Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

201 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mars 2013

La "science citoyenne" illustrée. Qu'on se le dise au CNRS...

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai publié ici il y a un peu un communiqué de l'AFIS qui dénonçait un projet de "sciences citoyennes" au sein du CNRS :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2081

Certains ont trouvé ce communiqué trop abrupt ou exagéré, notamment lorsqu'il parle d'une "version post-moderne" de la fameuse "science prolétarienne" de l'époque de Lyssenko.
Le communiqué s'efforce de montrer qu'en réalité il n'est pas tant question de faire partager le goût de la science et la pratique de celle-ci par le plus grand nombre, mais que sous ce vocable de "sciences citoyennes", qui aime se parer frauduleusement de ces atours participatifs et "démocratiques", il y a en fait un projet politique bien précis adossé sur des théories épistémologiques bien particulières.

Pour  s'en convaincre, allons donc directement à la source, du côté des détenteurs officiels du label "sciences citoyennes" :
Sur le site Web de la fondation "Sciences citoyennes" de Jacques Testart, on peut trouver un document qui montre bien quelle est l'ampleur du problème épistémologique derrière le bla bla "citoyen", histoire de constater que le communiqué de l'AFIS n'est ni exagéré ni à côté de la plaque : http://sciencescitoyennes.org/wp-content/uploads/2010/09/DP_Manifeste_sur_l_avenir_des_systemes_de_connaissance_12-11-09.pdf
Il s'agit d'un Manifeste visant à repenser "l'avenir du système des connaissances" (rien que ça), sous la houlette de Danielle Mitterrand ou de  l'incontournable penseure relativiste Vandana Shiva ( j'ai déja dit dans d'autres billets tout le mal que je pensais de cette apologue des traditions archaïques et sexistes), avec présentation de tout ça dans une conférence qui a été visiblement hébergée par l'UNESCO en 2009.

Au milieu des incantations relevant de l'antilibéralisme [pour le plus sympathique, à défaut d'être vraiment cohérent] ou de la prose habituelle des pseudo-sciences [cf tout le topo "holiste"], on peut y lire notamment ceci, qui illustre bien ce que cela veut dire pour eux de "repenser les paradigmes de la connaissance" :

"Le Manifeste appelle à une démocratisation des connaissances à tous les niveaux. Elle ne peut être garantie que par une participation égale et démocratique de tous les citoyens à la construction de ces connaissances, et par une réhabilitation des savoirs traditionnels des communautés autochtones et des femmes, qui ont guidé l’évolution de l’humanité depuis des siècles.

Le Manifeste lance un appel global au respect de la souveraineté des connaissances traditionnelles en tant que droit fondamental des peuples à créer, utiliser, faire évoluer et partager leurs savoirs."

Ainsi donc, nous allons logiquement soumettre les théories de la physique fondamentale au suffrage universel, au nom de l'égalité entre citoyens pour la construction des connaissances. Je me demande si la relativité restreinte passera le premier tour de scrutin.... Fera-t-on aussi un référendum pour valider les principes darwiniens, ou considèrera-t-on dans l'Hexagone que c'est le lamarckisme qui est meilleur, parce que plus français de souche ?


Ainsi donc, en adoptant en plus une posture "ethniciste", nous allons mettre sur un pied d'égalité les connaissances scientifiques et les dits "savoirs traditionnels" (faut-il parler de "savoirs" ou de "croyances", d'ailleurs ? Car une croyance ne devient éventuellement un savoir qu'après validation par une procédure scientifique, justement ...) !
La science ne se préoccupe pas de savoir si une connaissance a été produite par un peuple ou un genre opprimé ou au contraire dominant, elle se préoccupe de l'exactitude de la connaissance et de sa conformité au réel, notamment via la procédure expérimentale. Le "respect de la souveraineté des croyances traditionnelles" est l'exact inverse de la démarche scientifique, qui met précisément en question les croyances traditionnelles pour affiner la connaissance. Avec ce "respect de la souveraineté des connaissances traditionnelles", on en serait encore à considérer souverainement et traditionnellement que la Terre est plate et que le Soleil tourne autour d'elle....

C'est ce cheval de Troie-là qui cherche aujourd'hui à s'introduire au CNRS sous le joli déguisement de la participation citoyenne, il faut en avoir conscience. Et les chercheurs grenoblois à qui  a écrit Marc Lipinski, le  porteur du projet au CNRS, devraient avoir cela en tête lorsqu'ils lisent sous sa plume :

""J’ai en particulier créé les Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation (Picri), un dispositif qui finance des recherches élaborées et conduites sur un pied d’égalité par des chercheurs et des personnes issues de la société civile organisée (associations…)."

 La différence, par rapport au texte soutenu par Vandana Shiva à l'Unesco, est que, au lieu d'être une abstraction bien commode que l'on peut invoquer dans le vide, les citoyens sont ici concrètements organisés en "associations" bien réelles et bien délimitées stratégiquement, qui poursuivent leurs propres objectifs "politiques". Voir pour s'en convaincre une liste  dans le communiqué de l'AFIS, avec les thèmes de "recherche" qu'elles ont citoyennement poursuivis. Même pour celle qui m'est la plus sympathique de la liste, SOS Racisme - oui, car quand même, ce nid de crabes pourvoyeur d'apparatchiks pour le PS  lutte aussi contre le racsime, on ne peut pas lui enlever ça...- , on se demande bien quel est le rapport entre tout ça et la recherche scientifique - car si il faut faire de la recherche sur les discriminations en Ile de France, n'y a-t-il pas des labos de sociologie ou des institutions comme l'Insee qui sont plus qualifiées et compétentes qu'une association particulière, quoi que l'on pense d'elle  ? - .
Ce dont est porteur le projet de Marc Lipinski, c'est du fait que les chercheurs concernés au CNRS ne devront plus seulement composer avec les exigences de la méthode scientifique et de la validation par leurs pairs, mais qu'ils devront aussi désormais composer avec des associations militantes intéressées qui poursuivent leur propres objectifs. Autrement dit : des "lobbys".
Yann Kindo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema