Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 juil. 2016

Gandalf l’homéopathe

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si toi aussi tu veux dans le cadre des négociations du TAFTA aider notre glorieuse industrie nationale à piquer des parts de marché à ses concurrents américains, sache que tu peux agir directement en ce sens tout en gagnant au passage un beau diplôme de thérapeute.


Pour cela tu peux aller sur le site U.S. du fleuron de l’industrie médicale française, le laboratoire homéopathique Boiron.  Et là, tu verras que nos capitalistes bien de chez nous ne sont pas les derniers des cons et qu’ils ont trouvé un bon système pour vendre toujours plus de leur potion magique tellement diluée que même si Obélix était tombé dans un océan de ça quand il était petit, il n’aurait probablement pas ingéré la moindre molécule de principe actif – et par conséquent  le petit village n’aurait pas résisté à l’envahisseur romain, et c’est peut-être pour ça que les noms des produits homéopathiques sont toujours en latin. Ou alors c'est juste pour impressionner le chaland comme chez Molière...

Leur système est une adaptation moderne, c’est à dire en ligne, des bonnes vielles réunions « Tupperware » (ou plutôt « sex toys », de nos jours)  consistant à former des conseillers qui vont ensuite vendre le truc à leurs copains et surtout copines  [attention : cette comparaison a toutefois ses limites, puisque là où un tuppeware ou un sex toy c’est quand même vachement utile, un produit homéopathique ça ne sert en soi strictement  à rien à part enrichir celui qui le vend].  Mais Boiron fait encore plus fort dans le registre du marketing, puisqu’ils ne se font même pas chier à vraiment rémunérer leurs conseillers, il se contentent de leur donner une gratification symbolique via un diplôme que tu passes en ligne en 16 mn !!! Bon, en même temps, c’est cohérent, comme politique : ils te vendent du vide, ils peuvent bien te payer avec du vide aussi.


Donc, si vous allez sur leur site à cette adresse :

 http://www.boironusa.com/files/elearning/introduction.html

 vous pouvez suivre ce programme de formation en ligne qui débouche sur le précieux diplôme à imprimer chez soi, et comme ça vous pourrez vous même aller acheter plein de produits homéopathiques sans passer par la case médecin, en allant vous approvisionner directement en pharmacie tout  en ayant en plus la sensation d’être hyper compétent. Et, comme  Boiron vous y encourage dans sa vidéo, allez-y franco et achetez vraiment plein de trucs même si - ou surtout si  - vous n’êtes pas malades, lâchez-vous, de toutes façons vous ne  risquez rien, c’est tellement dilué qu’il n’y a pas d’effets secondaires (ni d’effets primaires, ça c’est ce que la vidéo ne dit pas). La seule chose que vous risquez, c’est de claquer du pognon dans le vide, ou éventuellement, mais c’est beaucoup moins probable, de claquer d’une maladie grave qu’un médecin n’aurait pas diagnostiquée à temps parce que vous aurez trop fait joujou avec l’automédication magique.

Mieux, comme vous avez eu une super formation en ligne et que vous êtes désormais un initié, vous allez pouvoir sentencieusement conseiller vos amis à chaque fois qu’ils éternuent un peu fort, pètent un peu gras ou se sentent juste tout mous, sur le thème : « je sais ce qu’il te faut ». Et vous deviendrez vous aussi un de  ces pseudo-experts en médecine naturelles  - ou plutôt : un de ces experts en pseudo-médecines naturelles -  qui  font chier dans les salles des profs ou dans les bouffes entre copains, à absolument tenir à faire profiter tout le monde  de leur authentique incompétence en nous expliquant non seulement la médecine mais aussi la vie du haut de leur insondable crédulité.
[ note : ce schéma s'applique aussi très bien à ceux qui sont en thérapie chez des freudiens, ils ont souvent et même plus encore cette attitude ostentatoire d’initiés casse-burnes.]


Bref, comme je suis patriote et soucieux de moi aussi aider notre industrie nationale, j’ai suivi le programme en ligne… et je l’ai eu, mon diplôme !


Comme j’ai toujours été bon élève et que je m'intéresse au charlatanisme homéopathique depuis des années, je l’ai même eu sans avoir regardé la moitié des vidéos d’explications préalables. On devient assez vite expert médical, en homéopathie.


Histoire de rigoler un peu et de ridiculiser leur processus, je me suis enregistré comme Gandalf le Magicien, résidant à :  La Comté, 07250 Middle Earth. Et je leur ai laissé ça comme message au questionnaire de satisfaction à la fin du programme de formation  :


"All this system is perfectly designed to sell with no risks (except for the bees themselves, I mean...) a lot of useless stuffs. Congratulations, guys, you are the perfect capitalists : you are able to sell the emptiness as a supposed efficient medicine, even without help from doctors, by targeting directly people who have whatever health issue (meaning : the whole world... who can afford it).
And thanks for completing my training as a magician
Gandalf
"
[Tout votre système est parfaitement élaboré pour vendre sans le moindre risqué – hormis pour les abeilles elles-mêmes, je veux dire…-. Félicitations, les gars, vous êtes de parfaits capitalistes : vous êtes capables de vendre du vide en tant que médecine supposée efficace, et ce sans même l’aide de médecins, en ciblant directement  les gens qui ont quelque problème de santé  (soit l’intégralité de la population mondiale… qui peut se le payer)

Et merci d’avoir complété ma formation de magicien.

Gandalf »]
Tiens, pour finir, en parlant de pharmacies, j’ai vu que l’Ordre des Pharmaciens envisage une clause de conscience pour leur profession, qui leur permettrait de ne pas délivrer certains produits, une perspective qui enthousiasme d’avance les anti-IVG qui pensent que la pilule du lendemain est un instrument génocidaire :

http://www.slate.fr/story/121253/ordre-pharmaciens-pilule-clause-conscience

 Par contre, j’ai toujours remarqué auprès de tous les pharmaciens que leur conscience (professionnelle) ne les empêche jamais de vendre de l'homéopathie, des pilules aux plantes pas testées et des crèmes de beauté super chères qui ne servent à rien.


Vivement la nationalisation des pharmacies pour régler une bonne fois tous ces problèmes de conscience des pharmaciens, et assécher  au passage les profits de Boiron.


Yann Kindo

PS : Merci à Florent Martin pour nous avoir refilé le tuyau et avoir initié le passage des diplômes parmi les rationalistes. "Goldorak" nous a montré la voie.
PS 2 :Ha ben merde, dès ce soir le lien que j'ai mis dans l'article ne fonctionne plus, et il faut désormais montrer patte blanche pour passer le quizz, en version "consommateur" ou "distributeur" :
http://www.boironusa.com/education-training/online-training/
C'est pas drôle, ça faisait à peine 2 jours  qu'on s'amusait avec ça, et hop on nous enlève notre joujou. C'est peut-être trop tard pour vous mais entre temps, on a pu voir sur Facebook et ailleurs toute une série de prestigieux diplômes, dont ceux de Goldorak, Chuck Norris, Princess Sarah, Monsanto Inc. [c'est pas moi, je le jure !], Dotor Cuantico, "Someone that doesnt' believe in our bullshit", etc.
Distinguons parmi eux  mon ami "Gérard Majax", qui a eu tout juste au quizz sans même avoir regardé aucune des vidéos.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis