Je viens de modifier le Wikipédia de "International Crisis Group" ce 31 décembre 2012 à 11H10

Les capitales occidentales, par leurs mises en gardes et les mandats à court termes qu’elles imposent à leurs troupes, empêchent une véritable planification de l’action militaire en Afghanistan et font planer le doute quant à la fermeté de l’engagement international dans ce pays. Ceux qui se considèrent comme des acteurs majeurs de l’OTAN, par exemple l’Allemagne, la France ou l’Italie doivent assumer une plus grande partie des tâches, notamment les activités de combat.(International Crisis Group Afghanistan: La communauté internationale doit rester déterminée Rapport Asie N°145 6 févr. 2008

Je connaissais pas ce groupe.
J'avais lu, en diagonale, un rapport que ces gens avaient fait sur le Mali.

Mali : pour une action internationale résolue et concertée Briefing Afrique N°90, 24 septembre 2012 

Des décisions cohérentes doivent être prises par les acteurs maliens, régionaux et internationaux à l’occasion de la réunion spéciale consacrée au Sahel en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York pour empêcher le Mali de sombrer davantage dans le chaos.


C'est en retombant sur se fameux rapport de septembre 2012 qu'il m'est revenu en mémoire qu'ils avaient quasiment planfié l'attaque MISMA contre le Mali.
Ayant le réflexe de chercher de la documentation, je trouve sur Wikipédia un texte insipide. Visiblement rédigé par les intéressés eux-mêmes ou un agence de propagande.
Je m'interroge sur des conflits éventuels avec des opposants - plus honnêtes que ces gugusses larbins visibles de la bourgeoisie esclavagiste mondiale.
Je clique sur "historique".
Surprise, un paragraphe entier s'y trouve.

"Cette ONG n'en est pas une"

Pourquoi une telle documentation en historique et non pas en page principale ?
Pour savoir de quoi il retourne, quoi de plus simple que de POSER en PAGE PRINCIPALE cette documentation annexe "Cette ONG n'en est pas une" qui donne une des clés principales sur cette FAUSSE ONG.
Naturellement, concernant le Mali et les agissants de ces comploteurs contre la souveraineté de cet Etat africain, j'aurai beaucoup à en écrire. D'autant qu'ils en sont à donner directement des ORDRES à leurs pantins politiques sur place !

Voici dont l'état de la page Wikipédia le 31 décembre 2012 à 11h10.
Je viens d'y insérer le paragraphe "Cette ONG n'en est pas une"



International Crisis Group


Aller à : Navigation, rechercher

Cet article est une ébauche concernant une organisation non gouvernementale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'International Crisis Group est une organisation non gouvernementale multinationale, à but non lucratif, dont la mission est de prévenir et résoudre les conflits meurtriers grâce à une analyse de la situation sur le terrain et des recommandations indépendantes. Président directeur général : Louise Arbour (depuis juillet 2009), ancienne haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

Sommaire

Historique

L'ICG a été créé en 1995 comme organisation non-gouvernementale internationale sur l'initiative d'un groupe de personnalités transatlantiques célèbres désespérées par l’incapacité de la communauté internationale à anticiper et répondre efficacement aux tragédies survenues en Somalie, au Rwanda et en Bosnie au début des années 1990. Cette initiative a été menée par Morton Abramowitz (ancien ambassadeur des États-Unis en Turquie et en Thaïlande, alors président de la Fondation Carnegie pour la paix internationale), Mark Malloch Brown (futur administrateur du PNUD, Vice-secrétaire général de l'ONU et ministre britannique pour l'Afrique, l’Asie et l'ONU), et son premier président, le sénateur George Mitchell.

L'idée était de créer une nouvelle organisation dotée d’un personnel hautement qualifié agissant en tant qu’yeux et oreilles du monde face à l'imminence de conflits, et d’un conseil d’administration jouissant d’une grande influence et capable de mobiliser une action efficace de la part des décideurs politiques du monde entier.

De débuts modestes – un bureau de deux personnes à Londres, et une équipe de terrain réduite dans les Balkans et en Afrique de l'Ouest - Crisis Group a connu une croissance rapide au cours de ces dernières années. Elle emploie actuellement quelque 130 professionnels dans le monde entier, de 46 nationalités et parlant 53 langues différentes, avec le soutien d’environ 20 consultants et 35 stagiaires.

Action

Les équipes de l'International Crisis Group effectuent des évaluations et récoltent des informations dans les pays sensibles afin de prévenir les crises. Des comptes rendus sont régulièrement rédigés afin de toucher les décideurs internationaux (tels que l'ONU, l'UE ou la banque mondiale). L'ICG travaille en collaboration avec les gouvernements et d'autres ONG afin d’attirer leur attention sur les conflits possibles et d'anticiper les crises.

Les rapports de Crisis Group, de même que les activités de sensibilisation qui les accompagnent, ont eu un impact considérable en matière de prévention et de résolution de conflits dans des régions comme les Balkans, la Corne de l’Afrique, l’Afrique centrale ou de l’Ouest, et gagnent rapidement en influence dans d’autres régions, particulièrement au Moyen-Orient et en Asie – zones où les responsables politiques sont confrontés au terrorisme islamiste, à la prolifération nucléaire, aux conflits locaux et aux multiples problèmes posés par des États fragiles ou défaillants.

Crisis Group publie chaque année environ 90 rapports et briefings, ainsi que le bulletin mensuel CrisisWatch qui offre une mise à jour régulière des situations de conflits actuels ou potentiels dans près de 70 pays.

Financement

L'International Crisis Crisis reçoit des financements de divers gouvernements, pour l'essentiel occidentaux, ainsi que de fondations caritatives, d'entreprises et de donateurs individuels. En 2012, son budget s'élevait à 20.3 millions de dollars américains. 49 % de ses fonds provenaient de 18 gouvernements différents et de l'Union européenne, 31 % d'entreprises privées et de donateurs individuels, et 20 % de diverses fondations et organisations philantropiques. Le philanthrope George Soros, président de l'Open Society Institute, est membre de son conseil d'administration, et son conseil consultatif compte des entreprises telles que Chevron et Shell.

Cette ONG n'en est pas une

Cette " ONG " est on ne peut plus gouvernementale puisque 40% de ses fonds viennent directement des gouvernements. (rapport annuel 2008). Ensuite 30 % viennent de fondations d'entreprises privées, des fondations qui ne financent pas les ONG pacifistes.

Cette " ONG " participe activement à la propagande guerrière de l'OTAN. C'est par exemple cette ONG qui pour l'OTAN justifie (tant bien que mal) la guerre en Afghanistan. Afghanistan: La communauté internationale doit rester déterminée

Elle est régulièrement invitée par l'OTAN : Le vice-président Nick Grono, donne un aperçu général de la manière dont évolue la guerre médiatique menée par les talibans – et indique comment riposter.[1]

Cette ONG gouvernementale est va-t-en guerre : la meilleure réponse à une crise : la guerre ! Vous pourrez vous en apercevoir par vous-même en parcourant le site de l'OTAN ou en recherchant "crisis group" sur le site de l'OTAN ou en recherchant OTAN sur le site de crisis group.

Alain Délétroz, vice-président pour l'Europe d'International Crisis Group, est également un propagandiste patentée de la haine de Chavez. [2] Il s'amuse à montrer que la légitimité démocratique de Chavez en fait un dictateur, et en lisant ses papiers vous verrez qu'il arrive presque à vous convaincre.

Georges Soros, son fondateur, est bien connu pour ses capacités de "dialogue" avec les victimes et son engouements pour les organisations non-gouvernementales bellicistes.[3]

Financeurs 2008

  • 40 % gouvernements : Australia (Agency for International Development; Department of Foreign Affairs and Trade) • Austria (Austrian Development Agency) • Belgium (Ministry of Foreign Affairs) • Canada (Canadian International Development Agency; Foreign Affairs and International Trade Canada; International Development Research Centre) • Czech Republic (Ministry of Foreign Affairs) • Denmark (Ministry of Foreign Affairs) • Finland (Ministry for Foreign Affairs) • France (Ministry of Foreign Affairs) • Germany (Federal Foreign Office) • Ireland (Irish Aid) • Liechtenstein • Luxembourg (Ministry of Foreign Affairs) • The Netherlands (Ministry of Foreign Affairs)• New Zealand (Agency for International Development) • Norway (Ministry of Foreign Affairs) • Qatar • Sweden (Ministry for Foreign Affairs) • Switzerland (Federal Department of Foreign Affairs) • Turkey (Ministry of Foreign Affairs) • United Kingdom (Department for International Development; Economic and Social Research Council) • United States (U.S. Agency for International Development)
  • 30 % fondations d'intérêt privé :

Carnegie Corporation of New York • Charles Stewart Mott Foundation • Ford Foundation • Fundacion DARA Internacional • Hunt Alternatives Fund • John D. and Catherine T. MacArthur Foundation • Korea Foundation • Open Society Institute • Pierre and Pamela Omidyar Fund • Ploughshares Fund • Pro Victimis Foundation • Sigrid Rausing Trust • VIVATrust • William and Flora Hewlett Foundation

  • 30 % de corporations ou personnes :

Canaccord Adams Limited • Anglo American PLC • APCO Worldwide Inc. • BHP Billiton • Chevron • Citigroup • Credit Suisse • Equinox Partners • Frontier Strategy Group • Iara Lee and George Gund III Foundation • McKinsey & Company • Harriet Mouchly-Weiss • PT Newmont Pacific Nusantara (Robert Humberson) • StatoilHydro ASA • Tilleke & Gibbins • VIVATrust • Yapı Merkezi Construction and Industry Inc.

Landegger Charitable Foundation • The Power Foundation • PricewaterhouseCoopers - Netherlands • Sarlo Foundation of the Jewish Community Endowment Fund • White & Case LLP • John Whitehead • The Whitehead Foundation

Citations

À propos de l'ICG :

  • Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations unies : "une voix de la conscience, et une véritable force de paix"
  • Bill Clinton, ancien président américain : "dans les recoins les plus agités du monde, les yeux, les oreilles et la conscience de la communauté mondiale"
  • Colin Powell et Condoleezza Rice, secrétaires d'Etat américains : "une organisation qui compte" ; "une organisation influente et largement respectée"
  • José Manuel Barroso, président de la Commission européenne : "une voix d'influence et d'inspiration dans le domaine de la prévention de conflits"

Voir aussi

Lien externe

 

COMPLEMENTS
Le rapport Afghanistan mentionné dans le Wikipédia a changé d'adresse (ancienne : Afghanistan: La communauté internationale doit rester déterminée) . Ces prétendus "pacifistes" appelaient à INTENSIFIER LA GUERRE :

Les capitales occidentales, par leurs mises en gardes et les mandats à court termes qu’elles imposent à leurs troupes, empêchent une véritable planification de l’action militaire en Afghanistan et font planer le doute quant à la fermeté de l’engagement international dans ce pays. Ceux qui se considèrent comme des acteurs majeurs de l’OTAN, par exemple l’Allemagne, la France ou l’Italie doivent assumer une plus grande partie des tâches, notamment les activités de combat.

LIRE AUSSI

22/09/12 6h40 Wikipédia : En défense de Newton, j’ai corrigé l’article partial « Exégèse des Principia » et son début « Les Principia sont une œuvre tellement indigeste »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.