YannL
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2018

Le "Pacte Migrations", l'enfumage de Macron et des ultras

YannL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aller, Macron va signer un texte de bonne conscience sur les migrations à l'heure où lui, ses chefs américano-allemands et ses clones vassalisés, commencent à peine l'énième entreprise impérialiste de l'Occident confrontée aux appétits des autres (Russie, Chine, Inde,...), qui a déjà fait des millions de morts au Proche-Orient et en Afrique et continuera d'en faire ..............d'enfer !

Nouvelle crise maniaque de tueries d'ampleur qui ne manqueront pas de fabriquer et pérenniser les migrations anarchiques : mais l'ogre souhaite mettre de l'ordre dans son chaos - chose que son impatience à dézinguer lui a faite oublier -, peu aidé qu'il est désormais par la modernité des moyens de transports, et pond un texte d’apparence charitable qui en réalité est probablement un manuel d’organisation et de coercition rationnelle des âmes ayant eu la très mauvaise idée d'échapper aux bombes.

Quand Satan parle de Bien, c'est que sa furie va redoubler !

En face, les concurrences politiques de la droite, de l'extrème-droite, de la gauche socialiste, et de certains insoumis et communistes et plus si affinités, qui partagent avec les précédents leurs complexes identitaires  (pivots salvateurs d'une société traditionnelle bien divisée), balancent le même discours mensonger que l'on entend et lit partout, visant à décrédibiliser - mais est-ce nécessaire ?- Macron et hâter l'arriver des Lepen et autres généraux à la tête de la France.

Ce discours consiste à dire que les fous du capital ouvrent grand les frontières et sont complices d'un grand remplacement moins par l'ami américain que par l'épouvantail islamique, alors qu'à l'évidence c'est le premier qui déjà depuis longtemps nous sert de boussole comme de pion !

L'argument fait de nos gouvernants des humanistes pas du tout atteints du vilain défaut du racisme alors qu'ils en sont d'autant plus les champions qu'ils sont aux manettes, et vient nous dire, par une sémantique reconditionnée des années 2012-1015, que ce n'est pas moins des dizaines de millions d'étrangers défigurant à jamais la France (peut-être transformée en octogone ?) qu'il va falloir accueillir.

Aujourd'hui, les concurrences entre officines xénophobes sont d'une telle rudesse que l'adversaire tenu à l’écart du pouvoir accuse son semblable idéologique aux affaires d'intelligence avec l'ennemi, l'étranger.

Mais ne doutons pas une seule seconde cependant, qu'il existe en France, en Europe, des forces toutes prêtes à reconduire les pire heures de notre histoire, ce que l'ordre maastrichtien n'est pas forcément disposé à faire manifestement, peut-être parce qu'ici, le chaos de la guerre de tous contre tous n'est pas encore abouti.

En effet, le traitement réservé tout récemment, en exclusivité, aux jeunes lycéen/nes de Mantes-la-Jolie révoltée, pour une partie significative originaire d'Afrique et d'Orient et pauvre, montre sans nul doute que les spectres de l'Ombre gardent en mémoire qu'un chaos social et sociétal d'ampleur, un contexte d'affrontement global, sont propices à la mise en œuvre des dérives les plus abjectes !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI