Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

202 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2014

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Pour être heureux, chantons avec Pierre Rabhi

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette semaine, dans Le Point – que l'on peut sans doute consulter en bibliothèque sans avoir à financer ce journal de droite -, il y a un truc bien.

Non, non, c'est pas du second degré, ce n'est pas une référence ironique à un dossier à la con sur les supposés  « assistés » ou une autre saloperie du même genre :

Non, là, pour une fois, il y a quelque chose de vraiment intéressant qui vaut réellement la peine d'être lu : une interview du sociologue Gérald Bronner qui présente son prochain livre, un ouvrage a priori très alléchant [tout comme dans un autre registre ses bouquins sur les super-héros, que j'ai sur mon étagère depuis un moment sans malheureusement avoir le temps de les lire]

 J'avais déjà parlé de Gérald Bronner à l'occasion du livre qu'il avait co-écrit à propos des dangers du principe de précaution :

 http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/240111/contre-le-principe-de-precaution

Son nouveau bouquin s'appelle La planète des hommes , et j'y reviendrai plus en détail si j'ai le temps dans les prochaines semaines. Voici déjà la présentation sur le site de l'éditeur :

 http://www.puf.com/Autres_Collections:La_plan%C3%A8te_des_hommes._R%C3%A9enchanter_le_risque

Son sous-titre est « Réenchanter le risque », et c'est une critique des idéologies précautionnistes, mais aussi de la décroissance ou de l'anthropophobie, cette mode natureliste consistant à systématiquement dénigrer l'humanité et sa place sur la planète (d'où le très chouette titre du livre)

Donc, dans l'interview, forcément, Gérald [c'est un copain, je vais pas faire semblant] s'en prend à Pierre Rabhi, et il a le bon goût de le faire en s'appuyant très précisément sur l'enquête qu'on avait faite avec l'AFIS 07 à la ferme expérimentale du triste sire :

 http://afis-ardeche.blogspot.fr/2012/09/humanisme-notre-visite-chez-des.html#more

Le Point a eu la bonne idée de demander à Pierre Rabhi de donner son avis sur le livre en question. C'est vraiment une bonne idée, d'abord parce que c'est bien de donner la parole de manière un peu pluraliste – ce qui est très rarement le cas quand Rabhi s'exprime très longuement dans tous les médias, où il n'y a en gros jamais personne d'invité en contrepoint pour le contredire -, mais surtout parce que dans son démenti énervé, Rabhi ne fait que confirmer jusqu'à la caricature ce que Gérald dit de lui, et même il me donne l'occasion d'en rajouter ici encore une couche !

D'abord, si vous doutez de ce que dit Bronner à propos d'une anthropophobie mystique dont Rabhi serait un parfait exemple, savourez ce grand moment d'anti-humanisme que Rabhi nous sert en conclusion de son discours au Point :

 « Les religions monothéistes ont fait de l'humain la cerise sur le gâteau, alors qu'en fait nous sommes des gens violents, destructeurs, tueurs [heu, parle pour toi, Pierrot, si tu veux, mais n'embarque pas l'ensemble de l'humanité dans ton sale bateau]. Le planète est un champ de bataille, d'égorgements. Et je me demande si la planète ne regrette pas de nous avoir enfantés ».

Remplacez « la planète » [que Rabhi dote ici d'une conscience façon Pacha Mama] par Dieu, et vous avez tout le discours pénitentiel sur lequel l'Eglise catholique prospère depuis deux millénaires. Et comme l'Eglise catholique, et même plus encore qu'elle, Rabhi envisage l'humanité en bloc, sans distinction notamment entre des classes sociales

 [J'avais déjà longuement abordé cet aspect de la pensée Rabhi  dans ce billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/120714/contre-pierre-rabhi-et-qualthusser-repose-en-paix ]

Le pire, c'est qu'avec sa sortie contre les religions monothéistes, encore  trop humanistes  à son goût, Rabhi arriverait à nous les faire passer pour presque sympathiques, comparées à lui.

Mais le fin du fin se situe quelques lignes plus tôt dans son texte, lorsqu'il n'hésite pas à déclarer que :

"En Afrique, dans les villages pauvres, les gens sont gais, ils n'arrêtent pas de chanter, pourtant ils sont réduits au minimum. Donc la joie et le bonheur ne dépendent pas de la richesse ou de la non-richesse."


Oui, tout à fait.

Et les esclaves africains dans les champs de coton d'Amérique chantaient aussi beaucoup, c'est connu, ce qui montre bien que la joie et le bonheur ne dépendent pas de la liberté et de la non liberté. Les esclavagistes étaient bien d'accord avec ça.

Une fois de plus, si l'on veut bien ouvrir les yeux, on constate que, sous ses airs de gentil benêt, ce type diffuse en fait une idéologie vraiment détestable.

Beaucoup de patrons seraient ainsi ravis d'expliquer à leurs employés que leur bonheur ne dépend pas de leur richesse ou non richesse, et que si ils voulaient bien chanter un peu au boulot, ils n'en seraient que plus heureux. Et d'ailleurs, comme le dit le titre du point de vue de Rabhi dans le magazine, :

« Ce qui nous aliène, c'est le superflu ».

 Et bien, Rabhi va être content :  la bourgeoisie travaille tous les jours à désaliéner les travailleurs en les libérant de tout ce superflu.
Jusqu'à ce qu'ils soient vraiment complètement dans la misère, pour qu'ils puissent enfin chanter  leur joie d'être désaliénés de toutes ces richesses oppressantes. Pour finir comme tous ces gens si  heureux dans les villages africains que décrit un Pierre Rabhi dont la vision de ce continent semble toute droit sortie de la lecture de Tintin au Congo.

Beurk.

Yann Kindo

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise