Que pas un élève ne manque à l'appel !

Manifestation à Privas le 30 novembre 2016

Le 30 novembre dernier, à l'initiative d'enseignants des collège et lycée publics de Privas, et en partenariat avec le Réseau Education Sans Frontières, une manifestation a parcouru la ville depuis le lycée jusqu'à la préfecture, pour demander la sécurisation de nos élèves sans-papiers via la régularisation de leur famille.
Voici pour mémoire un compte-rendu de cette belle journée d'automne, sous la forme d'une illustration du texte d'appel par des sons et images pris dans la manif.
Y.K.

1-tous-sans-papiers

Nous, enseignants et personnels  du lycée Vincent d’Indy et du collège Ventadour de Privas, tenons à affirmer publiquement notre solidarité avec nos élèves dont les familles sont privées de ces « papiers » qui leur permettraient de régulariser leur séjour en France. Ces élèves ne se distinguent généralement des autres dont nous avons la charge que par cette épée de Damoclès qui pèse sur leur tête, et qui rajoute une angoisse quotidienne supplémentaire.

img-5532

Cette angoisse, c’est celle de se voir imposer une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), assortie ensuite d’une assignation à résidence ou d’une obligation de pointer au commissariat. Cette angoisse, c’est aussi celle de voir tous leurs efforts anéantis et de se retrouver expulsés dans un pays qu’eux ou leurs familles avaient précisément souhaité quitter, malgré le déchirement, les incertitudes et les dangers encourus.

img-5533

 

© Yann K.

Enseigner est un métier qui, au-delà des cours, des devoirs, des contrôles et des notes, repose sur des liens humains tissés jour après jour dans la salle de classe et dans l’établissement. Lorsque nous voyons nos élèves nous quitter, c’est pour poursuivre normalement leurs études, dans le cadre d’une orientation choisie par l’élève. Nous refusons donc que, pour certains d’entre eux, un départ prématuré vienne au contraire détruire un projet de vie que nous espérons avoir contribué à construire avec eux.

img-5540

 

img-5541

Au début de chaque demi-journée ou de chaque heure de cours, nous faisons notre appel rituel pour vérifier les présents et les absents. Nous ne voulons pas devoir un jour contempler la chaise vide de tel ou tel qui aurait été expulsé avec sa famille, et nous nous mobiliserons en amont pour que cela ne se produise pas.

img-5544

 

img-5550

Qu’aucun élève ne manque à l’appel !

© Yann K.


img-5551

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.