Nouvelle version de la légende « des paysans indiens qui se suicident à cause des OGM »

Je reçois régulièrement des « infos » d'ami(e)s qui m'avertissent sur les dangers des OGM, avec souvent, puisqu'ils me connaissent, un commentaire du genre : « alors, hein, t'as vu, hein, alors hein ? »La dernière en date de ces informations, je l'ai reçue deux fois cette semaine. Elle concerne la question des suicides de paysans en Inde,

Je reçois régulièrement des « infos » d'ami(e)s qui m'avertissent sur les dangers des OGM, avec souvent, puisqu'ils me connaissent, un commentaire du genre : « alors, hein, t'as vu, hein, alors hein ? »
La dernière en date de ces informations, je l'ai reçue deux fois cette semaine. Elle concerne la question des suicides de paysans en Inde, et voici le lien en question :

 

http://www.wikistrike.com/article-suicide-collectif-de-1500-fermiers-indiens-ruines-a-cause-des-ogm-91316545.html

 

 

Cest un peu du réchauffé – cf la suite – mais cette version de l' « info » est ici un peu différente de la version habituelle de la légende, et vaut son pesant de cacahuètes. Donc, pour m'éviter d'écrire 10 fois le même mail de réponse dans les temps qui viennent, voici un topo adressé à mes amis anti-OGM, et à tous ceux que ça intéressera :

 

Chers amis,

 

 

D'abord, permettez moi de m'étonner de votre rapport à l'information et à ses sources. Je ne vous demande pas de m'envoyer des papiers de Science ou Nature à propos des OGM – je ne les comprendrai sans doute pas - , mais quand même, faîtes un effort. Je sais pas, moi, sortez moi (malgré tout) Le Monde, Le Figaro, Libé, Médiapart ou je sais pas quoi, mais pas un site d' »information militante » d'obédience écolo-gaucho, ça sent d'emblée son « pas sérieux » à plein nez. Si je veux m'informer sur un sujet de ce genre (ou même un autre, en fait...), je ne vais pas aller voir Bastamag, ou pire Bellaciao, Indymédia ou maintenant ce Wikistrike que je découvre par votre envoi.

Le principe de ces sites, c'est visiblement que n'importe qui peut y raconter n'importe quoi, il n'y a pas d'autre filtre que l'idéologie. Alors, même si je partage partiellement l'idéologie, je fuis. Ou au moins, je recoupe. Avez-vous essayé de faire la moindre vérification, le moindre recoupement, avant de faire suivre votre lien ?


Parce que, chers potes, si vous ne débranchiez pas la zone « esprit critique » de votre cerveau à chaque fois qu'il est question d'OGM, vous auriez dû tiquer dès le titre (dans lequel tout est idiot) et vous dire que ça nécessitait vérif, ce truc :

 

« Suicide collectif de 1500 fermiers indiens ruinés à cause des OGM »

 

Si les mots ont un sens, un « suicide collectif » [surtout au singulier], c'est quand des gens se suicident de manière coordonnée, plus ou moins en même temps, avec un objectif autre que de juste se donner la mort. C'est un truc qui se pratique essentiellement dans des sectes, comme le fameux Ordre du Temple solaire :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide_collectif

 

Du coup, vous ne pensez pas que si un truc aussi ENORME qu'un suicide collectif de 1 500 personnes avait eu lieu, vous en auriez entendu parler ailleurs que dans des sites à la noix? Vous ne pensez pas que ça aurait fait l'ouverture du 20h00 sur TF1 ? Surtout lorsque ça concerne les OGM, thème sur lequel la moindre « info » alarmante est relayée en chœur par tous les marchands de peur ? [mais ça, amis anti-OGM, je sais que vous ne vous en rendez pas compte].


Ensuite, dans votre lien, il y a une vidéo. Qui commence avec un truc bien dégueu et voyeuriste sur un paysan indien qui vient de se suicider, avec les gens en pleurs autour de lui. J'ai failli m'arrêter là, à cause de la nausée, mais j'ai quand même regardé la suite. En gros la vidéo donne la version habituelle du truc : la propagande des semenciers a berné les paysans, qui ont acheté un coton OGM très cher, qui s'est révélé très peu productif, et maintenant les paysans sont ruinés et certains se suicident. Il y a même d'après le commentaire un « village des suicidés », et le reportage affirme qu' « avec le coton transgénique le nombre de suicides s'est envolé. Cette année le seuil des 1 000 décès sera largement dépassé dans la seule région de Vidharba. »

 

Je me suis demandé ce qu'était cette vidéo tirée de Youtube, et qui a l'air de provenir d'une émission de télé. Il y a marqué « L'Effet papillon » en bas à gauche, et google me dit que c'est nom d'une émission de reportage de Canal +. Difficile de savoir quand ce reportage a été programmé, mais je constate grâce à mon ami Google que la vidéo a déjà été postée par des Internautes en... 2007. Sympa, le « scoop », les copains.

 

J'insiste un peu sur cette question, parce que l'autre truc qui m'avait surpris avec votre article, c'est d'abord qu'il n'est pas signé – ça doit être pour essayer de faire comme Wikipédia et d'essayer de capter au delà du « wiki » de début de nom le prestige de celui-ci -, et surtout qu'il n'est pas daté. Or, déformation professionnelle d'historien, j'aurais bien aimé avoir une date. Parce que votre article me dit que ce qu'il raconte se passe « ces dernières semaines », j'aimerais bien pouvoir les situer, ces semaines. Pour savoir de quoi on parle et faire des vérifications. …

 

A un moment donné, on entend dans la vidéo l'énoncé des chiffres suivants : il avait été promis aux paysans des rendements de 15 à 20 quintaux à l'hectare avec le coton OGM, soit trois fois plus que d'habitude, et en fait ils n'ont eu l'année du reportage que 2 quintaux par hectare, avec l'apparition de nouvelles maladies, qui ont nécessité l'achat de plus de pesticides.


Je sais pas vous, mais moi je me suis posé les questions suivantes :

  1. Si la chuté des rendements est liée à l'apparition de nouvelles maladies... en quoi les coton Bt est-il en cause ? Qu'est ce qui permet de penser que les variétés qu'ils utilisaient avant auraient mieux résisté à ces maladies dont le paysan dit dans le reportage qu'elle sont nouvelles ?

  2. Il y a un truc bizarre quand même. Si les OGM sont responsables d'une chute des rendements ( de autour de 5/6 quintaux à l'hectare à seulement 2 dans l'exemple du reportage), qu'est ce qui empêche les paysans de revenir l'année suivante à des semences moins chères et plus efficace [si ils ne sont pas complètement ruinés, évidement] ? Et surtout : si c'est une telle catastrophe, comment se fait-il que les OGM soient encore cultivés en Inde ? Ils ne se parlent pas entre eux, les paysans indiens ? Ils ne lisent pas les journaux? Il n'y a pas la télé en Inde ? Pour que les théories des anti-OGM puissent coller avec la réalité, on est obligé ici de postuler deux trucs qui me gênent beaucoup : d'un côté, un terrible black-out sur l'information, digne de l'URSS stalinienne, qui n'arriverait ô miracle à être percé que par les canaux des militants anti-OGM (et par des journalistes venus de France, et donc plus clairvoyants que leurs homologues indiens sans doute, et, qui en un reportage révèlent tout la vérité cachée), et de l'autre une naïveté, un aveuglement et une passivité confondantes de la part des paysans indiens, qui année après année s'enfoncent dans l'erreur transgénique, comme si ils avaient pour objectif de se donner des raisons de se suicider au final (ça va pas faire plaisir, je sais, mais ce qui est dit par les anti-OGM sur les paysans frise souvent le racisme de classe, je trouve.)

  3. Au fait, qu'en est-il justement des données globales sur le coton OGM en Inde. Avez vous cherché ?

    On peut commencer par Wikipédia, comme souvent. Voici leur paragraphe sur le sujet :

 

« La surface dévolue au coton en Inde représente 9 millions d'ha. Introduit fin 2001-début 2002, la surface occupée par le coton modifié, essentiellement Bt, représente 3,8 millions d'hectares. En 2005, le Comité pour l'approbation des transgéniques de l'Inde a refusé de renouveler le permis de Monsanto pour la vente des trois premières variétés de coton gm autorisés pour être commercialisé en Andhra Pradesh[14]. En fin 2007 la surface cultivée en coton-Bt représente 66% de la surface totale des cultures de coton. Le rendement moyen par hectare a augmenté de 30 à 60% selon les sources. Plus d'une centaine d'hybrides-Bt adaptés aux conditions locales ont été produite par des firmes semencières indiennes[15]. »

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Surfaces_cultiv%C3%A9es_en_OGM#L.27Inde

 

J'imagine que ça doit vous surprendre, tout ça, les copains. D'abord, les OGM en Inde, ce n'est pas l'affaire quasi exclusive de Monsanto [la seule boîte dont vous connaissez le nom en général], et non seulement Monsanto n'y fait pas ce qu'il veut, mais même il y a plusieurs firmes semencières indiennes. Qui proposent des variétés adaptées aux conditions locales. Des variétés et pas une. Et avec une hausse des rendements à la clé. C'est bizarre, ce décalage complet avec vos sources d'information. Il n'y a pas d'anti-OGM vigilants sur Wikipédia, pour contester ça et rétablir la vérité cauchemardesque? Ça serait bien le seul endroit de la Toile où ils ne seraient pas actifs....

 

Continuons à essayer de recouper. Voici un graphique de l'évolution des rendements de coton Bt en Inde proposé par la « Cotton coproration of India »


http://gmopundit.blogspot.com/2008/11/indian-genetically-modified-cotton.html#!/2008/11/indian-genetically-modified-cotton.html

 

Vous allez me dire, à juste titre, que ce document est probablement douteux et produit par des gens intéressés à la vente des OGM -mais, quand-même, un tel contraste !


Que faire, alors ? Allons voir les données proposées par la FAO :

http://data.mongabay.com/commodities/category/1-Production/1-Crops/328-Seed+cotton/41-Yield/100-India


On constate qu'il y a bien eu une hausse des rendements de coton en Inde depuis l'introduction des OGM (en 2002), avec ensuite un tassement pour 2008-2009, mais à un niveau toujours très supérieur aux chiffres des années 1990. Je ne tire pas trop de conclusions de ces données, parce qu'il y a trop de facteurs qui rentrent en ligne de compte et que je ne maîtrise pas. Mais ce qui est absolument manifeste, c'est que tout cela ne colle absolument pas avec la légende noire de la chute des rendements que l'on trouve dans la vidéo. Au minimum, avec toutes ces sources, on peut sans doute parler d'une certaine hausse des rendements avec l'introduction du coton OGM.

 

Mais revenons à votre article :

 

« Ces dernières semaines, 1500 fermiers se sont suicidés collectivement en Inde, dans la province de Chattisgarh. Un phénomène récurrent, puisque les chiffres officiels font état de 1000 suicides mensuels... depuis plus de quinze ans. »

 

Ce chiffre, d'après votre article concerne donc la province de Chattisgarh (enfin une précision !). Comme je suis méfiant et nul en géographie de l'Inde, je suis allé vérifié : il y a bien un état de Chattisgarh en Inde, c'est une création récente. Il faut signaler que ce n'est pas le même Etat que celui évoqué dans la vidéo, la région de Vidharba se trouvant dans l'Etat de Maharashtra. [je le dis juste parce qu'on pourrait le croire a priori, vu que ce n'est pas précisé dans l'article]

Même si le fait que le suicide collectif de fermiers soit un phénomène récurrent me laisse très dubitatif, je ne suis pas allé vérifier ces chiffres, pour lesquels aucun lien ne vient donner une référence justificatrice.... mais admettons-les, pour voir ce que ça donne.

 

La faute à qui, tous ces suicides de paysans indiens ?

 

Je vous le donne en mille, phrase suivante :

 

 

« En cause, l'endettement des paysans lié à l'achat de semences OGM miraculeuses... qui se révèlent catastrophiques. »

 

Bon, OK. Puis-je alors faire remarquer ici qu'il y a une contradiction entre ces deux phrases qui se suivent dans votre article ? En effet, si l'on tient compte du réel (ou, je sais, drôle d'idée) et du fait qu'il y a 15 ans les OGM n'étaient pas cultivés en Inde [le coton Bt, premier du genre, y a fait son apparition en 2002], comment les OGM pouvaient-ils être responsables il y a plus de 15 ans de plus de 1 000 suicides mensuels selon « les chiffres officiels » ????? Est ce que tous ces gens se suicidaient par anticipation dès avant 1995 ? Le pouvoir destructeur des OGM m'étonnera toujours : ils tuent à un endroit avant même d'exister.

