Les Football Leaks débarquent à Lyon

Notre partenaire Mediacités, site d’investigation en régions, célèbre son lancement à Lyon avec une série d’enquêtes sur les coulisses financières du football, basée sur les documents Football Leaks.

Après Lille le 1e décembre, Mediacités vient de se lancer à Lyon avec un scoop signé Football Leaks. Ce site d’information multivilles, qui veut remettre à l’honneur le journalisme d’investigation dans les grandes métropoles françaises, a révélé jeudi que l’Olympique lyonnais avait tenté de se vendre en partie au géant chinois Fosun. Le site récidive ce mardi avec une enquête (à lire icisur le joueur brésilien Fernando Amorim, programmé pour devenir une star de l’OL… jusqu’à ce qu’on découvre qu’il s’était vieilli de cinq ans en usurpant l’identité de son frère !

 

La nouvelle édition lyonnaise du site d'information Mediacités © Mediacités La nouvelle édition lyonnaise du site d'information Mediacités © Mediacités

En décembre dernier, Mediapart a décidé, en accord avec nos partenaires du réseau de médias européen EIC, de donner l’accès aux documents Football Leaks à Mediacités pour que ses journalistes explorent les coulisses du football en régions. Cela s’est déjà traduit par une série d’enquêtes sur les affaires troubles de Gérard Lopez, repreneur du club de Lille, réalisée en collaboration avec Mediapart et France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Pour son lancement à Lyon, le 10 mai, Médiacités a réalisé une nouvelle série de quatre enquêtes basée sur les Football Leaks, dont la publication va se poursuivre d’ici la fin de la semaine.

Fondé par des anciens de L’Express, Mediacités a fait, comme Mediapart, le choix du journalisme d’investigation et d’un modèle économique 100% payant (l’abonnement coûte 6,9 euros par mois), afin de préserver son indépendance et de se donner les moyens de fournir une information de qualité. Après Lille et Lyon, Mediacités se lance ce 23 mai à Toulouse et s’implantera à Nantes en septembre.

Pour découvrir Mediacités, c'est ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.