Il y a un moment que je voulais faire un billet sur Vandana Shiva, l'héroïne indienne du mouvement anti-OGM, qui a comme Pierre Rabhi très bonne presse dans les milieux altermondialistes. Un jour par exemple, peu de temps après la fondation du NPA, j'avais failli avoir une crise cardiaque en découvrant dans l'appart d'un copain un poster orné de portraits de figures célèbres servant de références politiques au nouveau parti, un poster sur lequel Shiva figurait en bonne place aux côtés de Lénine, Trotsky, Simone de Beauvoir et Rosa Luxembourg. Les pauvres !  Je crois que Trotsky se serait planté lui-même le piolet dans le crâne si on lui avait dit qu'un jour ses héritiers politiques affichés le mettraient sur le même plan qu'une activiste anti-progrès.

J'avais donc collecté un peu de documentation à son sujet depuis plusieurs mois, mais il se trouve que le magazine américain The New Yorker  vient de publier un portrait de Vandana Shiva qui colle pile poil avec ce que je voulais publier. Comme c'est dispo en ligne, je renvoie directement les anglophones à cet excellent article signé du journaliste Michael Specter, qui a suivi Vandana Shiva en tournée et l'a interrogée sur ses choix et ses analyses, avant de les comparer à ce qu'en disent d'autres intervenants (plus compétents) et à ce qu'il a vu sur place, en Inde, lors de ses reportages :

 

http://www.newyorker.com/magazine/2014/08/25/seeds-of-doubt

 

Je vais quand même en résumer les principaux aspects pour ceux qui ne parlent pas anglais, et compléter de toutes façons avec d'autres données que je voulais mettre en avant depuis un moment.

 

Le premier truc à démythifier, c'est son statut de scientifique, « physicienne » plus précisément, qui est à peu près systématiquement mis en avant par ses supporters. Par exemple, dans l'article de Médiapart qui fait la promotion de la dame,

http://www.mediapart.fr/journal/international/060714/vandana-shiva-sur-une-planete-morte-ne-fait-plus-d-affaires

on  peut lire la présentation suivante en introduction, sous la plume attendue de Jade Lingaard :

 

« Figure de proue de l’opposition aux OGM, défenseuse de longue date de l’agriculture biologique et de l’importance de la biodiversité, Vandana Shiva est sans doute l’une des militantes écologistes les plus connues dans le monde aujourd’hui. Physicienne de formation, écoféministe revendiquée, elle a créé en Inde un centre de recherche et de formation sur la biodiversité et l'agroécologie, Navdanya, »

 

« Physicienne de formation », la formule est plus prudente que celles que l'on lit d'habitude, mais elle reste largement trompeuse.

Shiva elle-même trompe délibérément son monde sur ce point, comme par exemple sur cette page de son site

http://www.navdanya.org/blog/?p=744

 

où elle n'hésite pas à écrire :

 

«  Oui, je suis une écologiste et une féministe. Mais je suis aussi une scientifique […]. En tant que physicienne quantique, j'ai été formée à considérer l'interconnection et la non-séparabilité des processus qui dans le paradigme mécaniste et réductionniste sont vus comme séparés et non liés »

 

[Précision pour les non avertis : la référence à la physique quantique est une tarte à la crème des courants relativistes qui adorent la convoquer pour essayer de donner des airs de science à leurs boniments obscurs. Voir notamment sur ce thème le livre de Sokal et Bricmont Impostures intellectuelles]

 

Le but de l'opération est évidemment pour Shiva de montrer qu'elle sait de quoi elle parle,  même si on ne voit pas trop en quoi un statut de physicienne lui donnerait une crédibilité quelconque pour parler de la biodiversité, de l'agriculture et  des OGM, domaine qui est de très très très  loin son principal cheval de bataille,  pour ne pas dire : le seul . 

Mais surtout, en réalité, si Shiva est bien titulaire d'un doctorat qui est venu parachever sa formation, il s'agit d' un doctorat...en philosophie. Et comme sa biographie sur Wikipédia le confirme :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vandana_Shiva

 

Vandana Shiva a arrêté ses études de physique au niveau de la licence avant de poursuivre en philosophie. Autrement dit : elle a moins poussé ses études en science que n'importe quel professeur de physique-chimie en poste en collège en France.

Bref, Vandana Shiva est scientifique et physicienne comme Rabhi est agriculteur, ou comme moi je serais footballeur professionnel ou guitariste, par exemple. C'est dire.

 

Un autre aspect de son rayonnement qui est particulièrement gonflant, c'est l'aura que lui donne dans certains milieux le fait d'être indienne. Par exemple, sous l'interview de Shiva dans Médiapart, on trouve ce commentaire assez caractéristique :

 

« L'Inde est décidement une terre fertile pour l'esprit et la sagesse. »

 

immédiatement complété de cet autre qui va dans le même sens :

 

« Oui, c'est sûr et l'Occident aurait bien besoin de s'ouvrir l'esprit à cette sagesse, d'autant plus  - et d'autant mieux - par les temps qui courent... »

 

ça c'est un truc que j'ai jamais pigé, cette fascination pour l'Inde qui sévit depuis la mode hippy – souvenons-nous par exemple des Beatles et de leur gourou ridicule. De ce point de vue, la figure de Shiva, telle que révérée par les bobos des pays riches, est dans la continuité de celle de Gandhi, qui est tout aussi chargée positivement, alors qu'à la base il était un gros réac traditionaliste (il a par exemple préféré laisser sa femme mourir plutôt que de lui donner accès à cet horrible élément de modernité qu'était une injection de péniciline).

Mais plus fondamentalement, que l'on érige en source de sagesse particulièrement remarquable un pays où à cause de la religion hindoue sévit encore largement le système des castes et où le statut des femmes est particulièrement dégradé [cf par exemple les mobilisations récentes pour faire reculer les viols], ça m'a toujours épaté. Comment est-ce que tant de sagesse peut déboucher en pratique sur tant de discriminations et de violences généralisées ????

 

 

[Sur l'Inde et notamment sur Gandhi, voir ce texte publié par Lutte Ouvrière :

 

http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/l-inde-de-l-exploitation-coloniale-6375#gandhi-art-desarmer-les-masses-15 ]

 

L'idôlatrie « occidentale » devant la supposée sagesse indienne (ou de n'importe quelle autre partie de la planète) est juste le miroir inversé de la xénophobie européocentrée.  Et le relativisme postmoderne qui sévit dans de larges parties de la gauche ici alimente là-bas les tendances les plus réacs, dont Shiva est un exemple. Mais tout cela se fait au nom soit-disant de l'anticolonialisme, et dans le cas de Shiva de l' « écoféminisme » [???]. Le mysticisme écolo de Shiva se nourrit en fait aux mêmes sources que le traditionalisme religieux, et l'on voit ainsi des gens classés à gauche servir de fait la soupe à ce qui est plutôt d'extrême-droite. Pour l'Inde précisément, Alan Sokal montre dans son livre Pseudo-sciences et postmodernisme comment des intellectuels néogandhiens comme Shiva ont pavé la voie pour l'ascension du BJP, le fameux parti traditionaliste hindou dont un leader particulièrement dangereux, Narendra Modi,  est récemment devenu Premier ministre.

 

Par exemple, quand Vandana Shiva expliquait que :

 

 

« Les "faits" de la science réductionniste sont des catégories socialement construites et qui portent les marques culturelles du système occidental, bourgeois et patriarcal, lequel constitue le contexte de leur découverte et de leur justification. »

 

son relativisme absurde a contribué à dégager le terrain pour le BJP, qui a pu aller au bout de la logique lors de son premier exercice du pouvoir gouvernemental : il a fait de l' « astrologie védique » bien de chez eux une discipline universitaire au même titre que cette physique occidentale réductionniste, bourgeoise et patriarcale que Shiva se targue malgré tout d'avoir étudiée.

 

[sur ce point, voir par exemple :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article495 ]

 

J'apprends dans l'article de Specter que Shiva est issue d'une famille riche de la caste supérieure, les Brahmanes, qui est la classe sacerdotale traditionnelle. En creusant un peu plus cet aspect, je suis tombé sur ce papier (en anglais) qui montre comment l'ascétisme traditionnel des Brahmanes s'accommode très bien de la pensée écologiste, qui en plus vient conforter leur vision du monde selon laquelle les choses sont bien comme elles sont depuis un bail et que la modernité fait peser un lourd danger sur les bonnes vieilles traditions :

 

http://thebreakthrough.org/index.php/journal/past-issues/issue-2/the-new-india-versus-the-global-green-brahmins

 

La défense des paysans pauvres est aussi chez Shiva une exaltation de la pauvreté et de la place traditionnelle des femmes au village. Je me suis un peu esquinté les yeux à essayer de trouver via google ce que  Vandana Shiva dit à propos de la survivance du système ultra-discriminatoire des castes en Inde, qui est quand même un gros problème politique dans ce pays. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas une grande préoccupation pour elle. Contrairement à Gandhi, elle ne se déclare pas  partisane de ce système et elle l'évoque même avec une connotation nettement négative. Mais lorsqu'elle en parle – dans ce que j'ai pu lire - , c'est pour dire que la mondialisation a créé un système de castes encore plus pervers que l'ancien, sans que l'on  voit très bien ce qu'elle veuille dire par là. Ce qui est sûr, c'est que son combat se fait contre la modernité au nom des traditions, et que du coup elle n'intègre pas dans celui-ci  la lutte contre les traditions hindouistes rétrogrades, qu'elle passe en fait sous silence, pour autant que je puisse en juger.

 

[Rajout du 28/08/14] : Dans un billet précédent sur Pierre Rabhi, j'avais montré comment l'adepte de la sobriété heureuse demande des sommes très conséquentes pour ses conférences publiques, attitude étrange pour quelqu'un qui est du côté des pauvres. Dans le cas de Vandana Shiva, il semble que ce soit encore pire. Imaginons que vous soyez dans une université américaine et que vous vouliez éclairer vos étudiants et le public des lumières de Vandana Shiva. Vous allez sans doute passer par une agence de placement de conférenciers célèbres, comme celle-ci, qui s'occupe de la carrière conférencière de Shiva aux Etats-Unis :

http://www.apbspeakers.com/speaker/vandana-Shiva

Chacun peut faire l'expérience de se faire passer pour un organisateur intéressé et envoyer un mail à "apbspeakers" pour s'enquérir des tarifs en vigueur pour entendre Vandana Shiva nous expliquer le monde et la physique quantique. On m'a communiqué la réponse qui a été faite à quelqu'un qui a testé la chose - Channapatha Prakash, prof dans une Fac d'Alabama -  , je la copie ici :

"Good morning,
I received your email about interest in her for your December meeting.   She normally is in the $35-40,000 + travel expenses range.    Did you have a specific date you wanted me to check?   Did you want to extend a formal invitation for her to consider?
Cordially,
Flip Porter, Vice President American Program Bureau, Inc. | apbspeakers.com 313 Washington Street, Suite #225 Newton, MA 02458 800.225.4575 Ext. 1624 (office) | 617.965.6610 (fax) | fporter@apbspeakers.com
"

Si l'on en croit cette source, elle est donc dans le créneau 35 000 / 40 00 dollars la conférence  + frais de voyage.
Pas mal.
En une soirée de conférence, elle engrangerait donc à peu près mon salaire annuel (pour elle ou pour son assoc, moins les frais de l'agence évidemment), je me dis que j'aurais dû faire écoféministe antimondialisation plutôt que prof, j'aurais pu me payer une rolex avant mes 40 ans et ainsi réussir pleinement ma vie.
Ayons une pensée émue pour le pauvre Pierre Rabhi, qui  est en fait complètement à la ramasse avec ses 1000 euros la conférence. Loser !

 

Le gandhisme de Vandana Shiva lui donne par ailleurs des reflets qui sont ceux du pacifisme intégral  et de la non-violence  associés au nom de Gandhi. Sauf que si ces gens-là prêchent la non-violence aux travailleurs dans la lutte des classes, histoire de les désarmer encore un peu plus, Vandana Shiva peut très bien changer de registre et justifier bien des choses au nom de ses croyances. Ainsi, dans cette vidéo, on peut la voir apporter son soutien plein et entier à Marie Mason :

http://vimeo.com/23099099

 

Qui est Marie Mason  (ou plutôt Marius Mason, vu qu'elle a décidé changer de sexe)?

Une (à l'époque des faits)  dingo de la mouvance   Earth Liberation Front / Earth First [« La Terre d'abord », tout un programme...] qui en 1999 a foutu le feu à un bâtiment de l'université du Michigan car s'y menaient des recherches sur les OGM, qui plus est en partie financées par Monsanto [Vade Retro Satanas! ]. On peut certes s'indigner de la sanction de 22 ans de prison  (!!!) qui a été  prononcée contre Marie Mason et se dire qu'elle aurait sans doute plus sa place en internement psychiatrique aux côtés des black-métalleux norvégiens qui mettent le feu aux églises, mais ce n'est pas ça ce que dit Shiva dans la vidéo. Elle lui apporte plutôt son total soutien et elle approuve son acte. Autant le savoir...

 

Autre exemple du fanatisme anti-OGM de Vandana Shiva : sa réponse au fameux coming-out pro-OGM de Mark Lynas, un ancien de Greenpeace qui a viré rationaliste et publiquement condamné ses actions passées aux côtés de la multinationale verte.

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/070113/le-debut-de-la-fin-du-mouvement-anti-ogm

 

S'en est suivie un guerre des Tweets – c'est dire pas ce qui se fait de mieux en matière de débat intellectuel -, avec une réaction assez incroyable de Vandana Shiva :

 

«  Dire que les agriculteurs devraient être libres de cultiver des OGM, qui peuvent contaminer des exploitations biologiques, c'est comme dire que les violeurs devraient avoir la liberté de violer. »

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-ogm-et-viol-shiva-pas-non-par-wackes-seppi-114981740.html

 

 

Bon, ben si cultiver des OGM c'est du même niveau de gravité  que violer quelqu'un, c'est que c'est pas si grave que ça, le viol, après tout. Voilà le genre de comparaison bien douteuse qui est encore plus détestable quand c'est fait dans un  pays qui précisément à ce moment là est agité par un large débat  sur le viol, après des affaires atroces de viol collectif. Quand il s'agit de mesurer la dignité des femmes, la dite « écoféministe » propose une échelle des valeurs bien peu ragoûtante, qu'elle assume parfaitement dans un deuxième tweet similaire suite à une remarque judicieuse qui lui a été faite sur le sujet :

 


Traduction :

 

«  - Honte sur vous pour avoir comparé les OGM au viol. C'est un argument odieux qui dévalorise les femmes, les hommes et les enfants.

  • Les plantes aussi ont leur intégrité. Il faut passer passer d'une vision du monde patriarcale et anthropocentrique à la « Earth democracy » »

 

Je ne sais pas si dans la Earthdemocracy les cailloux, les frelons, les champignons  et les algues auront le droit de vote au même titre que les êtres humains, mais, amies féministes, vous aurez compris que l'écoféminisme met la dignité des femmes sur le même plan que celle d'un épi de maïs. Là aussi, autant le savoir...

 

D'ailleurs, l'esclavage ce n'est pas si terrible que ça non plus, puisque Vandana.Shiva compare également la commercialisation des semences à... la Traite des Noirs. C'est pour elle la même chose, mais à une échelle plus large aujourd'hui :

 

« “When starting to fight for seed freedom, it’s because I saw a parallel,” she said at a food conference in the Netherlands. “That time, it was blacks who were captured in Africa and taken to work on the cotton and sugarcane fields of America. Today, it is all of life being enslaved. All of life. All species.” » [Source : Article de Michael Specter]

 

 

Venons-en maintenant  sur le fond aux arguments fallacieux que développe Vandana Shiva sur la question des OGM. En fait, elle a largement contribué à propager la plupart des mythes anti-OGM qui sont devenus des évidences pour beaucoup.

 

D'abord, Shiva a surfé sur la peur du gène dit « Terminator » avec un art de  l'incohérence poussé dans ses derniers retranchements. Rappel : le gène Terminator a été envisagé dans les années 1990 pour palier à l'éventuel risque de  croisements non désirés en rendant la plante stérile. Réponse des anti-OGM qui avaient pourtant très peur de ces croisements que dans leur novlangue ils appellent « contamination » : « Oui mais là c'est un sale coup de Monsanto pour forcer les paysans à lui racheter des semences chaque année ». Bon, OK, d'accord, la technique n'a donc pas été utilisée dans les OGM commercialisés, ni par Monsanto ni par personne, mais les anti-OGM croient souvent que c'est pourtant le cas et que ce serait pour ça que les paysans rachètent des graines pour chaque nouveau semis [ce qui est vrai, mais ça n'a rien à voir et ce n'est absolument pas propre aux OGM, ça fait des décennies que ça fonctionne comme ça en agriculture moderne]

Voici ce que dit l'association de Vandana Shiva sur son site à propos des semences Terminator:

 

« Terminator seeds are genetically modified to kill their own embryos, making them sterile at harvest. This means that if farmers save the seeds of these plants at harvest for future crops, the next generation of plants will not grow. Farmers would thus need to buy new seeds every year.

After studying these seeds, molecular biologists warned of the possibility of terminator seeds spreading to surrounding food crops or to the natural environment—the gradual spread of sterility in seeding plants would result in a global catastrophe that could eventually wipe out higher life forms, including humans. Since 2001 there has been a de facto worldwide moratorium on the use of terminator technology. »

 

http://seedfreedom.in/wp-content/uploads/2012/06/Seed-Kit.pdf

 

 

J'espère que Shiva [ou ici son association Navdyana] ne prévoit pas de se recycler dans la science-fiction, parce que la « physicienne de formation » échafaude ici des scénarios qui ne tiennent pas debout. Ainsi, dans leur imagination plus fertile que les terres qu'ils veulent laisser sans engrais, des graines stérilisées féconderaient quand même d'autres plantes dont la descendance serait alors stérile ! Quand on veut dire tout et son contraire en même temps pour faire peur, on risque de dire  n'importe quoi au final.

 

Autre mythe sur lequel Shiva n'est jamais revenue et dont elle est une des principales propagatrices : celui des OGM qui seraient responsables des suicides de paysans en Inde, ce que Shiva considère évidemment comme un « génocide », cela va de soi. Specter revient lui aussi longuement sur cette affaire  déjà  été évoquée sur ce blog

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/101211/nouvelle-version-de-la-legende-des-paysans-indiens-qui-se-suicident-caus

 

Je ne réécris pas ce qui est dans ce billet, mais l'idée principale est toute simple : il n'y a même pas de corrélation entre taux de suicide chez les paysans et cultures d'OGM en Inde. Rien. Nada. Une pure légende rurale.

 

A propos de corrélation, je découvre avec le papier de Specter que Vandana Shiva, qui du haut de son statut de physicienne autoproclamée sait appliquer la mécanique quantique à tout un tas de choses qui n'ont rien à voir, a un peu de mal quand même avec la simple distinction entre « corrélation » et « causalité ».

Mais si, vous savez, ce fameux truc qui fait que ces jours-ci les médecins sont très prudents et ne disent pas que les deux américains qui ont guéri du virus Ebola ont été sauvés par le traitement expérimental Zmapp qu'ils ont reçus. Car ce n'est pas parce que A et B se produisent en même temps que A est la cause de B (ou réciproquement). Mais ça, Shiva considère sans doute que c'est de la science bourgeoise occidentale et patriarcale, parce qu'elle a du mal à s'approprier ce principe de base. Ainsi, en mars dernier, lors d'une conférence à Winnipeg devant des adeptes du « bien manger », Shiva a disserté sur les dangers sanitaires  supposés de l'usage des OGM en agriculture, et a expliqué que si l'on compare la courbe de la hausse des cas d'autisme et celles de l'usage des OGM et du glyphosate [= le Round Up], on constate qu'elles évoluent parallèlement. Au passage, Shiva précise, tant qu'à faite, que ce serait pareil avec les courbes des cas de diabètes [les OGM !], celle des cas de dégénérescence des reins [les OGM !!!] ou bien encore celle des cas d'Alzheimer [les OGM, je vous dis !!!Non, pas le poumon : les O-G-M !!!!!]? Specter rappelle fort justement, pour expliquer la différence entre corrélation et causalité, que la courbe des cas d'autisme a aussi la même allure que celle des ventes de produits bio en magasins, sans que personne ne mette en avant une relation de cause à effet. Tiens, d'ailleurs, le revoici, le graphique en question, il est très rigolo :

 

 

On peut du coup conseiller à Vandana Shiva d'aller consulter ce site dédié aux corrélations marrantes :

http://www.tylervigen.com/

 

Comme ça bientôt elle nous expliquera que la présence de Nicolas Cage dans des films influe sur le nombre de noyades en piscine, ou que plus les américains mangent de mozzarella plus ils délivrent de doctorats en ingénierie civile... Mais bon, à défaut de  comprendre la différence entre corrélation et causalité, elle devrait déjà pouvoir constater qu'il n'y a même pas de corrélation entre l'évolution des suicides chez les paysans indiens et celle des cultures d'OGM dans le pays. Ceci dit, peut-être qu'en physique quantique façon Shiva  tout est lié à tout et que deux choses qui n'ont rien à voir entretiennent quand même une relation de causalité, allez savoir.

 

Specter montre bien au passage qu'en ce qui concerne les suicides de paysans en Inde – qui existent évidemment, même si dans une proportion semblable à celle du reste de la population du pays – cette focalisation absurde sur les OGM conduit en plus à évacuer les vraies causes socio-économiques de la détresse de certains paysans qui choisissent le suicide. En quelque sorte, avec des opposants comme Shiva, le capitalisme n'a même pas besoin d'amis.

 

Enfin, en matière de retour en arrière, Shiva sait aussi apporter sa petite touche personnelle dans le domaine agronomique. On connaît la rengaine du refus des cultures OGM et assimilées [puisque maintenant les anti-OGM refusent aussi les semences issues de la mutagenèse, pourtant largement utilisées en agriculture bio]. On connaît aussi depuis un moment dans les milieux alter le slogan « Pour une agriculture sans OGM ni pesticides », qui se positionne de manière encore plus radicalement archéo que l'agriculture bio, qui elle accepte les pesticides (si ils sont « naturels »). Avec Shiva, on recule encore un cran en arrière puisqu'elle affiche une opposition aux engrais, qu'elle a en 2011 comparés à « une arme de destruction massive ».

Cette dame a manifestement le sens et de la marche arrière et de la comparaison lourdingue.

On s'attend donc de sa part à une prochaine sortie contre le tracteur, qui serait comparé à, pourquoi pas ?...  un char d'assaut.

La charrue attelée ? Une guillotine.

Le moulin à vent ? Un missile nucléaire.

L'araire ? Un biocide...

 

Bref, le cas de Shiva est une bonne illustration de la formule : « les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis ». On doit lutter contre la modernité capitaliste au nom d'une modernité plus avancée, qui est celle du socialisme et du communisme. Et pas au nom du retour en arrière vers des traditions archaïques pré-impérialistes.

 

Laissons  sur ce point la parole à un autre en guise de conclusion :

 

« Aucun marxiste n'oubliera que le capitalisme est un progrès par rapport au féodalisme, et l'impérialisme par rapport au capitalisme pré-monopoliste. Nous n'avons donc pas le droit de soutenir n'importe quelle lutte contre l'impérialisme. Nous ne soutiendrons pas la lutte des classes réactionnaires contre l'impérialisme, nous ne soutiendrons pas l'insurrection des classes réactionnaires contre l'impérialisme et le capitalisme ».

 

(Lénine,  Une caricature du marxisme , 1916)

 

Yann Kindo

Rajout du 27/08/14 :

Vandana Shiva a répondu sur son site à Michael Specter :
http://vandanashiva.com/?p=105

Après avoir lu cette réponse, je ne change pas une ligne à mon billet, loin s'en faut. La réponse confirme au contraire tout ce que dit Specter. Le seul élément factuel qu'il semble falloir corriger après avoir lu la réponse de Shiva est qu'elle n'a pas rencontré Specter dans un "café", mais dans la "réception d'un hôtel". Dont acte. La nuance est importante, chacun en conviendra.
Pour le reste, c'est la loghorrée habituelle des anti-OGM, avec bien évidemment l'accusation selon laquelle si Specter critique Shiva, c'est sans doute qu'il est payé par l'industrie des biotechnologies. Cela va de soi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.