Les négateurs de la Covid-19 et le mouvement antivaccinal : une alliance malsaine.

Traduction d'un article de David Gorski

Ce texte a été publié en anglais sur le site Science-Based Medicine le 20 avril 2020.
Les lecteurs anglophones pourront directement le lire en suivant ce lien :

https://sciencebasedmedicine.org/covid-19-pandemic-deniers-and-the-antivaccine-movement-an-unholy-alliance/?fbclid=IwAR1-psd9LA7eN5vf_pjwGRE2-IkcJJxsPEVaW2e5MarB0Ky1_tZTI_OnIxQ

A la manière de ce que fait en France l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique[1]), ce site propose des contributions en faveur de la médecine fondée sur les preuves, avec une argumentation critique à l’encontre des pseudo-médecines.

David Gorski est un chirurgien américain spécialiste du cancer du sein. Au-delà de sa participation au site Science-Based Medicine, il anime aussi son blog personnel, Respectful Insolence.

https://respectfulinsolence.com/

Que David soit ici remercié de son aimable autorisation à reproduire cet article en version française, à destination des lecteurs non-anglophones.  L’article a été publié dans le contexte de manifestations aux Etats-Unis contre les mesures de confinement, avec le soutien si ce n’est à l’appel du président Donald Trump.

L’article original est truffé de renvois vers des sources, toutes en anglais. Je laisse le lecteur anglophone se reporter au texte original pour suivre tous ces liens s’il le souhaite

YK

 

Je me rends compte que, depuis que la pandémie de la COVID-19 a commencé, je n’ai presque rien écrit d’autre qu’à propos de la COVID-19 et des théories du complot qui lui sont associées. Je suppose qu’à un moment j’aurai besoin d’écrire sur un autre sujet, mais rien de ce qui se passe dans le monde de la médecine ne me pousse autant que la pandémie ces jours-ci, donc je vais continuer comme cela pour au moins cette semaine. Peut-être que la semaine prochaine, j’en aurai tellement assez d’écrire à propos de la pandémie que je parlerai de quelque chose qui semble presque suranné, comme l’homéopathie (Oh, zut, des homéopathes recommandent leur charlatanerie pour prévenir et guérir la COVID-19. Je ne peux vraiment pas m’en sortir !)

Un aspect de la pandémie de COVID-19 à propos duquel je n’ai pas encore vraiment écrit est le développement d’une alliance malsaine entre d’un côté les négateurs de la COVID-19 (qui diffusent des théories du complot et prétendent à tort que la maladie n’est pas si grave et/ou que les confinements et mesures de distanciation sociale ne sont pas – ou ne sont plus – nécessaires, et devraient être levées pour limiter les dégâts catastrophiques que les efforts de contrôle ont immanquablement causé à notre économie), et de l’autre le mouvement antivaccinal (qui sans surprise propage de la désinformation et des théories conspirationnistes à propos de la manière dont la COVID-19 serait instrumentalisée dans le cadre d’un complot pour imposer la vaccination universelle – ou même que la maladie aurait été créée par Bill Gates dans ce but précis, tout comme la grippe H1N1 et Ebola ! –, ou de la manière dont le vaccin contre la grippe nous rendrait plus sensible au coronavirus. Spoiler alert : ce n’est pas le cas).

Bien que cela pourrait sembler étrange, ceux d’entre nous qui ont étudié les théories du complot depuis longtemps se sont presque immédiatement rendus compte qu’une alliance entre le mouvement antivaccinal et les négateurs de la COVID-19 serait tout à fait naturelle, et ont attendu sa réalisation. Ces deux groupes de « complotistes » partagent une méfiance intense vis-à-vis des autorités, particulièrement la CDC[2] et la FDA[3]. Tous les deux partagent une méfiance tout aussi intense à l’égard de Big Pharma, tout en révérant par-dessus tout la liberté individuelle, avec des antivaxx qui invoquent « le libre soin » et les « droits parentaux » pendant que les négateurs de la COVID-19 mettent en avant l’autonomie complète des corps et le droit de faire ce que l’on veut, y compris de violer les mesures de distanciation sociale. Les thèses des deux groupes s’enracinent dans des théories du complot, la thèse conspirationniste fondamentale du mouvement antivaccinal étant que le gouvernement, Big Pharma et le corps médical étouffent les preuves que les vaccins provoquent l’autisme et d’autres dégâts, alors que les convictions des négateurs de la COVID-19 s’appuient sur une ou plusieurs théories complotistes (par exemple que le virus est une arme biologique qui s’est échappée, qu’il a été créé par Bill Gates pour imposer la vaccination universelle forcée, qu’il est loin d’être aussi dangereux que la grippe saisonnière, et quelques autres.). Tous les deux ont une tendance à nier les théories microbiennes, et mènent une vie béate qui repose sur l’illusion selon laquelle, parce qu’ils sont tellement « en bonne santé », parce qu’ils ont un mode de vie tellement exemplaire, font de l’exercice et mangent les « bons » aliments ; tout ira bien. Il est cohérent que les négateurs de la COVID-19  pensent que celle-ci ne les menace ni eux ni leurs proches, tout comme les antivaxx ne pensent pas que les maladies contrôlées par les vaccins les menacent, ni eux ni leurs proches.

Au final, les deux groupes ont en commun de n’avoir aucun, ou presque aucun sens social de leurs responsabilités vis-à-vis de la santé publique et brandissent égoïstement leurs « droits personnels »  über alles. Par exemple, voyez ce tweet :  

"La santé de quelqu'un d'autre n'est pas de ma responsabilité. Par conséquent je ne vais pas me mettre en quarantaine ou me vacciner pour vous. Ou porter un masque. C'est à vous de voir." "La santé de quelqu'un d'autre n'est pas de ma responsabilité. Par conséquent je ne vais pas me mettre en quarantaine ou me vacciner pour vous. Ou porter un masque. C'est à vous de voir."

Les négateurs de la COVID-19 se sont aussi appropriés les analogies positives des antivaxxers, qui désormais aiment se comparer au « nouveau mouvement des droits civiques », avec le soutien  du conseiller à la Maison Blanche Stephen Moore qui compare les manifestants opposés au confinement et aux mesures de distanciation sociale à… Rosa Parks.

Au-delà de leurs autres théories complotistes, les négateurs de la COVID-19 ont repris à leur compte dans leur messages les éléments de langage du mouvement antivaccinal (« Je ne consens pas, je ne me conforme pas ») :

Sur les pancartes, en Ohio : "Je ne consens pas à la vaccination obligatoire, au tracking et aux certificats pour participer à la société" ; "Allez chercher du côté de la 5G" : "La vraie épidémie" [avec un rat sur lequel est dessinée une étoile de David] Sur les pancartes, en Ohio : "Je ne consens pas à la vaccination obligatoire, au tracking et aux certificats pour participer à la société" ; "Allez chercher du côté de la 5G" : "La vraie épidémie" [avec un rat sur lequel est dessinée une étoile de David]

Il s’agit là exactement de la même attitude que celle que les antivaxx affichent bien souvent, lorsqu’ils nient l’immunité collective et  expliquent qu’il n’est pas de leur responsabilité de protéger les autres, ou lorsqu’ils demandent pourquoi ceux qui sont vaccinés s’inquiètent de ce que font les non-vaccinés, si la vaccination est si efficace. Les deux groupes minimisent aussi les dangers en affirmant que seuls les plus âgés et les malades chroniques sont menacés d’une maladie sévère ou de la mort, ce qui est faux. Il est vrai que les plus âgés et les malades chroniques sont exposés à un risque bien plus important de maladie sévère et de mort que les plus jeunes, mais la COVID 19 a néanmoins conduit à l’hospitalisation et au décès de personnes plus jeunes à une fréquence inquiétante, notamment parmi les soignants.

Pendant ce temps, cette vidéo montre des antivaxx qui brandissent des panneaux standards « V Is for Vaccination [«  Sur le modèle de « V is for Vendetta », la bande dessinée au masque blanc moustachu. NdT] vendus par l’activiste antivaxx Josh Coleman :

https://twitter.com/i/status/1251585868541894656

J’ai remarqué ce genre de choses de plus en plus fréquemment dans ces manifestations de « Reopen America »[4].

Il ne devrait pas être surprenant que les antivaxx sont en cheville avec le mouvement des négateurs de la COVID-19, comme l’indique cet article publié par Catherine Gammon la semaine dernière dans Undark[5] :

« Début mars, Melissa Floyd, qui se décrit comme une éducatrice à la liberté de soins et qui coanime le podcast « The Vaccine Conversation », a été forcée de brusquement changer ses plans. Elle et son partenaire devaient faire leurs valises en vue d’une tournée de conférences dans plusieurs villes. Mais la crise de santé publique provoquée par la COVID-19 a retardé le début de leur tournée de plusieurs mois.

Floyd et son partenaire, Bob Sears, un pédiatre de Californie qui recommande un planning de vaccination retardé et l’abstention de certains vaccins, ont évoqué cette annulation dans un épisode du podcast, en faisant remarquer que personnellement ils ne craignaient pas le virus. Nos agences gouvernementales, a dit Floyd, « parlent de se laver les mains, mais pourquoi ne parlent-elles pas de ce que l’on peut faire pour booster son système immunitaire, tel que prendre de la vitamine D ? Pourquoi ne parlent-elles pas de réduire la consommation de sucre ? Pourquoi ne parlent-elles pas de manger des fruits et légumes et de se tenir à distance de la nourriture transformée ? »

« Je n’ai pas entendu de clip », a poursuivi Floyd, « qui parle de comment renforcer son corps – c’est juste lavez vos mains, portez un masque et espérons que le vaccin arrivera bientôt » (Floyd n’a pas répondu à une demande d’interview de la part de Undark) »

Nous avons sur ce blog écrit à propos de « Dr. Bob » plus que ce dont je suis capable de me souvenir, et j’ai parlé de lui plusieurs fois dans mon autre blog. En gros, Dr Bob a été en première ligne pour s’opposer à SB276[6] et à tout effort pour renforcer la vaccination à l’école, et en finir avec les exceptions douteuses en fonction de convictions personnelles ou les exceptions pour raisons médicales infondées. Et il a été sanctionné par le Medical Board of California[7]. Après l’adoption de SB276, il a été un des premiers escrocs à monnayer ses conseils dans les réseaux de conférences antivaxx à propos des différentes manières de contourner les nouvelles obligations vaccinales à l’école ; je pense que par la suite il a lui-même fait commerce de certificats de vaccination.

Il y a un autre point commun entre les négateurs du COVID-19 et les antivaxx :

« « Ce n’est pas aussi létal qu’on a pu le dire », a-t-il dit, ajoutant plus tard au cours de la conférence : « Il s’agit d’une situation tragique pour seulement un petit groupe de personnes qui sont immunodéficients ou très âgés. ». De même, le 28 mars, Sears a posté sur Facebook : « Les personnes âgées sont vulnérables et ont besoin de protection, ET la COVID-19 est inoffensive pour presque tous les autres gens ».

Les deux affirmations sont inexactes – il y a de nombreux cas de personnes jeunes et en bonne santé qui se retrouvent en soins intensifs et sous ventilation. Mais c’est une stratégie classique, explique Reiss : « Ils se concentrent sur les morts, et ils ignorent les hospitalisations, et ils vont dire : regardez, cela ne va pas vous tuer, vous ne devriez pas prendre le vaccin », dit-elle. «  Ils font cela  avec d’autres maladies également. ». Une analyse récente dans la Washington Post a montré que des centaines de personnes de moins de 50 ans étaient également mortes du coronavirus. »

C’est une remarque pertinente.

De la même manière que les antivaxx se concentrent sur la mortalité et ignorent la morbidité[8] de maladies que l’on peut prévenir grâce aux vaccins, afin d’avancer des arguments sournois tels que : « les vaccins ne nous ont pas sauvé », les négateurs de la COVID-19 se concentrent sur la mortalité et ignorent les souffrances causées. Plus important encore, ils passent sous silence la possibilité que, sans mesure pour contenir l’épidémie, les hôpitaux vont être submergés de patients COVID-19, ce qui débouchera sur l’impossibilité de traiter au mieux tous les patients et donc au tri des malades, ainsi qu’à des décès pour d’autres causes du côté de gens que les hôpitaux submergés n’auront pas pu prendre en charge. Au final, l’affirmation selon laquelle la COVID-19 n’est pas dangereuse pour la plupart des gens autres qu’immunodéficients ou malades chroniques, est exactement ce que les antivaxx disent à propos des maladies que les vaccins préviennent, comme la rougeole ou la varicelle : qu’elles ne sont pas des maladies graves, que leurs « enfants en bonne santé » ne doivent pas y voir plus qu’un mauvais moment à passer, alors que ce n’est certainement pas le cas.

Dr Bob a aussi mis en avant de fausses dichotomies, comme un choix entre « une société ruinée » et plus de morts :

"Les médias nomment "covidiots" ceux qui sortent dans la rue. Vont-ils aussi insulter ceux qui prefèrent que nous mourrions tous de la ruine de la société ? Juste pour petre équitables." "Les médias nomment "covidiots" ceux qui sortent dans la rue. Vont-ils aussi insulter ceux qui prefèrent que nous mourrions tous de la ruine de la société ? Juste pour petre équitables."

Evidemment, 1 million de morts, qui est ce qui arriverait sans mesures de confinement, ruinerait l’économie encore bien plus sûrement. En effet, cette question précise de l’ « ouverture de l’économie » de manière sécure est incroyablement complexe, et il est douteux que la plupart des gens se sentent dans les prochains temps d’aller au cinéma ou dans  n’importe quel rassemblement d’un grand nombre de personnes. De manière encore plus choquante, Dr Bob accuse maintenant ceux qui soutiennent le confinement en cours d’espérer que les pays qui s’y prennent autrement vont échouer « comme ça on aura montré qu’on a raison ».

"Question : nous attendons tous en retenant notre souffle de voir si les choses se passent bien en Suède. Je me demande : est ce que nos dirigeants espèrent que la Suède échoue pour prouver que l'on avait raison ? Ou est-ce qu'il espèrent que la Suède réussisse afin que nous puissions revenir un peu sur nos propres choix ?" ? "Question : nous attendons tous en retenant notre souffle de voir si les choses se passent bien en Suède. Je me demande : est ce que nos dirigeants espèrent que la Suède échoue pour prouver que l'on avait raison ? Ou est-ce qu'il espèrent que la Suède réussisse afin que nous puissions revenir un peu sur nos propres choix ?" ?

La Suède, comme beaucoup le savent, n’est pas en confinement complet. Son approche consistant à promouvoir une distanciation sociale (pour l’essentiel) volontaire plutôt qu’imposée et contrôlée est, pour le dire sobrement, hautement controversée, et des modélisations récentes donnent des raisons de s’inquiéter, avec une étude (toujours en préprint) estimant que l’approche suédoise va probablement déboucher sur « un pic d’admissions en soins intensifs en mai qui va excéder de 40 fois la capacité prépandémique, avec un médian de mortalité de 96 000 décès (avec un Intervalle de Confiance de 95% pour une variation de 52 000  à 183 000 décès) ». Il reste à voir si cette modélisation va se révéler exacte ou si la Suède va réussir à faire bien mieux que ces sombres prédictions. Bien qu’il y ait des indices qui montrent que cette stratégie pourrait être dangereuse, elle pourrait aussi fonctionner parce que 40% des foyers suédois sont des foyers d’une personne sans enfants. Bien sûr, évoquer la Suède illustre les points communs entre les négateurs de la COVID-19 et les antivaxx, qui sélectionnent leurs exemples, simplifient outrageusement et défigurent de réelles controverses scientifiques.

Un autre argument utilisé par les négateurs de la COVID-19 et élaboré par les antivaxx est celui selon lequel l’immunité « naturelle », ou l’ « immunité collective naturelle » est préférable à l’immunité induite par la vaccination :

« Et un autre thème récurrent dans les groupes antivaccination est la croyance selon laquelle l’immunité naturelle – celle que l’on acquiert en ayant réellement eu la maladie – est meilleure que l’immunité procurée par un vaccin. La logique selon eux est que si la maladie naturelle est un phénomène sain et normal, les gens devraient ne pas se prémunir et se faire infecter par la maladie, qui va du coup leur procurer une immunité et protéger plus de gens. « C’est une immunité inférieure qui est donnée par la vaccination, et c’est la raison pour laquelle on voit des gens prendre leur deuxième, troisième, quatrième, cinquième injection, la raison pour laquelle tout le monde doit prendre une injection contre la grippe chaque année », a déclaré Bigtree[9] dans son show le 26 mars ».

Et :

« Dans une interview, Bigtree a développé en expliquant qu’il n’est pas anti-vaccination pour les personnes cibles : “Je n’aurais aucun problème avec un produit conçu pour les gens qui en ont besoin,” a-t-il dit. “Je ne suis pas d’accord avec le principe selon lequel  des gens en parfaite santé doivent prendre un produit pour protéger un très petit pourcentage de gens malades.” »

Tout cela est complètement raccord avec l’argument complètement trompeur d’Andrew Wakefield, qui témoigne de sa profonde ignorance de la théorie évolutionniste selon laquelle l’immunité collective naturelle à la rougeole a conduit la maladie à devenir moins virulente, puisqu’il pourrait selon lui y avoir une « extinction massive » du fait de souches de rougeole virulente ayant évolué à cause de la vaccination ROR de masse. Bien entendu, ce que les négateurs de la COVID-19 et les antivaxx partagent est l’incapacité à réaliser que le prix à payer pour une « immunité collective naturelle » est des souffrances massives et bien plus de morts que l’immunité collective acquise par la vaccination de masse. De plus, encore une fois, sans mesures de contrôle de l’épidémie, la COVID-19 causerait probablement des morts à une échelle bien plus grande que celle que l’on connaît aujourd’hui, un fait qui ne semble inquiéter  ni les négateurs de la COVID-19, ni les antivaxx :  

«  Et il n’y a pas que les groupes antivaccination qui défendent l’idée selon laquelle les gens devraient tomber malades. The Federalist, un magazine conservateur américain en ligne, a publié un papier le 25 mars en faveur d’une approche d’infection volontaire de la Covid-19.

S’il est vrai que, dans la plupart des cas, l’immunité naturelle persiste plus longtemps que l’immunité induite par la vaccination, les experts en santé publique disent que les risques de la première excèdent les risques de la seconde pour toutes les vaccinations recommandées. L’immunité naturelle, dit Ernst, « protège les gens après qu’un grand nombre de personnes soient tombées malades, et ceci n’est pas une bonne chose. » Reiss ajoute qu’aucune de ces négations ou théories du complot ne sont neuves – elles sont des éléments traditionnels au sein du monde de l’antivaccination : ‘Elles ont circulé, et elles ne sont que l’application de croyances anciennes à de nouveaux contextes. ». Le nouveau contexte a son importance, ceci dit : la COVID-19 est une crise de santé publique d’une ampleur inconnue depuis une centaine d’années. »

Précisément.

Et cela n’a pas lieu qu’aux Etats-Unis. Les antivaxx en Italie  nourrissent la négation de la Covid-19 pour à peu près les mêmes raisons, comme le pointe un article de Slate[10] :

«  Un des fondamentaux du mouvement anti-vaccination est l’idée selon laquelle les possibles conséquences négatives de la vaccination pourraient être plus importantes que les risques liés aux maladies qu’elles préviennent. Mario Small, un professeur de sociologie à l’université de Harvard, pense qu’une des raisons pour lesquelles il est peu probable que la COVID-19 ébranle ces convictions est la perception de l’ampleur du coronavirus, qui n’est pas comparable à d’autres maladies : “Vous ne pouvez pas ignorer les cercueils et les morts », dit Small, mais il est probable que le mouvement antivaccination va approcher cette maladie comme étant différente. “Le poids de l’idéologie pour laquelle vous vous êtes tellement impliqué va vous faire trouver des raisons pour lesquelles vos croyances sont toujours en phase avec la réalité ». »

Giovanni—il a demandé à Slate de n‘utiliser que son prénom —est un trentenaire père de deux enfants dans la région de la Romagne. Il est fermement opposé à la vaccination obligatoire, et ses deux jeunes enfants ont été exclus de la maternelle quand lui et sa partenaire ont refusé de les vacciner. Il dit qu’il pourrait accepter un vaccin contre le coronavirus pour lui-même si  il était disponible : « Il y a différentes sortes de vaccins et différentes sortes de maladies. On n’en sait pas encore assez à propos de la COVID-19 aujourd’hui, mais si un jour un vaccin devenait obligatoire, il est possible que je le prenne pourpouvoir travailler et voyager. Il est encore trop tôt pour le dire. »”. Ce dont il est sûr, c’est que le coronavirus ne l’a pas fait changer d’avis à propos des autres vaccins. Giovanni dit aussi qu’il craint que cette crise de santé publique ne conduise à un durcissement des politiques vaccinales. »

Pendant ce temps, il y a eu une intéressante évolution parmi les antivaxx qui font équipe avec les négateurs de la COVID-19. Ils se sont tous les deux lancés dans la promotion de l’antipaludéen et immunomodulateur hydroxychloroquine, éventuellement associé à l’antibiotique azithromycin en guise de remède miracle contre la COVID-19 tel que présenté par le « courageux docteur anti-système » français  Didier Raoult, par Donald Trump, par le Dr. Mehmet Oz[11], et par les alliés de  Trump dans les médias. Del Bigtree a fait la promotion de l’hydroxychloroquine dans son émission, pas plus tard que la semaine dernière. Peu importe pour lui que, si l’on met de côté les témoignages de type « remède miracle », les preuves sont certainement en train de tourner en faveur de la conclusion selon laquelle l’association hydroxychloroquine ± azithromycin ne fonctionne pas contre la COVID-19, mais provoque des effets secondaires importants.

Beaucoup d’antivaxx font la même chose. Plébisciter des médicaments comme celui-ci, qui sont loin d’être bénins, avec des effets secondaires importants sur certains patients, semble contradictoire avec l’hostilité habituelle des antivaxx à l’égard de Big Pharma. Alors, pourquoi faire la promotion de ces médicaments-là ?  Tout d’abord, personne n’a jamais dit que les théories de complot devaient être cohérentes. Deuxièmement, les antivaxx pensent sans doute que s’il y a un traitement efficace, il y aura moins d’attention portée au vaccin. C’est un point de vue que Robert Kennedy Jr[12]. a également adopté. Troisièmement, ces médicaments ne sont plus sous brevet, ce qui permet aux antivaxx d’avancer un de leurs arguments favoris en faveur des « traitements naturels », qui est que ceux-ci ne permettent pas à Big Pharma de faire beaucoup d’argent avec eux. Enfin, Bigtree a transformé la théorie complotiste principale du mouvement antivaccination (selon laquelle le CDC « savait » que les vaccins causent l’autisme mais a étouffé les preuves) en : le  CDC « savait » que l’hydroxychloroquine est très efficace contre la COVID-19 mais ne l’a pas révélé. Je sens comme un effet scénaristique récurrent, là.  

Au final, la propagande et la désinformation autour de la COVID-19, qu’elle vienne des antivaxx, des négateurs de la COVID-19, de politiciens ou de célébrités, a eu des conséquences dans le monde réel. Mercredi dernier, dans le Michigan, il y a eu une manifestation importante contre la décision du gouverneur  Whitmer de faire rester les gens chez eux, au cours de laquelle des milliers de personnes ont défilé en voiture devant le siège du gouvernement local pour demander l’assouplissement des restrictions. Intitulée « Opération Embouteillage », l’initiative a été organisée par des groupes de droite radicale financés par la famille DeVos:

Dans le Michigan Dans le Michigan

Remarquez la manière dont les manifestants qui sont sortis de leur voiture ne respectent pas franchement les mesures de distanciation sociale. En fait, ce rassemblement a été un large incubateur qui a brassé pendant plusieurs heures des gens issus de certaines parties du Michigan encore peu affectées par la COVID-19 avec d’autres venus des zones du Michigan les touchées (la région de Detroit) , avant qu’ils ne rentrent tous chez eux pour répandre le coronavirus aux quatre coins de l’Etat. Les zones qui jusque-là avaient peu de cas de COVID-19 pourraient maintenant voir leur nombre grimper en flèche dans les 2 à 4 semaines à venir, si les manifestants rentrés chez eux, comme s’est probable, s’abstiennent là aussi  de toute mesure de distanciation sociale.

La semaine dernière, il y a eu des manifestations du même genre dans d’autres Etats, tels que le Maryland, le Texas, l’Ohio, le Kentucky, le Minnesota, la Virginie, l’Utah, la Caroline du Nord, l’Idaho, et la Californie, avec un rassemblement prévu aujourd’hui à Sacramento[13]. (Rajout : Depuis que j’ai écrit cela, j’ai appris qu’il y a eu des manifestations dans plusieurs autres Etats dimanche.). En parcourant attentivement les compte-rendus dans les médias ou les photos sur les réseaux sociaux, j’ai identifié des antivaxx dans presque toutes ces manifestations, et les antivaxx ont activement soutenu sur Facebook le rassemblement prévu aujourd’hui à Sacramento. En voici un exemple :  

"Je voudrais préciser : le défilé de lundi se fera en voiture ou à pied, selon ce que vous préférez. Amenez votre pique-nique et faites-en une journée en famille. Nous ne dmandons aucune autorisation aux tyrans, nous reprenons notre liberté et réouvrons la Californie" "Je voudrais préciser : le défilé de lundi se fera en voiture ou à pied, selon ce que vous préférez. Amenez votre pique-nique et faites-en une journée en famille. Nous ne dmandons aucune autorisation aux tyrans, nous reprenons notre liberté et réouvrons la Californie"

Je crains que cette alliance entre les excentriques de la COVID-19 et le mouvement antivaccination, avec les croisements fertiles de leurs rhétoriques et tactiques respectives, particulièrement dans le contexte où elle est nourrie par le financement et le soutien de différents groupes politiques qui veulent pousser à « Rouvrir l’Amérique », ne soit en mesure d’encore beaucoup aggraver la pandémie. Le seul aspect positif que j’y vois est le suivant : bien qu’une poignée d’antivaxx endurcis ne modifieront jamais d’un pouce leur opposition à la vaccination, la pandémie pourrait rendre le grand public moins tolérant à l’égard de ces dingos.

Catherine Flores Martin, directrice exécutive de la California Immunization Coalition, dit qu’elle perçoit un changement dans la manière dont les gens réagissent aux posts ant-vaccins sur les réseaux sociaux. Et elle pense que les gens pardonneront beaucoup moins les croyances antivaccination à l’avenir : “ Les croyants seront toujours là, mais je pense que les autres vont être beaucoup moins tolérants à leur égard maintenant que tout le monde a vu comment une maladie contagieuse peut impacter leur existence. Nous avons leur attention..”

J’espère que ce sera un des conséquences de cette pandémie, quand elle aura enfin décliné.  Il n’y a aucune garantie, pour autant, et je crains que ce ne soit pas le cas.

David H. Gorski

 En complément à l'article de David, je rajoute cette photo saisissante de Lauren Leander, infirmière en soins intensifs, et de ses deux collègues, qui tiennent tête aux trumpistes venus manifester devant leur hôpital de Phoenix (Arizona).  Sur la vidéo, on entend les manifestants  les accuser d'être des actrices déguisées en infirmières (fake nurses!) et d’être payées pour faire croire au virus. Tout y est, sur cette photo : le panneau jaune dit "Le remède est pire que le virus", et derrière les infirmières deux manifestants tiennent des pancartes : l'une est une critique de la vaccination, et l'autre un éloge de l'hydroxychloroquine. YK

Phoenix, Arizona Phoenix, Arizona

 

[1] https://www.pseudo-sciences.org/

[2] La Center for Disease Contrôle est aux Etats-Unis une agence fédérale de gestion de la santé publique.  Un peu à la manière de Santé Publique France.

[3] La Food and Drug Administration est l’agence fédérale américaine de gestion des aliments et des médicaments, jouant d’une certaine manière le rôle à la fois de l’ANSES et de l’ANSM françaises.

[4] Reopen America  peut se traduire littéralement par « Réouvrez l’Amérique », soit : « Déconfinez les Etats-Unis ». Il est peu probable que les manifestants réclament une réouverture du pays aux étrangers et à l’immigration…. On notera que ce nom évoque celui du mouvement « Reopen 911 » [soit « Réouvrez l’enquête sur le 11 septembre »], un autre mouvement complotiste important aux Etats-Unis.

[5] https://undark.org/2020/04/16/anti-vaccine-covid-19/

[6] Senate Bill 276 est une loi californienne adoptée à l’automne 2019 qui vise à renforcer les programmes de vaccination, notamment en réaction à la résurgence de la rougeole.

[7] L’équivalent de l’Ordre des Médecins pour la Californie.

[8] Taux de mortalité : pourcentage de morts par rapport au nombre d’individus d’une population donnée dans une période donnée. Taux de morbidité : nombre de personnes atteintes par une même maladie dans une population donnée pendant une période donnée

[9] Del Matthew Bigtree est un producteur américain actif dans le mouvement antivaccination. C’est lui qui a produit « Vaxxed », le film d’ Andre Wakefield que Michèle Rivasi avait voulu présenter au Parlement Européen.

[10] https://slate.com/news-and-politics/2020/04/italy-anti-vaxxers-vaccination-coronavirus.html

[11] Le Dr Oz est un chirurgien vedette des plateaux de télé aux Etats-Unis, où il fait la promotion des pseudo-médecines.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mehmet_%C3%96z

[12] Robert Kennedy Jr est un avocat et politicien démocrate issu de la dynastie des Kennedy. Il a mené des actions en justice contre Monsanto et est un militant antivaccination actif, qui pense qu’il existe un lien entre vaccination et autisme.

[13] Sacramento, et non San Francisco ou Los Angeles, est la capitale politique et administrative de la Californie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.