Mutations de l'antisémitisme traditionnel en Europe

Du racisme et du génocide antisémite à l'instrumentalisation de la haine anti-juifs

En dépit de la reconnaissance de la responsabilité du régime de Vichy dans l'horreur de la Shoa, de la vigilance toute particulière apportée aux actes anti_juifs, des déclarations d'amour incessantes faites à Israël, beaucoup des plus prompts à sonner l'alarme ne se confondent finalement pas en excuses et empathie auprès de la communauté juive, française et internationale.

Bien au contraire, nombreux sont ceux qui lui rendent le pire des services car ils instrumentalisent en vérité la tragédie singulière, mais aussi universelle de l'Holocauste à des fins de politiques locale et mondiale, toutes liées quoi qu'il en soit. Ce faisant, ils multiplient à n'en pas douter  les hostilités anti-juifs et assurent pour eux-mêmes de futurs conflits avec le judaïsme lorsque les masques tomberont.

On identifie en premier lieu une instrumentalisation de l'antisémitisme avec l'attribution de ce crime aux quasi seules populations arabes, maghrébines, musulmanes d'Europe comme d'ailleurs. Le constat est fait des invectives nourries, lancées depuis ces groupes et des agressions parfois mortelles dont ils sont coupables contre les juifs , Israël et ceux qui les soutiennent. Il n'est cependant pas précisé volontairement que les motivations essentielles ne sont pas confessionnelles, mais s'inscrivent dans les graves contextes politiques de l'oppression de la Palestine depuis des décennies, très légitimée par le mensonge dans les discours étatiques et médiatiques, occidentaux, et de la participation de l’État hébreu aux guerres impérialistes et racistes, otanesques, contre les pays d'Orient comme la Syrie, le Yémen..ou d'Afrique.

Les objectifs de cette instrumentalisation sont divers : opérer probablement une sorte de transfert de culpabilité post-Shoa, compte-tenu de la pesanteur psychique d'un tel héritage récent, difficile à assumer, dont il faudrait se débarrasser ; faciliter de part et d'autre des communautés occidentale, traditionnelle, et juive une retrouvaille après l'immense cassure du XXe siècle - désir l'on peut comprendre et doit souhaiter mais dans d'autres conditions, et qui expliquerait aussi pourquoi de nombreux juifs se prêtent à ce jeu ; enfin, un calcul politique, vicieux, afin d'atteindre d'autres projets.

Dans le cadre des politiques intérieures, il y a en outre l'écrasement social et l'inhibition politique que les puissants européens imposent désormais à l'immense majorité de leur concitoyens. Focalisant les attentions sur les quelques révoltés effectivement antisémites qui réactualisent les poncifs des années 30 au mépris de la masse pacifique et respectueuse des manifestants, n'admettant pas que ceux qui depuis des décennies insultent indigents et musulmans créent les conditions mêmes de leur refoulement violent des cortèges, organisant possiblement de faux incidents, les puissants tentent de décrédibiliser toute contestation de quelle que nature que ce soit à leur organisation du monde par l’accusation d'apporter dans leur ensemble une caution à une idéologie xénophobe, jadis génocidaire, et responsable d'avoir déjà scindé les Nations en leur cœur.

Parallèlement, il s'agit de persuader que le mouvement des Gilets jaunes par exemple est aveugle aux soi-disant vrais dangers, l'identité en péril, l'immigration, l'islamisation, au fait que les musulmans de France représentent la menace d'une horreur politique, d'une précarité, d'une perversion culturelles bien plus graves qu'une faillite économique, qu'un déclassement social, qu'ils sont, comme dit Malek Bouthi, un viviers de nazis.

 Les musulmans de France et l’instrumentalisation de l’antisémitisme constituent bel et bien des bras articulés entre politique nationale et internationale. La planification est faite de renforcer le rejet, parce qu'elles seraient notamment douées d'un antisémitisme quasi-génétique, gratuit, des communautés mises au ban de la société, naturellement étrangères ou d'origine extra-occidentale, celles précisément issues de nos anciennes colonies d'Afrique et d'Orient et des contrées – les mêmes, on s'en serait douter - aujourd'hui en cours de recolonisation par nos armées et dont on génocide pour ce faire les congénères et coreligionnaires.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.