31 000 euros à payer en 4 mois ! Une condamnation politique pour deux blogueurs français, militants de la Révolution Africaine.

Cet article publié dimanche visait à donner une vision internationale de cette absurde condamnation inique. Un Chinois ou un Africain d'une "république bananière" aurait la satisfaction de voir la poutre dans l'oeil du Français - un Français obnubilé par les pailles étrangères mais aveugle à cette occupation esclavagiste de l'Afrique - qui tue 3 millions de bébés chaque année. Un Français aveugle aux victimes collatérales de la répression pro-esclavage organisée depuis les tribunaux de la métropole.
Si cet article était publié initialement accompagné d'une photo du visage de Henry David Thoreau, c'est pour une raison bien simple : la France se trouve dans la même situation que les USA avant 1861. Et les militants blogueurs sont pour le "pays des droits de l'Homme" ce que Thoreau était pour les esclavagistes du milieu du 19° siècle : des gêneurs qu'il faut baillonner et renvoyer à la rue ou dans la vie des bois !
APPEL INTERJETE LUNDI
Informés - jeudi dernier - de cette condamnation, les deux blogueurs - les deux victimes de ce référé les condamnant à payer en quatre mois l'équivalent de deux années de leurs revenus - ont pu trouver lundi une avocate sur Bordeaux. Celle-ci fit appel dans la journée.
Quant au calcul du montant de cette somme astronomique, c'est une première avocate (du Havre) qui, consultée vendredi soir l'a effectué en lisant les attendus du procès. Elle a calculé cette somme (astreinte) de 24 000 euros exigible immédiatement par tranche de 200 euros par jour (à partir du jeudi 22 novembre) sur une durée de 4 mois et qui signala que les 7000 euros supplémentaires étaient exigibles sans délai. Les démocrates attachés à la liberté d'expression comprendront - de concert avec les militants de la révolution pour l'abolition de l'esclavage à 50 euros, que cette prétendue "astreinte" exigeant" l'effacement de contenus politiques ne peut, en aucune façon, être gérée comme telle : les démocrates n'effacent pas la liberté !

31 000 euros à payer en 4 mois ! Une condamnation politique pour deux blogueurs français, militants de la Révolution Africaine.  (un article sur RevActu par Yanick Toutain)

Il y a en France de nombreux critiques médiatiques prompts à condamner la justice chinoise ou les jugements prononcés dans les pays d'Afrique. Mais cette critique est d'autant plus aisée à rendre condamnables certains régimes pour leurs travers que ce qui se passe dans les pays "modèles" est soigneusement laissé dans l'ombre par une presse largement servile.
Trois jours après l'annonce (faite par ceux-ci) de la condamnation de deux blogueurs - prononcée le 19 septembre, les médias informés ont persisté dans leur silence.
Ce qui est condamné est un article du 2 janvier 2011, publié sur le blog RevActu au moment où le président légitimé par le conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire était face à un putsch menée par des forces irrégulières soutenues par l'ONUCI) .
La condamnation a été prononcée par l'usage inique d'un article de loi (9-2 code civil) destiné à juger en urgence de graves atteintes à la vie privée d'une personne. Seule cette "urgence" aurait pu rendre tellement "évidente" l'atteinte à l'intimité de la vie privée qu'il faille agir.
Cela n'était - un an et demi après l'article - absolument pas le cas. Cela ne fait que manifester la complicité de la justice française dans la répression, non seulement de la population africaine, mais encore de ceux qui, en France, considèrent que le statut de l'Afrique est le même que celui de la Louisiane, de la Virginie ou de la Caroline en 1850. Un statut que les juges de Chicago ou de New-York validaient à l'époque en renvoyant dans leurs plantations esclavagistes les malheureux "Oncle Tom" qui auraient commis l'erreur de tomber dans les mains de la police et de la justice du "Nord"....
Nulle "Guerre de Sécession" n'est à attendre par les deux blogueurs pour mettre fin à l'esclavage Franceàfric et à la répression en faveur de l'esclavage.  Ils n'ont que jusqu’à mardi pour trouver un avocat à l'autre bout du pays pour faire appel d'une décision qui exige qu'ils payent en quatre mois la somme qu'ils leur sert à vivre pendant deux ans !.

220px-Henry_David_Thoreau.jpg Henry David Thoreau
Opposé à l'esclavagisme toute
sa vie, faisant des conférences
et militant contre les lois sur
les esclaves évadés et capturés,
louant le travail des abolitionnistes
et surtout de John Brown,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.