Le FMI de DSK à Sarkozy : bien mais peut mieux faire

source : Bulletin du FMI "BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE - France : la reprise est bien engagée mais il faut réduire la dette publique" - Bulletin du FMI en ligne, 30 juillet 2010 - http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/survey/so/2010/car073010Af.pdf
Le porte-parole de l'UMP ne s'y est pas trompé (lire http://www.facebook.com/note.php?note_id=419241301701), il s'agit bien d'un rapport en guise d'hommage à la politique de Nicolas Sarkozy :
« La grande et difficile réforme des retraites annoncée récemment vise à réduire à terme le déficit du système des retraites; elle met à juste titre l'accent sur le relèvement de l'âge du départ effectif à la retraite, en faisant passer progressivement de 60 à 62 ans l’âge légal du départ en retraite et de 65 à 67 ans l’âge légal minium ouvrant droit à une pension complète. »
et qui l'engage à poursuivre les "réformes structurelles" en prescrivant un certain nombre de bonne potions de la part du docteur DSK pour la France, en vrac :
  • Assainir les finances publiques pour consolider la stabilité financière et appliquer des réformes structurelles axées sur la croissance,
  • Préserver la viabilité budgétaire sans compromettre la reprise, les efforts d’ajustement doivent être concentrés sur les mesures qui nuiront le moins à l’activité économique, à savoir la réforme des prestations des systèmes de retraite et de santé,
  • Outre la maîtrise des dépenses de l’administration centrale et du système de sécurité sociale, il importe de poursuivre les efforts en cours pour limiter les dépenses des collectivités locales,
  • Pour accroître la compétitivité de l’économie française et mettre à profit l’expansion du commerce international, il faut de nouveau privilégier les mesures propres à modérer la croissance des coûts salariaux, intensifier la concurrence et promouvoir l’innovation,
  • Vu leur impact considérable sur la croissance, il est urgent de miser sur la création d’emplois et l’efficience du marché. Outre les politiques d’activation engagées sur le marché du travail et les mesures de formation, la modération du salaire minimum devrait être poursuivie afin d’établir progressivement une échelle des salaires incitative pour les jeunes et les travailleurs peu qualifié
  • Pour soutenir l’emploi des travailleurs plus âgés, il convient d’améliorer les incitations à continuer de travailler, notamment par la mise en œuvre effective d’exigences en matière de recherche d’emploi, parallèlement à la réforme du système de retraite.
  • La directive services de l’UE (ex directive Bolkestein) doit être suivie pour assurer une plus grande libéralisation, y compris dans les services professionnels,
  • Une déréglementation plus poussée des marchés des produits serait de nature à accroître l’efficience économique et le bien-être...
Traduction de cette novlangue néolibérale :
Travailler pour des cacahuètes jusqu'à 67 ans, avec à peine trois mois d’indemnités chômage en cas de licenciements, une assurance santé dérisoire, une retraite minable, des loyers dérégulés (vive la concurrence), moins de fonctionnaires et de services publics ou alors ne faisant pas une concurrence "déloyale" aux écoles, hôpitaux, services postaux... privatisés et payants, débouchera sur du « bien-être ».
Ce genre de « bien-être », de plus en plus de français se rendent bien compte qu'il ne sera pas pour eux, il est de plus en plus difficile pour les prédateurs d'avancer masqués, c'est l'effet "Frankestein" (qui a horreur de la lumière) et tous les Nicolas Sarkozy, Laurence Parizot, Dominique Strass-Kahn et Pascal Lamy du monde n'y peuvent pas grand chose...
Pour aller plus loin :
http://www.francesoir.fr/politique/dsk-au-fmi-un-cameleon-politique.22190
http://comprendrelemonde.fr/economie/5175-le-fmi-dsk-la-reforme-des-retraites-et-le-gel-des-salaires/
@+
Yannick

--
« La main invisible d'Adam Smith s'est transformée en pied invisible dont les coups détruisent la nature et la société en morceaux. » - Herman Daly

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.