 

J'arrête déjà là l'examen de cet article, chers amis, je n'ai pas que ça à foutre non plus. Votre envoi cumule les inepties dès les toutes premières lignes, je crois que ça suffit à la décrédibliser. En tous cas à mes yeux. Ce qui devrait aussi suffire à le décrédibiliser, j'espère que vous en conviendrez, c'est l'absence totale de sources et de références pour justifier ces infos bidons. Il n'y a qu'à les croire sur parole. Je sais que c'est votre truc, de croire ces bobards parce qu'ils sont anti-OGM et qu'ils ont l'air « anticapitalistes », mais je vous devriez bien savoir que quand un papier n'évoque aucune source, il y a de grandes chances qu'il soit bidon.

J'essaierai ces jours ci de poster un nouveau billet de blog pour montrer que sur ce genre de questions, il faut se méfier de la propagande écolo, même dans les manuels scolaires, qui peuvent proposer des documents bidonnés [et on restera en Inde à propos de son agriculture]. Mais d'ici là, je voudrais encore évoquer les notions de « causalité » et de « corrélation » qui sont en jeu dans cette affaire des suicides de paysans indiens en lien supposé avec l'introduction des OGM :

 

Sur la causalité :

Le reportage de Canal + insiste sur le fait que les paysans ruinés envisagent de quitter leur village pour aller chercher du travail en ville. Je ferais remarquer que cette problématique de l'exode rural poussé par la misère n'a pas attendu les OGM pour exister. Le même phénomène s'est produit en France dès la deuxième moitié du XIXe siècle, et se produit aujourd'hui à peu près dans tous les pays de la planète dans lesquels la paysannerie constitue une part majeure de la population active. OGM ou pas OGM.
Par ailleurs, j'imagine qu'en France, il a dû y avoir autour du milieu du XXe siècle des suicides de paysans ruinés après avoir du s'acheter par exemple un tracteur pour soutenir la concurrence dans le cadre d'une agriculture qui se modernise. Il fallait alors volontairement faucher les tracteurs, c'est ça ? Il fallait alors exiger un moratoire sur les tracteurs, ou pas ? Il fallait faire campagne contre les capitalistes de Massey-Ferguson qui oppriment les paysans ? Quand ces paysans sont harcelés par les banquiers et qu'ils n'ont pas beaucoup d'autre avenir quand leur affaire périclite, c'est la faute à une technologie comme les tracteurs ou les OGM... ou c'est la faute aux banquiers, et plus généralement et plus justement aux mécanismes fondamentaux du système capitaliste ? Vous ne voyez pas qu'en braquant, comme cet article, le projecteur sur les OGM qui n'y sont pour rien dans l'existence du contexte économique et social de leur utilisation, vous embrouillez les relations de causalité en exonérant largement le capitalisme et les capitalistes de leurs responsabilités ?

De plus, corrélation n'est pas causalité, si vous voyez ce que je veux dire. On a constaté un taux anormalement élevé de cancers du poumon chez les gens qui ont un briquet dans la poche. Mais je vous assure, avoir un briquet dans la poche ne donne pas le cancer, la causalité est ailleurs et a à voir avec les saletés de clopes que les gens qui ont un briquet dans la poche allument avec celui-ci. Corrélation n'est pas causalité.

 

Sur la corrélation :

Bon, je vous donne la clé du truc, pour finir. Vous savez quoi ? Dans l'affaire des suicides de paysans indiens, non seulement la causalité OGM est à côté de la plaque, mais même, en fait, il n'y pas de corrélation. Autrement dit : dans les endroits d'Inde où on cultive des OGM, le taux de suicide de paysans n'est pas plus élevé que dans les endroits où on en cultive pas. Les deux ne sont, hors cas locaux exceptionnels, pas liés, et n'ont rien à voir.
Vous trouverez tout ça là :

 

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-25655180.html
http://imposteurs.over-blog.com/article-26582952.html

et là :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1214

 

Bon allez, la bise, les copains

 

Yann

 

 

 

 

 

 

 

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.