Blog de Montarodan
Montatodan : Hypnose SLOW
Abonné·e de Mediapart

718 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2012

Blog de Montarodan
Montatodan : Hypnose SLOW
Abonné·e de Mediapart

Mon premier piano, des locations "gagnant-gagnant"

Blog de Montarodan
Montatodan : Hypnose SLOW
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Interview de Laurent Bellaiche et de Christophe Nebout 

Qu'est-ce que mon premier piano?

Mon premier piano est le premier site de location longue durée de piano en ligne en France et peut-être au monde. Notre but est de proposer aux élèves qui commencent une solution complète, économique et sans risque pour débuter sur un vrai instrument.

Pourquoi avoir créé Mon Premier Piano? Avec des pianos acoustiques ? Une démarche de passionnés au service de tous on dirait ?

Nous voulons offrir au plus grand nombre une chance de commencer sur un vrai piano et pas sur un piano numérique.

De plus en plus de débutants commencent avec un piano numérique. Ce qui est dommage et souvent préjudiciable pour l'élève. En effet, il ne bénéficie ni de vraies sensations mécaniques, ni, et c'est ce qui est le plus triste à mes yeux, de vraies sensations sonores. Le son d'un instrument ce n'est pas que les notes jouées mais aussi toutes les notes qui naissent spontanément, les harmoniques, et qui constituent un fond, une espèce de paysage sonore d'une infinie richesse et qui donne du "gout" à la musique.

D'ailleurs ceux qui débutent sur un piano acoustique ont un vrai avantage par rapport à ceux qui commencent sur un numérique. Ils progressent plus vite et abandonnent moins l'apprentissage de cet instrument merveilleux.

Pour faire simple le numérique est au piano ce qu'une boisson chimique aux arômes artificiels d'orange est au jus d'orange… C'est pas terrible! D'ailleurs beaucoup de débutants se lassent très rapidement de la sonorité monotone et figée d'un piano numérique. C'est aussi pourquoi la plupart des professeurs insistent pour débuter sur un vrai piano. Comment apprendre la musique et le piano sur cette pâle copie si limitée sur le plan du toucher ou de la sonorité?

Il est vrai que le numérique reste moins cher, et moins compliqué que l'achat d'un vrai piano. C'est ce qui arrête d'ailleurs la plupart des parents qui hésitent à investir sans être sûr de la motivation de leur enfant. En cas d'arrêt prématuré ce n'est pas toujours simple de le revendre. D'où l'intérêt de Mon Premier Piano. On fournit un vrai piano neuf d'une grande marque et vous avez trois ans pour vous décider à l'acheter. Bien entendu nos clients peuvent louer l'instrument aussi longtemps qu'ils le souhaitent.

Bref notre objectif est de faire gouter au plus grand nombre le plaisir incomparable de jouer sur un vrai instrument de musique.

Quels sont vos atouts? La location de piano, surtout d’un premier piano c’est lourd en responsabilité, surtout qu’il s’agit de vocations naissantes…

Tout d'abord nous proposons un piano neuf Yamaha, une très grande marque de la facture instrumentale présente dans tous les conservatoires de France. La livraison de l'instrument est offerte sur Paris et une grande partie des communes de la petite couronne.

Si tout se passe bien et que vous souhaitez acheter l'instrument, nous vous déduisons jusqu'à trois ans de loyer. Nos clients ont donc trois ans pour se décider et s'ils achètent, leur location leur sera donc remboursée

Enfin, la première année nous vous offrons un accord du piano après livraison, comme pour une vente!

Nous sommes les seuls à proposer cette prestation sur un piano neuf, à savoir, la livraison et un accord du piano après livraison, en plus des trois ans de loyers récupérables..

Qui s'occupe de la préparation des pianos? Et dans le détail comment se passe-t-il ?

Bien entendu nos pianos sont parfaitement préparés avant la livraison avec le réglage de la mécanique, des accords de stabilisation, une égalisation, pour que l'instrument soit parfait.

Et pour effectuer ce travail essentiel, nous avons choisi un centre agrée Yamaha Premium, qui se trouve être aussi un atelier de restauration de piano qui fêtera son centenaire cette année. Il s'agit des Pianos Nebout. Ils ont une équipe de passionnés, distribuent la plupart des grandes marques de pianos, et chose de plus en plus rare de nos jours, possèdent leur propre atelier. La qualité de leur travail leur a valu non seulement l'agrément Yamaha Premium mais aussi le label d'état Entreprise du Patrimoine Vivant (les premiers à le recevoir dans leur profession), le label Artisan en métier d'art, et la distribution des pianos Bosendorfer et Steingraeber pour toute l'Ile de France.

Bref nos pianos sont en de très bonnes mains :)

Et c'est un partenariat qui s'inscrit dans la durée puisque les Pianos Nebout enthousiasmés par Mon Premier Pianos et ont décidé de rentrer au capital de notre société.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER