La MGEN au service des pseudo-sciences et des charlatans.

Aujourd'hui, je suis allé chez le dentiste.

…. Non, non, rien de grave, rassurez-vous. Mais bon, j'ai les gencives un peu irritables – comme moi ce soir -, elles saignent un peu trop quand on les titille,c'est tout.

Rien de grave, je vous ai dit. Mais il faut surveiller quand même et prendre un peu en charge, pour éviter des problèmes plus importants sur le long terme, si j'ai bien compris.

Donc mon dentiste - qui je salue ici j'ai bien bas, car j'ai découvert que mon dentiste lisait mon blog- me prescrit un produit pour faire des bains de bouche. Deux petits flacons plutôt qu'un grand, parce que les grands c'est pas remboursé.

Sauf qu'à la pharmacie, on me dit que ma mutuelle ne prend pas ces catégories de produit en charge (étiquette bleue ou jaune à pois verts, je sais plus). Ma mutuelle c'est évidemment la MGEN, la Mutuelle Générale de l'Education Nationale, parce que  prof issu d'une quasi-dynastie de profs, j'ai tout naturellement une vie de type CAMIF/MAIF/MGEN- enfin, la CAMIF, c'était quand j'étais petit. J'adorais regarder les pages du catalogue CAMIF avec tous les articles de sport, les ballons de foot et les buts amovibles et tout ça, mais comme cela vous indiffère au plus haut point,  je vais plutôt revenir sur mon sujet de départ.

La MGEN, quand t'es prof, c'est quasi automatique, comme l'abonnement à Télérama ou le vote PS au deuxième tour. J'ai successivement rompu avec Télérama et le vote PS au deuxième tour, je crois que je suis désormais mûr pour rompre avec la MGEN...

 

Donc, la pharmacienne me dit que la  MGEN ne rembourse pas ce qui m'a été prescrit. Je m'énerve à peine, mais je fais quand même remarquer que c'est pas très logique ce pays qui rembourse globalement l'homéopathie à 35% alors qu'il n'y a pas de produit actif dedans, mais qui ne rembourse pas un produit que j'imagine un minimum efficace – sinon mon dentiste en qui j'ai toute confiance ne me l'aurait sans doute pas prescrit. Ou en tous cas un produit dans lequel il y a a minima un principe actif quelconque

Là, la pharmacienne me fait remarquer que c'est pas pareil, parce qu'il y a des patients qui ont des traitements homéopathiques de longue durée dont ils ont besoin.

Je dis que quand même en fait personne n'a vraiment besoin de granules de vide

Elle me dit que pour moi l'homéopathie ça ne marche pas parce que je n'y crois pas.

Et je dis pour conclure qu'on est d'accord, l'homéopathie c'est comme les tables tournantes, ça ne marche pas pour ceux qui n'y croient pas.

« Molécule de principe actif  es-tu là ? Molécule es-tu là ? Allô, il y a une molécule ?»...

 

Bon, allez, encore un aparté, j'en profite pour dire un truc sur les pharmaciens qui me tient un peu à cœur. Je crois que comme d'autres professions « réglementées », les pharmaciens sont encore récemment montés au créneau pour défendre leur pré carré et leur monopole sur la vente de ceci ou cela. Tout cela sonne fondamentalement à mes oreilles comme le discours habituel de la petite bourgeoisie qui aime le libre commerce et la libre concurrence, surtout quand ils sont protégés... des effets du libre commerce et de la libre concurrence.  Oh la la, la « concurrence déloyale » [je me demande bien ce que ça pourrait être une « concurrence loyale »en système capitaliste] des grandes surfaces, c'est terrible ! Vous imaginez, si on vendait chez Hyper U des médicaments comme on vend des salades, du liquide vaisselle ou des produits de beauté ? Quelle horreur !!!! Parce que c'est pas dans des pharmacies tenues par de vrais professionnels de la santé qui ont fait de longues études de médecine et qui sont dûment habilités que l'on verrait des médicaments testés en double aveugle avant de faire l'objet d'une Autorisation de Mise sur le Marché être  vendus façon épicerie au milieu des produits de beauté et de diverses poudres de perlimpinpin, ha ça non, sûrement pas !
Tu parles.... Quand vous franchissez la porte d'une pharmacie de nos jours, vous avez l'impression de rentrer dans un croisement d'une boutique bio-bobo et d'un salon de beauté. Avec tout autour de vous des offres exceptionnelles sur les huiles essentielles et des promos sur les crèmes anti-rides bio. Pour tout dire, la perspective d'aller récupérer mes médicaments chez Carrefour ne me terrorise pas beaucoup plus que de me faire servir par une pharmacienne qui m'explique les vertus de l'homéopathie et qui vend en tête de gondole des huiles essentielles à la con qui n'ont jamais été testées ne serait-ce que pour s'informer de leurs éventuels effets secondaires. Soit elle y croit à tout ça, et c'est inquiétant sur sa maîtrise des bases de la science - qui est normalement la justification du monopole réglementé de la vente des produits médicaux-, soit elle n'y croit pas et fait comme n'importe quel autre commerçant, elle vend ce qui se vend et qui ramène de l'argent. Mais ça Leclerc peut tout aussi bien le faire et en plus on peut prendre de l'essence et des yaourts Mamie Nova au même endroit.
Dans la série « Mais jusqu'où s'arrêteront-ils ? », sachez qu'il y a même désormais des pharmacies où l'on vous propose l'Influenzinum 9CH de Boiron comme étant un « vaccin antigrippal », on en est là :

