yannick Henrio
Sociologue et Magasinier responsable reliure BPI Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2020

Machiavélique

yannick Henrio
Sociologue et Magasinier responsable reliure BPI Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier je tombe sur l’extrait d’une émission TV en rediffusion avec le présentateur Bourdin… Un monsieur a la parole (par téléphone), visiblement un entrepreneur ou manager d’entreprise qui se plaint du confinement qui est terrible pour l’économie et qui fait plus de dégâts d’après lui qu’il ne ferait de morts si on levait le confinement, et que l’économie et la production reprenaient !!! Et là, le présentateur Bourdin surenchérit et dit : oui le gouvernement fait tout pour répondre à l’opinion publique, c’est la dictature de l’opinion publique….

Et là je suis resté circonspect… comment de la défaillance de gestion par un gouvernement, on arrive à faire porter la faute du blocage économique et de la crise sanitaire aux personnes qui sont les premières à subir les effets de cette situation…

Et j’ai repensé à un autre débat qui circule en ce moment… la reprise scolaire à partir du 11 mai… Face à l’improvisation et l’impréparation du gouvernement, les pétitions se multiplient pour demander de ne pas ouvrir les écoles. Les parents et j’en fais partie, nourrissent une réelle inquiétude sur l’assurance de la sécurité, de la santé, de leurs enfants. Et surtout lorsque les enfants, ados, reviendront de l’école n’y a t’il pas un risque de contagions de leurs aînés…?

Du coup oui, de plus en plus de gens demandent de reculer la rentrée… de faire la rentrée en septembre.

Et là c’est formidable car une fois de plus les victimes en viennent à réclamer finalement quelque chose que devrait proposer spontanément le gouvernement… Car faire reprendre l’école aux élèves pour à peine plus d’un mois au regard des risques liés au manque de moyens et de garanties cela ne paraît pas très raisonnable. Plus le plan de reprise est détaillé par le gouvernement, plus on perçoit une fois de plus la confusion et l’impréparation réelle de cette reprise, qui semble surtout destinée à favoriser la reprise du travail par les parents… Car si le 11 mai le confinement est levé, cela change la donne sur le statut des salarié.e.s et des fonctionnaires… Déjà certaines directions d’établissements du public et du privé indiquent que les agents et salarié.e.s, s’il veulent rester chez eux, à partir du 11 mai, devront, puisque le confinement sera levé, poser soit des congés, soit des arrêts de travail, soit des jours de garde d'enfants… Et là, merveilleux! on comprend que cette levée du confinement permet de mettre fin aux autorisations spéciales d’absence et donc, de façon indirecte, met le couteau sous la gorge des salarié.e.s, car à partir de la levée du confinement, s’ils veulent se protéger faute de masques, de gants, et de sécurité garantie, ils devront prendre sur leurs propres jours de congés et autres, pour payer une situation qui pour une grande part résulte de la mauvaise gestion et de l’incompétence de ceux qui les gouvernent…

Et enfin, si le gouvernement accepte finalement sous la pression de l’opinion publique de n’ouvrir qu’en septembre, il en sortira en plus paradoxalement grandi… alors que dans l’absolu c’est bien parce qu’il n’a pas été à même de faire face à la pandémie.

Juste machiavélique…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin