Asia Bibi, entre radicalité musulmane et fascisme occidental

L'intégrisme religieux, musulman, sert de passerelle aux néo-nazis de l'Europe traditionnelle

Si les intolérances d'intégristes musulmans sont insupportables au même titre que celles de toute autre communauté religieuse ici bas, s'il est urgent de les dénoncer, de les punir et de convaincre leurs auteurs de les cesser, il est ici un crime tout aussi alarmant, en Occident, qu'elles viennent nourrir, à savoir le néo-nazisme européen en plein essor.

Les tenants de ce spectre renaissant qui s'en tiennent à un abord de l'Islam exclusivement stigmatisant lorsqu'il n'est pas diffamatoire, discriminant à l'adresse des fidèles, savent pertinemment ce qu'ils font. Ne dépeindre incessament, à grand renforts de médias, une communauté, une culture, une religion que par ses seules failles, ses seules erreurs, ses seuls crimes, mène toujours plus les esprits non informés ou malhonnêtes, puis les autres petit à petit, à une représentation mortifère dont la seule réponse pour eux est l’exclusion, voire la mort de l'ensemble des personnes de ladite communauté, qui qu'elles soient, neutres, modérées ou radicalisées.

Les conséquences de la représentation caricaturale et criminelle de l'Islam en Occident, forgée de l'abord stigmatisant des textes et rites, de la diffamation et du mensonge par omission, généralisation, attribution/projection de volonté subjectives, procès d’intention, d'insultes à l'adresse des fidèles, d'injonction à l’invisibilité, de sommation à condamner en place publique les crimes de leurs coreligionnaires sous peine d'être considérés comme complices, sont diverses. Outre la satisfaction ici de la haine de l'altérité, la reconduction d'une épuration politico-culturelle comparable à celle que les juifs ont subit au XXe siècle, existent les génocides pour islamité que les armées des puissances occidentales mènent actuellement en Afrique et en Orient, parallèlement à leurs énièmes campagnes impérialistes

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.