http://imposteurs.over-blog.com/2014/10/homeopathie-non-influenzinum-n-est-pas-un-vaccin-antigrippal.html

 Bref, je suis seulement un tout petit peu énervé en sortant de la pharmacie, vraiment rien, mais je fais quand même ce que fait tout gladiateur dans l'arène de la polémique moderne : je poste un commentaire vengeur sur Facebook, pour recueillir l'approbation complice de mes potes :

« Donc, la MGEN se vante du fait qu'elle prend en charge des (pseudo)médecines "parallèles" type acupuncture, mais elle ne rembourse pas les bains de bouche en cas de saignement des gencives. Bien, bien, bien. »

Pan dans ta face, la MGEN, prends ça !

 

C'est bon, là, je me suis défoulé et ai ainsi expurgé ma mini contrariété de rien du tout, je peux donc m'en aller reprendre une activité normale, c'est à dire corriger des copies.

Mais à ce moment précis, y a ma copine Cath. [le nom a été changé pour que l'on ne reconnaisse pas Catherine. NDA] qui me poste en commentaire :

 « Tu as reçu leur dernière publi ? Ca va te plaire ... »

 Ô, maudite C.S. qui m'empêche d'avancer dans mon boulot ontologiquement urgent en me forçant de facto à rédiger ce billet vengeur ! Car que faire d'autre que de dénoncer dans la minute de ma plume courroucée  le dossier »Santé et environnement » du numéro 293 de Valeurs Mutualistes, la revue de la MGEN ? [Oui, je sais, je pourrais plutôt corriger des copies, mais en fait j'étais ontologiquement pas super motivé] 

Je me saisis du dit magazine qui s'apprêtait en fait à passer directement à la poubelle, et je l'ouvre d'un air blasé en me disant que j'ai déjà tout vu dans ce registre,et que rien ne pourra me faire fulminer au point de me détourner de ma tâche sacrée d'éducation de la jeunesse de ce pays.

En fait, c'est encore pire que tout ce que j'avais imaginé. Ce dossier « santé et environnement » est tellement tout pourri qu'on dirait sur ce genre de sujet un documentaire d'Arte,ou pire... un article de Télérama sur un documentaire d'Arte !

L'horreur.

Vous voyez, ce genre de dossier à 9CH dans lequel la perspective scientifique est tellement diluée dans la propagande de charlatans plus ou moins intéressés qu'au bout du compte elle n'est plus présente qu'à l'état d'infimes traces sans effet sur l'ensemble.

En toute sobriété, le dossier est intitulé « Vers le scénario du pire ?», et commence par  un article qui t'explique unilatéralement (sinon c'est pas drôle) que la chimie c'est très dangereux (ils veulent arrêter de rembourser l'ensemble des médicaments, à la MGEN, c'est ça le but ?).Quelles académies de médecine, quel panel de chercheurs qui publient dans des revues scientifiques  et quelles agences publiques d'expertise sont convoquées ici pour nourrir le discours de la journaliste? Aucun, elle a préféré aller directement s'adresser au journaliste écolo Fabrice Nicolino, qui est forcément la meilleure source possible vu qu'il est journaliste et écolo. Nicolino, je l'aime bien, parce qu'il est une caricature parfaite de l'écolo, du genre opposé au mariage pour tous parce que c'est pas naturel :

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/140113/les-homos-cest-comme-les-ogm-cest-pas-naturel

Alors, forcément, avec lui, la MGEN nous offre un festival de nuances et de pondération : « L'homme est devenu une décharge ambulante », nous dit-il dans une formule très sobre que la MGEN a pris soin de rependre en exergue au cas où on l'aurait ratée dans le corps du texte. Je vous fais pas le topo, vous le connaissez par cœur : on est envahis de produits chimiques qui nous rendent de plus en plus gravement malades, et c'est pour ça que l'espérance de vie ne cesse d'augmenter [ha non, merde, ça c'est pas dans le dossier de la MGEN]. Et les cancers  auraient augmenté de 110% en 30 ans, et dit comme ça dans ce dossier-là, tout le monde comprend que c'est la faute à toutes ces saloperies chimiques.

