Motion de censure : Mélenchon en campagne tombe encore le masque

Il faut rester dans l'Union Européenne, mais la changer (mission en réalité impossible !)

Les flics sur le terrain ne sont pas responsables de leur violence : ce sont leurs chefs.

Il faut dissoudre l'Assemblée nationale.............(et voter pour assoir définitivement la légitimité de Macron).

Il faut reporter le vote de la motion de censure parce qu'un type tue trois personnes au motif, paraît-il, selon les autorités, qu'il est intégriste musulman à la conquête de l'Occident ......(ce que personne ne pourra aller vérifier !)

Enfin, on fait carrément une ovation au premier ministre qui réussit à réconcilier la Nation dans l'émotion du crime..............qui tombe à pic !

Message aux gilets jaunes : du calme, voyons du calme !

Que la bête islamiste sert à fédérer une société traditionnelle en ébullition, prête à se déchirer, est une évidence, même lorsqu'il n'y a pas d'attentat. En somme, une présence bien opportune qui rappelle le contexte des années 30.

Décidément, Mélenchon tombe bien bas le masque d'un politique du système, dont le rôle est de contenir les populations en colère dans le giron d'un parti "respectable" et soft-capitaliste (jusque quand ?), surtout pas communiste au sens littéral du terme, et auxquelles on dispense de bien entendu un discours islamophobe, de concert avec l'extrême-droite.

Pourquoi ?

Parce que précisément son rôle est de sauver le système.

Alors, lorsque la Nation est "attaquée", tous ces partis de gauche qui ont, nous le tancent-ils incessament, la main sur le cœur, se couchent comme convenu, mais il n'est jamais arrivé qu'ils déposent un vote de défiance contre les gouvernements pour les massacres et génocides perpétuels qu'ils commettent dans une impunité inouïe depuis des décennies !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.