Yannick Chevalier
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 août 2016

A propos de l'exclusion de Pierre Larrouturou de Nouvelle Donne

À l'heure de l'exclusion de Pierre Larrouturou de Nouvelle Donne, je publie ce mail expliquant pourquoi Nouvelle Donne était sur la mauvaise voie. Et donc pourquoi, paradoxalement, l'exclusion de PL pourrait être une bonne nouvelle en lui redonnant une liberté politique.

Yannick Chevalier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour à tous, et meilleurs voeux,

je ne suis plus adhérent de Nouvelle Donne (ND), et même si j'adhère totalement au programme initié par Pierre Larrouturou (PL), j'ai du mal à m'en déclarer sympathisant. Ce qui suit doit donc être considéré comme un avis extérieur, même si j'espère que malgré le côté certainement désagréable, ça contribuera à la réflexion sur le fonctionnement de ND. Initialement, le but était de faire de la politique autrement en arrêtant de mentir aux français. Le résultat est que ND ne fait plus de politique et que les adhérents se mentent à eux-mêmes. Je considère que la principale erreur est l'architecture même de ND, et donc que sans réforme interne très profonde, il est illusoire d'espérer que ces deux résultats changent. 

Faire de la politique, ça signifie analyser la société, et en particulier les autres mouvements politiques, et chercher les opportunités de faire progresser nos valeurs. L'opportunité, aujourd'hui, c'est la dérive du Parti Socialiste au centre, voire à droite. Cette dérive laisse un énorme espace libre pour une formation de type sociale-démocrate, au sens "Europe du Nord" du terme. Ce positionnement est parfaitement compatible avec le programme (original, je n'ai pas regardé les éventuels changements) de ND. PL ne prend-t-il pas régulièrement en exemple le Kurzarbeit ou les réductions temporaires du temps de travail mises en place au Canada ? Ce positionnement signifierai certainement d'abandonner certains projets beaucoup plus clivants, mais il permettrait de s'adresser à tous ces français qui votent d'ordinaire PS mais ne se retrouvent pas dans la ligne Valls actuellement mise en oeuvre. Ceci n'est qu'un exemple d'analyse possible, et je suis certain qu'il y en a d'autres, qui justifieraient un autre positionnement, mais mes souvenirs des réunions ND me font dire que cet effort d'analyse électoral n'a jamais été fait. La question posée, lorsqu'on parle d'élections, est toujours « comment convaincre les électeurs de nos propositions ? », jamais « que pouvons-nous proposer pour que les électeurs nous soutiennent ? »

Cette absence de remise en cause d'un programme sanctifié, c'est l'un des mensonges que les sympathisants de ND se font. Le but du débat interne est d'ajouter de nouveaux points à ce programme, au gré de coalitions de circonstances, pour soi-disant représenter au mieux les adhérents avec les propositions les plus progressistes, les plus en avance. Mais ces propositions d'avant-garde (au sens bolchévique du terme) n'aboutissent qu'à rendre le programme illisible (en le réduisant à une accumulation de points disparates sans liens entre eux, au moins pour une personne extérieure) et à réduire le nombre de militants, chaque proposition clivante éloignant une minorité, même petite, pour laquelle « c'est vraiment n'importe quoi ». Le résultat, c'est un "parti" qui ne s'adresse plus à l'extérieur et dans lequel seuls les positionnements internes sur des débats ésotériques comptent. J'ai mis parti entre guillemets, car le rôle d'un parti est normalement d'agréger des individus pouren faire une force collective au service d'un projet, alors que ND aboutit plutôt au combat idéologique entre les militants pour savoir lesquels sont les mieux, les plus en avance. Penser que ND pourra peser sur les orientations politiques en ayant le meilleur programme possible, c'est le deuxième mensonge que les militants de ND se font à eux-mêmes. En démocratie, l'efficacité d'un parti ne se mesure pas en fonction de sa pureté, mais en fonction de son audience et à sa capacité à la transformer en réformes concrètes.

De tout ça, on pourrait penser que pour que ND soit plus efficace, il faudrait arrêter de débattre et se lancer dans des actions concrètes (préparer les prochaines élections). Par analogie avec les gouvernements des pays, il faudrait sacrifier le parlement (le débat) pour avoir un exécutif (l'action) plus fort.  C'est une réaction très française (hélas), mais contraire à l'ambition de ND de faire de la politique autrement : on a en France un pouvoir exécutif disproportionné, et je considère que les militants de ND de bonne foi réagissent en tentant d'étouffer tout ce qui pourrait ressembler à un pouvoir exécutif, d'où la "constitution" actuelle de ND. L'inconvénient (bien connu) d'exécutifs faibles est l'absence de capacité d'interaction avec l'extérieur (écoute des besoins et propositions de solutions), et cette impuissance impose au fonctionnement interne l'absence d'enjeux. Je considère que c'est cette absence d'enjeux dans les débats qui est la cause originelle de la radicalisation et de l'autisme évoqués plus haut. Et donc que, sans préjuger des solutions à adopter (j'en ai proposé une pour le programme, correspondant à ma sensibilité, mais il peut y en avoir d'autres, et pour la constitution, même si j'ai des idées en tête, je me contente de proposer de choisir un pays dont une majorité des militants pensent que le gouvernement fonctionne bien, et de traduire les équilibres de sa constitution en une charte de fonctionnement pour ND).

Bref, il y a un lourd chantier à mettre en oeuvre par les militants s'ils veulent réellement que le temps qu'ils passent serve à changer la politique en France. Et il est d'autant plus lourd qu'il consiste aussi à remettre en cause une partie des engagements déjà pris. Mais sans cette volonté de changement, ND deviendra juste un lieu de discussion pour se faire plaisir, avec des élections de temps en temps qu'on finira bien par snober tant leur résultat ne correspondra pas aux attentes et au temps passé par les militants. Ou pire, ND se la jouera à la Podemos, qui a théorisé le fait d'avoir un programme incohérent mais collant à la mode, un peu de tout pour chacun, en espérant récolter des voix, mais sans qu'on sache pour quelle politique à appliquer. Bref, plus inutile encore qu'un club de discussion, un simple logo. Même si ça ne transparaît pas forcément dans ce message, j'aimerai réellement que ND soit un vrai parti, fort, porteur de propositions et d'espoirs, et s'adressant aux français. L'urgence que montrait PL en 2012 au PS, puis en 2014 au moment de la fondation de ND, elle existe toujours, même si elle est bien cachée. C'est d'autant plus dommage de voir des personnes de bonne volonté (car je pense que c'est le cas en grande majorité à ND, malgré mes critiques, je n'ai pas rencontré de personnes de mauvaise foi, ou très peu) saborder inconsciemment ce qui pourrait être un grand parti...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel