Ces mots qui se jouent de nous

 

utopie

Ces mots qui nous abusent, nous abreuvent, nous meuvent, nous piègent, nous embrouillent, nous conditionnent, nous baillonnent !

« On sait bien, écrivait Michel Foucault dans sa leçon inaugurale au Collège de France, qu’on n’a pas le droit de tout dire, qu’on ne peut pas parler de tout dans n’importe quelle circonstance, que n’importe qui enfin ne peut pas parler de n’importe quoi. Tabou de l’objet. Rituel de la circonstance. Droit exclusif et privilégié du sujet qui parle. »

Voici un nouveal article dans mon investigation sur les mots et la parole. J'en profite pour faire ma répomse du berger à la bergère, en l'occurence à Hubert Huertas, qui a vu dans mon pseudo sur Mediapart un loup antisémite venat dévorer les bonnes âmes des abonnés, qui ne sont pourtant pas que des vaches à lait ou de la volaille piallant, et, parfois méprisés, ont en fait un réel rôle dans l'intérêt de ce journal en ligne (une des raisons pour lesquelles je ne me suis pas désabonné) et remettent en question la profession de journaliste ou de chroniqueur, qui ne pourra plus jouir de son statut magistral d'antan.

La suite de l'article : https://lapartmanquante.wordpress.com/2015/05/27/ces-mots-qui-se-jouent-de-nous/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.