention du cadmium (qui semble ensuite diminuer légèrement) et à l'ostéoporose20. Chez 820 femmes étudiées en Suède, le taux de cadmium urinaire était statistiquement corrélé à une diminution de la densité osseuse, négativement associée à l'hormone parathyroïdienne22 (impliquée dans le métabolisme osseux) et positivement associée à la désoxypyridinoline urinaire (marqueur de résorption osseuse), y compris dans le sous-groupe des femmes les moins exposées et n'ayant jamais fumé (le tabac est une des sources de cadmium)20. La gravité des effets osseux augmentait après la ménopause2023. Chez le rat le cadmium perturbe le système hormonal24, et chez la souris, il aggrave la perte osseuse induite par un déficit hormonal25. Le cadmium affecte notamment l'hormone parathyroïdienne26 et le métabolisme de la vitamine D27.

Divers

D'autres conséquences de l’exposition chronique au cadmium sont :

Santé reproductive : Les effets testiculaires étaient démontrés chez l'animal à fortes doses expérimentales, avec une altération génétique constatée même à des doses inférieures aux doses toxiques chez la souris 28. On a récemment montré que le cadmium est aussi un perturbateur endocrinien. Chez le rat, il interagit, aux seuils à ne pas dépasser pour l’OMS, avec les récepteurs des œstrogènes. À l'université de Washington (USA)29, des rats femelles dont on avait ôté par ablation les ovaires (afin que l’animal ne produise plus d’œstrogènes) ont été exposés à une injection hebdomadaire de cadmium à un taux qui est celui que l’OMS recommande de ne pas dépasser (5 et 7 microgrammes par kilogramme et par semaine). Quatre jours après la première injection, des effets pseudo-hormonaux étaient observés. Le cadmium dans le sang produit chez les rats femelles la pousse des glandes mammaires, ainsi qu’une augmentation du poids et de la taille de l'utérus. Les femelles gravides ont des petits dont la puberté survient plus tôt. Le lait peut être contaminé30. Cet effet hormonal pourrait expliquer certains troubles osseux (ostéoporose, fractures précoce...) observés au Japon chez les femmes atteinte de la maladie itaï-taï décrite en 1967. Les conclusions ne peuvent être directement extrapolées à l’homme, mais la question est posée. Les effets œstrogéniques sont à confirmer par des études sur d’autres modèles animaux et chez l’homme, notamment parce que le cadmium a été injecté dans le cas des rats, alors qu’il peut être présent chez l'homme sous des formes différentes et moins brutales (voie orale ou pulmonaire).

Une autre question est celle de la synergie ou potentialisation lorsque le cadmium est absorbé - ce qui est souvent le cas - avec d’autres toxiques. Les doses maximales recommandées par l'OMS (7 microgrammes par kilogramme et par semaine, et entre 3 à 5 microgrammes par litre pour la boisson) pourraient un jour être révisées, comme pour le plomb (qui pourrait agir en synergie avec le cadmium comme cause de troubles osseux et hormonaux31).

Remarque : L'exposition et les effets varient selon le sexe32

Temps de séjour dans l’organisme

Le cadmium s'accumule dans les organes au long de la vie pour chez l’homme adulte et peut atteindre 30 à 40 milligrammes, voire plus chez ceux qui y ont été exposés durant leur vie, car l'élimination naturelle (urine, excrément, et moindrement règles, éjaculation, perte de phanères (ongles, cheveux) ne compense généralement pas les apports.
Il s'accumule provisoirement dans le foie avant de s’accumuler dans les reins où au-delà de 200 mg par kg chez l’adulte, il provoque des lésions irréversibles.

Cancérogenèse et mutagenèse

Plusieurs composés inorganiques du cadmium causent des tumeurs malignes chez l’animal. L'exposition professionnelle au cadmium peut être considérée comme responsable d’une augmentation significative du cancer du poumon. Le CIRC (Centre de recherche international sur le cancer) a déterminé qu'il y a suffisamment de preuve chez l'homme quant à la cancérogénicité du cadmium et de ses composés. Il s'avère également que le cadmium a la capacité de modifier le matériel génétique, en particulier les chromosomes. D'après le directeur du centre de recherche de la fondation "vive la santé" le cadmium serait un des facteurs de stérilité.

Gisements

Le cadmium n'existe pas à l'état natif. Son minerai, la greenockite CdS, est très rare et inexploité.

Le cadmium est présent dans presque tous les minerais de zinc (la teneur en cadmium varie de 0,01 à 0,05 %), et est obtenu industriellement comme sous-produit de la métallurgie du zinc. Sa production dépend de celle du zinc, dans une proportion variable de 1,8 à 6 kg de cadmium/tonne de Zn élaboré (3 kg/tonne de zinc en moyenne).

Le cadmium est également présent dans des minerais de plomb et de cuivre, ainsi que dans des phosphates naturels (34 ppm pour les phosphates jordaniens, 380 ppm pour les phosphates tunisiens).

Métallurgie

La métallurgie du cadmium est intégrée à celle du zinc. Dans tous les cas, une partie du cadmium est récupérée par filtration du gaz provenant du grillage.

Deux cas sont à étudier :

  • Lors de la pyrométallurgie du zinc : le cadmium est récupéré lors du raffinage du zinc. L'éponge ainsi obtenue est raffinée thermiquement par fusion (à 450 °C) en présence de soude pour éliminer zinc et plomb sous forme de zincate et plombate puis par distillation à 770 °C.
  • Lors de l'hydrométallurgie du zinc, le cadmium est en solution (0,2 à 0,3 g de Cd/l) dans le bain d'électrolyse. Il est récupéré, après épuisement de Zn2+, par cémentation à l'aide de zinc. On obtient des boues bleues contenant environ 6 % de cadmium et 15 % de cuivre qui sont ensuite attaquées à l'aide d'acide sulfurique. Les ions Cd2+ sont à nouveau réduits en métal par cémentation par le zinc. Le raffinage a lieu par lixiviation à l'acide sulfurique et électrolyse (anode en plomb et cathode en aluminium).

zone géographiqueannéetonnesMonde199418 882Canada19942 129Chine19941 300Belgique19941 557Mexique19941 255ex-URSS19941 407Allemagne19941 145Monde occidental199612 708Europe19965 633Japon19962 357États-Unis19961 238Production

Environ 10 à 15 % de la production mondiale du cadmium se fait à partir de matériaux recyclés.

Le tableau ci-contre donne les productions annuelles de différents pays.

Recyclage

Il est réalisé principalement à partir des accumulateurs Ni-Cd et des soudures.

Il est à noter qu’en France par exemple, près de la moitié des besoins en cadmium provient du recyclage (environ 1 000 tonnes de cadmium recyclé/an).

Utilisation

Le cadmium a de multiples utilisations : notamment dans les écrans de télévision, les barres de contrôles des réacteurs nucléaires, les colorants (émail, glaçure).

Il entre dans la composition de nombreux alliages à bas point de fusion (soudures, brasures) et sert à la fabrication de certaines batteries d'accumulateurs (« piles rechargeables »).

Mais ses principales utilisations sont celles de ses composés qui concernent les revêtements anticorrosion (appliqué en couche mince sur l'acier par cadmiage, le cadmium protège contre la corrosion, en particulier saline) ou encore la fabrication de pigments de couleurs (jaune et rouge).

Ses principaux usages :

  • Accumulateurs électriques (« piles » rechargeables) Ni-Cd : la matière constituant l'anode est un mélange pulvérulent d'hydroxyde de nickel et de graphite. Celle de la cathode est du cadmium avec 20 à 25 % de fer. Les matières actives sont placées dans des pochettes en acier nickelé perforées (trous de 0,1 mm) de 10 mm de large. L'électrolyte est une solution aqueuse de KOH : 6 à 8 moles/litre. Quoique supplantés actuellement par des dispositifs de type Lithium-ion ou nickel-hydrure de métal Ni-MH, les accumulateurs Ni-Cd restent employés, malgré leur effet mémoire, dans les applications où la résistance interne doit rester faible (appels de courant important) : moteurs électriques, talkies-walkies, etc.

En 1992, la production d'accumulateurs Ni-Cd était de 1,3 milliard d'unités dont 60 % par des producteurs japonais et 15 % par des français ;

  • Pigments à base de sulfure de cadmium (jaune avec CdS, rouge avec Cd(S,Se), orange par mélange des deux précédents) : ils ont été utilisés à grande échelle dans les matières plastiques (casques, verres, céramiques…).

Van Gogh utilisait du CdS pour faire le jaune de ses tournesols. La Communauté européenne a adopté une directive limitant l'utilisation des pigments de cadmium aux seuls cas où ils ne peuvent être remplacés (polymères) ;

  • cadmiage : le cadmium est inaltérable à l'air et a un bon comportement en milieu marin. Le cadmiage est effectué par électrolyse. Utilisé, en particulier pour protéger les rivets d'assemblage en aéronautique ;
  • alliages à bas point de fusion : fabriqués pour brasures de conducteurs électriques (Ag 50 %, Cd 18 %, Zn 16 %, Cu 15 %) et pour fusibles (Bi 50 %, Pb 27 %, Sn 13 %, Cd 10 %, fond à 70 °C) ;
  • absorption de neutrons : la section efficace du cadmium pour l'absorption des neutrons étant particulièrement élevée, le cadmium sert à la réalisation de barres de contrôle dans les réacteurs nucléaires, et est utilisé en tant que protection biologique vis-à-vis de sources de neutrons ;
  • stabilisant du PVC : utilisé sous forme de sulfure de cadmium.
  • en combinaison avec de l'or, il fait partie de la famille des métaux « intelligents » et sert donc à fabriquer des lunettes incassables, des tuyaux dans les centrales nucléaires...

(...)

Le tableau ci-contre montre les consommations par pays par année (en tonne).

Le tableau ci-dessous montre l’importance de la consommation par secteur d'utilisation dans le monde occidental (en %).

Année 1996 1980 Batteries Cd-Ni 70 % 30 % Pigments 13 % 25 % Galvanoplastie8 %25 %Stabilisant7 %15 %Alliages et divers2 %5 %Pollution par le cadmium

Elle est en forte diminution dans les mers depuis les années 1980, mais les taux restent localement préoccupants, notamment dans les coquillages et organismes du haut de la pyramide alimentaire. En Europe la Belgique centre est particulièrement touchée, ainsi que les ex-pays de l'Est. Les origines de la pollution par le cadmium sont multiples, avec notamment :

Agricole Engrais phosphatés 263 Eau 62 « Redéposition » des poussières 168 Boues d'épandage 52 Total T 1 545T 2 Atmosphérique Combustion de produits pétroliers 28 Raffinage de Zn 23 Incinération des ordures ménagères 28 Combustion du charbon 21 Sidérurgie 24 Production d'accumulateurs 11 Total T 1 168T 3 Aquatique Sidérurgie, métallurgie 42 Cadmiage 20 Fabrication des engrais phosphatés 30 Raffinage de Zn 17 Fabrication de pigments33 21 Total T 1124

  1. a, b et c pour l’ensemble de l’Union européenne
  2. L'apport des engrais phosphatés est de 2 à 6 g de Cd/ha/an, soit en France, 82 tonnes/an. Dans la chaîne alimentaire, Cd se concentre principalement dans les feuilles des plantes (salades, choux mais aussi tabac).
  3. La teneur de Cd dans l'air varie de 1 ng/m³ en zone rurale, à 20 ng/m³ en zone industrielle et 30 µg/m³ près de l'Etna.

Le risque lié au cadmium des engrais phosphorés en Europe commence à être pris en compte. En Europe, la Commission a publié plusieurs textes et décisions concernant les dispositions nationales relatives à la teneur maximum admissible en cadmium des engrais34,35.

Réglementation

Le cadmium est limité ou interdit pour certains usages.
Il fait partie des métaux devant être contrôlé dans l'eau potable (dans la plupart des pays)
En Europe, depuis le 1er juillet 2006, la Directive RoHS ( "Restriction of the use of certain Hazardous Substances in electrical and electronic equipment") limite son usage dans certains produits commercialisés en Europe (dont éclairage et électronique, hors batteries). Les autres métaux concernés sont plomb, mercure, chrome hexavalent, polybromobiphényles (PBB), polybromodiphényléthers (PBDE), ces derniers sont limités à 0,1 % du poids de matériau homogéne, mais la limite imposée pour le cadmium est 10 fois plus basse que pour ces derniers produits 0,01 %). Remarque : cette directive pourra être élargie à d'autres produits et à d'autres toxiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.