Resto du coeur, ATD Quart Monde : la solidarité prise au piège de la gloriole

et des mailles du capitalisme xénophobe

Quelle surprise en ce dernier jour de l'année 2017.

Les guerres impérialistes n'y sont pas pour rien dans l’affut des migrants en France. Ceux-ci sont traités bien souvent avec une brutalité toute raffinée. Les actes de solidarité sont découragés, criminalisés par des sanctions pénales extrêmes.

Des circulaires du ministère de l’intérieur transforment les refuges publiques en sites de tri d'êtres humains sur critères de citoyenneté ou de tolérance à l'étranger selon qu'il est régulier ou irrégulier...........Le lit inespéré, au calme, devient une place assise à bord d'un charter.....retour vers la mort dans bien des cas.

Un médecin de guerre, Raphaël Pitti, a cependant compris pour le bonheur des gens qui savent aimer que les horreurs qu'il a vues et soignées étaient incompatibles avec son engagement politique auprès de Macron et avec la récompense nationale suprême, la Légion d'Honneur, que le nouveau président lui a remise il y a quelques mois. Il vient de la rendre à la Nation qu'il accuse avec raison de maltraitance envers l'étranger agonisant....

Pour autant, deux figures de la solidarité française et internationale, et pas des moindres, viennent d'accepter la médaille qui distingue les citoyens de France entre "méritants" ou "retours d'ascenseur" et le tout-venant.....

La première est Véronique Colucci, administratrice des Resto du cœur, trahissant avec un culot cinglant la philosophie politique de son défunt,  célèbre et humaniste mari, Coluche, fondateur de génie de ces lieux de solidarité, qui réservait une place bien particulière à la décoration s'il avait été dans l'obligation d'en faire la demande.....

La vice présidente d'ATD-Quart-monde, Marie-Aleth Grard, vient également de se couvrir de la belle médaille......

Cédant à une envie irrépréssible de gloriole que la solidarité ne peut hélas plus leur apporter - l'Abbé Pierre a jouit d'une époque plus conscientisée, eh oui ! - , voilà nos deux championnes au service d'un État qui ne cessera de leur apporter des surcharges de travail à n'en plus finir............

Sans doute ont-elles été séduites par la motivation d'une chancellerie d’État aux ordres d'une hypocrisie dépassant en terme de violence celle de toute explosion nucléaire : "illustrer la volonté d’un respect plus strict des critères d’attribution et des valeurs fondamentales du premier ordre honorifique : universalité, mérite, contribution au bien commun » ?

Gageons que d'ici quelques temps, des tris, et pas qu'alimentaires, se feront au sein des Resto du coeur !!!!!!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.