Aux Philippines : Les Faucheurs...de vitamine A !

Mais jusqu'où s'arrêteront-ils ?

Le bla bla anti-Monsanto n'est chez les anti-OGM qu'un prétexte  qui masque mal leur obscurantisme et leur fondamentalisme. Il n'y a qu'à voir ce qu'ils fauchent....

On se souvient qu'un des premiers "fauchages" organisé en France avait été le 5 juin 1999 la destruction d'essais de riz transgénique menés à Montpellier par le Cirad (Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement ). Comme son nom l'indique, le Cirad est un établissement public d'aide au développement via la recherche agronomique, et les essais alors détruits - en laboratoire, juste avant la phase d'essais en plein champs - avaient pour but d'étudier la résistance d'un riz transgénique aux insectes, mais aussi à la sécheresse et à la salinité de l'eau. Essai détruit, connaissance empêchée.

On avait eu droit le 15 août 2010  à Colmar au Fauchage des vignes OGM destinées à lutter contre la maladie du court-noué, dans le cadre d'un essai mené par un autre établissement public, l'INRA, qui avait mis en place un protocole très particulier et contraignant qui incluait une forme de surveillance par des associations environnementalistes [comme si les chercheurs n'avaient que ça à foutre, organiser des visites pour écolos méfiants]. Peine perdue : essai détruit, connaissance empêchée.

Une nouvelle étape vient d'être franchie, aux Philippines cette fois-ci, avec la destruction d'un essai du "Golden rice", ce fameux "riz doré" attendu depuis des années et dont la difficile mise au point est encore ralentie par l'opposition des anti.

Alors que l'essai allait déboucher sur la phase d'évaluation sanitaire, 400 José Bové locaux ont envahi les parcelles et absolument tout détruit :
http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-23632042

 Rappelons de quoi il s'agit, pour mesurer l'ampleur de la stupidité de cette nouvelle destruction : le régime de larges populations  en Asie orientale est marqué par une déficience en vitamine A, ce qui est une source d'exposition accrue à des maladies et notamment à des troubles de la vision. La FAO  décrit ainsi les problèmes posés par la carence en vitamine A [Note : la xérophtalmie est une maladie de la cornée qui rend aveugle, et dont la carence en vitamine A est une des causes principales] :

"La carence en vitamine A est la première cause de cécité dans de nombreuses zones d'endémie. La xérophtalmie ne touche que les enfants pauvres; même dans les zones de prévalence élevée, elle n'affecte qu'exceptionnellement les enfants de familles aisées. C'est une maladie liée à la pauvreté, au manque d'instruction des mères, au manque de terres arables, à l'inégalité, au défaut d'accès aux soins de santé primaires curatifs et préventifs, à la grande fréquence des infections bactériennes et parasitaires (elles-mêmes liées au défaut d'hygiène et d'accès à l'eau potable) et à un manque criant de sécurité alimentaire des familles. Comme pour la MPE, le prévention de la carence en vitamine A repose sur trois éléments: la sécurité alimentaire, les soins familiaux et la santé.

Il est toujours révoltant et infiniment triste de voir un enfant atteint de xérophtalmie avancée avec une perforation de cornée alors qu'il aurait été possible de sauver sa vue quelques jours plus tôt. Quelques jours et quelques francs auraient permis d'éviter une vie entière de cécité. Les parents sont souvent pauvres et ignorants. Ils aiment leurs enfants, mais ils sont résignés devant sa maladie car l'accès aux soins leur est difficile, ou ils sont fatalistes ou ils se méfient de la médecine occidentale et n'iront pas réclamer des soins pour un petit problème d'yeux dont la gravité leur échappe.

Pendant les dernières décennies, la xérophtalmie a particulièrement frappé les enfants des familles pauvres d'Asie consommant surtout du riz (Bangladesh, Inde, Indonésie, Philippines). L'incidence a également été élevée dans certaines régions d'Afrique (Burkina Faso, Ethiopie, Malawi, Mozambique et Zambie), alors qu'en Afrique de l'Ouest la prévalence reste faible, en partie grâce à la richesse en bêtacarotène de l'huile de palme. En Amérique, la xérophtalmie sévit surtout en Haïti et dans le Nordeste brésilien ainsi que dans des régions pauvres d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. La xérophtalmie constituait également un problème au Proche-Orient, mais nous ne disposons que de peu de données récentes. Dans les pays en développement où la carence est endémique, elle affecte aussi les mères qui allaitent. (...)

On estime qu'à travers le monde, de 500 000 à 1 million d'enfants développent une xérophtalmie active chaque année avec un certain degré de lésions cornéennes. Parmi eux, près de la moitié deviendra aveugle ou aura une vue très médiocre et une grande proportion mourra. En plus de ces enfants, des millions d'autres ont une carence en vitamine A sans xérophtalmie, mais qui se traduit par des stocks hépatiques bas et un taux sérique faible."

Source : http://www.fao.org/docrep/004/w0073f/w0073f16.htm 

[Evidemment, le moyen le plus sûr de lutter contre une maladie liée à la pauvreté est.... d'en finir avec la pauvreté ! Les richesses existent sur la planète - grâce notamment aux développements scientifiques et technologiques dont l'espèce humaine  a été capable - , et la pauvreté aujourd'hui est uniquement un problème politique et économique lié aux mécanismes inégalitaires du système capitaliste. Mais en attendant  le communisme, on ne voit pas très bien pourquoi on n'améliorerait pas les régimes alimentaires et on ne soignerait pas les gens quand c'est possible...D'autant plus que sous le communisme, on aura quand même besoin de tous les outils technologiques possibles pour arriver à nourrir correctement plus de 9 milliards d'êtres humains sans trop ravager l'environnement]

Les difficultés de la lutte contre la carence en vitamine A et l'intérêt de ce riz transgénique sont exposés ici [les citations ci-dessous sont extraites de ce papier de l'actuel président de l'AFIS] :
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article506

On note que les objections habituelles des anti-OGM, pour leur partie "économique" - aussi  mal pensée et hypocrite soit-elle - ne s'appliquent pas dans le cas de cet OGM :

 "Les licences des 32 brevets dont dépend l’exploitation du riz doré et qui sont détenus par des industriels ainsi que des universités ont été accordées gratuitement aux inventeurs suisses. Syngenta s’engage de son côté à mettre gracieusement ses variétés de riz doré à la disposition des agriculteurs dont les revenus annuels sont inférieurs à 10000 $. Ces semences seront la propriété définitive des agriculteurs qui en auront donc le libre usage."

De plus, on ne voit pas très bien, dans la gamme des scénarios d'apocalypse imaginés par les anti-OGM, quel terrible problème environnemental pourrait résulter de la culture en masse de ce riz OGM. Oh mon Dieu et si le transgène se baladait et aller "contaminer" les plantes autour de lui.... on se retrouverait (très hypothétiquement) avec  des mauvaises herbes.... enrichies en vitamine A !!! On a peine à imaginer l'horreur de la chose, il faudra au moins Bruce Willis pour empêcher une telle catastrophe.

Les anti-OGM ont argumenté en disant que des alternatives existent [même si on a pas bien compris pourquoi ils faudrait privilégier les alternatives plutôt que la transgenèse, ni pourquoi une solution possible devrait empêcher l'utilisation d'une autre solution ...], et ont spéculé sans savoir  sur la quantité de riz doré qu'il faudrait ingérer pour augmenter la ration de vitamine A :

Une controverse accompagnée d’une surenchère dure depuis des années. Elle porte sur la quantité de riz que devraient avaler les pauvres affamés pour espérer absorber suffisamment de vitamine A. Les chiffres annoncés avec force vont du kilo à la dizaine de kilos par jour alors que personne ne sait encore vraiment quelles quantités de riz seront nécessaires car il faut tenir compte du degré de conversion par le consommateur de la provitamine A produite par la plante en vitamine A active. Dans les débats, le zèle d’un opposant aux OGM peut se mesurer par le nombre de kilos de riz doré à consommer qu’il annonce. Ces propos sont généralement accompagnés d’affirmations péremptoires indiquant qu’il existe d’autres sources de vitamine A disponibles et inoffensives celles-là. Ces discours ne nous apprennent jamais comment ces denrées miraculeuses seront mises dans un avenir prévisible à la disposition de ceux qui en ont besoin."

 Bref, on ne sait pas quelle ration quotidienne de riz aiderait à résoudre le problème de la carnce en vitamine A (l'article de la BBC avance qu'une "cup" de riz doré, soit 200 g, fournirait la moitié de la ration quotidienne recomandée pour la vitamine A. Je ne sais pas d'où ils sortent ce chiffre, c'est pas référencé). Pour le savoir vraiment, il faudrait mener des études sur des populations importantes et un peu dans la durée... autrement dit il faudrait que les gens puissent vraiment en consommer ! Mais le but des Faucheurs, en fonction de leurs croyances dogmatiques, est précisément d'empêcher la connaissance de se développer, comme leurs actions l'ont prouvé à de multiples reprises. Ainsi, les anti-OGM ironisent sur le fait que le riz doré, ça ne marcherait pas... mais bon, au cas où, ils vont détruire les essais quand même, on ne sait jamais....

Pour couronner le tout, et pour mesurer à quel point on marche sur la tête dans cette hsitoire, il semblerait, selon deux chercheurs suisses dont l'écologue Klaus Amman, que la somme mise sur la table par les multinationales de l'écologie profonde pour faire campagne contre le riz doré soit largement supérieure à l'argent consacré au développement du projet lui-même :

 "le projet de recherche coûte, depuis une décennie, 240 000 dollars par an. A cela, il faut ajouter que le développement sur le terrain, qui est en cours, revient à 3 millions de dollars par an. La campagne contre le riz doré, quant à elle, coûte 12 millions de dollars par an. "

Bref, on nage en plein délire. Un délire qui a quand même des accents un peu criminels, si le riz doré parvenait à remplir ses objectifs et à améliorer voire sauver de nombreuses vies dans des pays pauvres.

Heureusement, on apprend dans l'article de la BBC que le projet ne devrait pas trop souffrir de cette destruction-à, car d'autres essais sont en cours et permettront de répondre aux questions posées.

Enfin, si une autre horde de croyants  fanatisés ne vient pas tout casser encore une fois...

 

Yann Kindo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.