On notera que lorsque la revue liste les produits chimiques si cancérigènes et dangereux, on a droit aux herbicides, au phtalates, au bisphénol A... mais pas au tabac ni à l'alcool, dont chacun sait qu'ils sont à la fois 100% naturels et ne font que du bien par là où ils passent. Il est rassurant pour moi de constater que lorsqu'elle évoque la question (légitime) de « santé et environnement », ma mutuelle sait identifier les vrais menaces et les vrais problèmes de santé. Alors que du côté des scientifiques, on continue connement à s 'inquiéter des faux problèmes comme la cigarette et la bouteille,  bien que tout le monde sache maintenant, et notamment  grâce à la MGEN – voir plus loin -que ce qui est vraiment dangereux, ce sont les ondes électro-magnétiques :

« Les derniers résultats publiés sur la cohorte des médecins britanniques montrent que les fumeurs réguliers ont une espérance de vie inférieure de 10 années à celle des non-fumeurs, et que la survie à 70 ans des fumeurs de plus de 25 cigarettes quotidiennes est de 50 %, alors qu’elle est de 80 % chez les non-fumeurs. En dépit de ces observations, il y a toujours des fumeurs et, parmi eux, des personnes qui craignent d’avoir été contaminées par les retombées de Tchernobyl ou qui pensent que les champs électromagnétiques de basse fréquence sont cancérogènes. Le tabagisme en France reste important : en particulier les jeunes femmes françaises ont vu leur taux de mortalité par cancer du poumon multiplié par 4 entre 1985 et 2000, ce qui annonce un nombre très élevé de cancers du poumon pour ces générations, si rien n’est fait pour les prévenir »

 [Source : Jacques ESTEVE,« Le rôle de l'épidémiologie dans la controverse environnement et cancer », sur http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1210]

Pour une mise au point très récente sur la réalité de l' « épidémie de cancers » et sur les facteurs cancérigènes dans notre « environnement », voir aussi du même auteur: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2214]

 

 J'en profite pour republier cette photo que j'aime beaucoup d'une autre journaliste écolo très prisée des médias, Marie-Monique Robin, qui a elle aussi fait un film/livre [« Notre poison quotidien »] pour dénoncer tout cet empoisonnement chimique qui nous tue à petits feu tous les jours. Et manifestement, elle sait de quoi elle parle :

 

 

Le reste du dossier de la MGEN ?

 

Une page sur les maladies  qualifiées d'« émergentes » du genre « électro hyper-sensibilité » (EHS), avec le couplet de ces supposées maladies  nouvelles que la communauté scientifique tarderait à reconnaître. Là, on peut accuser la MGEN de non seulement ne pas rembourser correctement les produits de santé qui me sont prescrits, mais aussi de nourrir dans le cas précis la maladie qu'elle prétend combattre. En effet, il est clairement avéré que l'EHS est un trouble psychologique très handicapant qui n'a pas de fondement biologique mais qui prend sa source dans la peur du patient. Du coup, les publications qui entretiennent la panique ne font donc que rendre les gens encore plus malades, un peu comme si on faisait à destination des agoraphobes des dossiers sur le danger de la présence d'autrui.

Pour les arguments scientifiques, voir cet article qui fait le point sur ce que l'on sait des dangers de l'exposition aux ondes electro-magnétiques, avec notamment un encadré sur les EHS: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1155

 

Donc, si au lieu de vouloir prendre en compte les maladies qui n'existent pas en tant que problèmes biologiques, la MGEN voulait plutôt mieux prendre en charge les troubles réels de la vue et améliorer ses remboursements  dans le domaine de l'ophtalmologie, ça m'arrangerait, merci.

 On aussi droit à une (incontournable) page de pub pour le charlatan Belpomme, un des types les plus odieux de cette mouvance des lanceurs d'alertes plus ou moins imaginaires. Un jour, j'ai entendu Belpomme dans une émission de radio répondre à une auditrice au téléphone et  lui diagnostiquer comme ça spontanément et en direct l'origine du cancer de son mari (je vous le donne en mille : c'était la faute à tous les produits chimiques qu'il y a dans notre environnement). Ce type n'est pas un médecin, c'est vrai voyant extralucide aux pouvoirs infinis. Un peu comme le prix Nobel Luc Montagnier qui a viré mystique et explique désormais à lui tout seul toutes les maladies du monde et les moyens de les guérir, Dominique Belpomme est devenu spécialiste de l'étiologie de toutes les maladies de la planète, avec toujours la même explication en arrière-plan. Ainsi, il explique désormais que la « pollution » [en général, comme ça ça veut tout et rien dire à la fois] est aussi, tant qu'à faire, LA cause de l'autisme. Notons que sur ce point Belpomme diffère de son collègue  Montagnier, qui lui a révélé tout seul dans son coin que la cause de l'autisme est microbienne. Décidément, l'autisme est un terrain de jeu privilégié pour les charlatans en tous genre, et pas seulement pour les freudiens qui pensent que c'est la faute à la mère.

Quelques références de fond sur Belpomme :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1155

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1753

 

Toute cette agitation entretenue par le dossier de la MGEN profitera certainement  bien au professeur Belpomme, qui verra ensuite débarquer les patients (ou plutôt les « victimes ? ») dans son cabinet, qui lui ne connaît pas la crise, contrairement à ses patients invités à sortir le carnet de chèque et à vider leurs économies:

« une batterie d’examens sont proposés (encéphaloscan, échographie doppler pulsé cervico-encéphalique et échographie carotidienne) pour lesquels il est suggéré de « prévoir 199 euros en supplément de la carte vitale »suivi d’un prélèvement sanguin pour lequel il faut « prévoir entre 300 et 500 € non remboursés ». Sans compter la consultation elle-même et le traitement qui va suivre... Très cher pour les patients, mais aussi pour la collectivité (la sécurité sociale et les mutuelles). »

[Source: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2143]

Mais nul doute que la MGEN va prendre tout ça en charge, avec tout ce qu'elle économise sur mes bains de bouche et mes verres correcteurs...

 

 Page 7 du dossier, on atteint des sommets avec l'encadré titré « L'écomédecine, pourquoi pas, mais... », qui fait leur pub aux homéopathes, phytothérapeutes, ostéopathes etc. et autres gourous qui « entendent soigner les patients dans leur globalité en prenant en compte la dimension environnementale de leur pathologie » [=le topo "holiste » habituel qui ne veut à peu près rien dire, et qui est la reprise telle quelle du discours des praticiens en question.]. La revue de la MGEN trouve que tout ça est a priori très bien mais qu'il y a quand même un « défaut d'encadrement » de ces pratiques et que celui-ci est « propice aux dérives de toutes sortes ». Commode moyen d'éviter de dire que c'est l'absence de preuves scientifiques de l'efficacité de ces pratiques, le cynisme des praticiens ainsi que la crédulité des patients qui sont propices aux dérives de toutes sortes,et notamment aux dérives sectaires. Les (pseudo)médecines « alternatives » et « l'écomédecine » sont d'ailleurs désormais devenues la principale stratégie d'accroche de pas mal de sectes [on n'est plus dans les années 80,et les test de personnalités pour devenir plus performants proposés par la scientologie sont désormais un peu has-been dans notre monde écolo New Age]

http://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/sectes-medecines-paralleles-combinaison-dangereuse-20130416.html

 

Enfin, parce que Valeurs mutualistes  est une revue sérieuse d'une mutuelle sérieuse, on a pour conclure le dossier une sitographie afin d' « En savoir plus ».
Passé le site de l'ANSES [= l'agence d'expertise compétente, dont aucun des avis et travaux n'est utilisé dans le dossier], qui n'est manifestement là que pour le décor et pour crédibiliser par son ombre les autres liens, tous les autres 6 renvois sont faits vers des sites d'associations militantes, dont évidemment celle de Belpomme (l'Artac) et les fameux Robins des Toits (la plus illuminée des association anti-ondes)

Rien que de savoir que je suis pris en charge par des gens aussi compétents qui savent s'informer aux meilleures sources, je me sens déjà mieux, merci.

 

Yann Kindo

PS : Pour les lecteurs soucieux de disposer d'un droit de suite, j'essaierai de vous donner régulièrement des nouvelles de l'évolution de mes gencives.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.