Yannpell
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2021

Miracle du confinement.

Au secours ! C’est pendant que les restaurants étaient fermés qu’il y a eu le plus de contaminations…au restaurant (Si,si !) Et selon "une étude internationale", et le "Conseil scientifique", c'est dans les cafés sans clients que l'on se contamine (cent fois) plus que dans le métro !

Yannpell
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Coronavirus : Une étude lève un coin de voile sur le rôle des restaurants dans les contaminations (20Minutes)

Aller dans les restaurants ou les bars augmente le risque d’attraper le Covid-19, et les repas en général jouent un rôle central dans les contaminations, selon une étude très attendue rendue publique jeudi, sur laquelle s’appuie le gouvernement pour justifier les fermetures. « On voit dans cette étude une augmentation du risque associée à la fréquentation des bars et restaurants », explique son auteur principal, Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.

Mais « il faut être prudent » dans l’interprétation de ces résultats « sur un sujet éminemment sensible », insiste-t-il. L’étude, baptisée ComCor, a été menée en octobre/novembre, pendant le couvre-feu puis le confinement, quand les établissements étaient partiellement voire complètement fermés. Il est donc difficile de savoir « quelle est la part réelle des restaurants et des bars dans la transmission » du virus, puisque cette période ne correspondait pas à leur fonctionnement normal.

Déterminer les facteurs et lieux à risques

Selon l’étude, le risque augmente même davantage pendant le confinement que pendant le couvre-feu, ce qui semble paradoxal puisque les établissements étaient alors censés être totalement fermés. « Cela laisse entendre qu’il y a eu des bars et restaurants ouverts de façon clandestine pendant le confinement » et que les personnes qui s’y sont rendues, même moins nombreuses, « s’y sont beaucoup exposées », avance le Pr Fontanet.

Ces dernières semaines, les restaurateurs ont protesté contre les fermetures, en estimant qu’elles n’étaient pas justifiées scientifiquement. Des accusations rejetées par le Premier ministre Jean Castex : « On dispose d’études internationales », a-t-il dit mardi sur Europe 1, en assurant que pour le côté français, l’étude ComCor allait « confirmer » que la fermeture des restaurants et des bars était « nécessaire ».

Deux études américaines pointaient récemment le rôle des restaurants dans les contaminations. L’une a été publiée en septembre par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d’Atlanta, l’autre en novembre dans la revue médicale Nature. « Il y a un faisceau d’arguments. L’ensemble montre que c’est un lieu à risques, en revanche, l’ampleur du risque doit être réévaluée dans des conditions d’ouverture beaucoup plus classiques » que celles de son étude, juge Pr Fontanet.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de ComCor ont interrogé 3.400 volontaires infectés par le Covid-19 et 1.700 autres qui n’ont pas été contaminés. Le but : définir des facteurs de risques (profession, mode de déplacement, endroits visités…) en comparant infectés et non-infectés. C’est ainsi qu’ils ont déterminé que la fréquentation des restaurants, bars ou salles de sport était associée à une augmentation du risque, contrairement aux transports en commun ou aux commerces (alimentaire, habillement…).

Les réunions privées, « principale source d’infection »

En plus de ce volet sur les facteurs de risques, l’étude ComCor comprend une autre partie, sur les circonstances de contamination. Elle porte sur 25.600 personnes infectées tirées des fichiers de l’Assurance maladie (Cnam), interrogées par questionnaire. Elle montre que « les repas jouent un rôle central dans ces contaminations, que ce soit en milieu familial, amical ou à moindre degré professionnel », puisqu’on y est proche les uns des autres, et sans masque.

« Les réunions privées – familles, amis – constituent la principale source d’infection », rappelle le Pr Fontanet. « Si les gens organisent des dîners amicaux chez eux plutôt qu’aller au restaurant, ça ne change rien ». 44 % des personnes infectées savaient comment elles l’avaient été. En outre, un très grand nombre (97 %) s’est isolé, mais souvent trop tard, par exemple en attendant d’être testé.

« Ce n’est pas un outil de censure »

Là encore, il faut toutefois prendre en compte le fait que la période particulière de l’étude ComCor ne permet pas de tirer de conclusion définitive. Elle sera poursuivie ces prochains mois pour affiner ces premiers résultats et en savoir plus sur la transmission du virus dans d’autres endroits, comme les lieux de culture. « Ce n’est pas un outil de censure pour dire « Attention, c’est chez vous que ça se passe », mais au contraire un outil qui accompagnera les réouvertures pour voir si on détecte un surrisque », conclut le Pr Fontanet.

Reste que d’emblée quatre organisations professionnelles de l’hôtellerie-restauration ont vigoureusement dénoncé l’étude de l’Institut Pasteur. L’Umih, principale organisation patronale du secteur, le GNI (indépendants), le GNC (chaînes hôtelières) et le SNRTC (restauration commerciale), « continuent de dénoncer l’absence de preuves scientifiques justifiant la fermeture des restaurants et des bars », indiquent-ils dans un communiqué commun jeudi.

« C’est une insulte aux professionnels »,

L’étude ComCor de l’institut Pasteur qui devait attester d’un « sur-risque de contamination à la Covid-19 » dans leurs établissements, publiée jeudi, « vient dire ce que l’on veut lui faire dire, au moyen s’il le faut de déclarations purement scandaleuses et diffamatoires », estiment-ils. « Cette étude n’est pas sérieuse, on veut prouver sans preuves, c’est une insulte aux professionnels », a déclaré Didier Chenet, président du GNI.

Pour les organisations professionnelles, l’étude « tente de confirmer la politique du gouvernement ». Et elles pointent, dans les enquêtes réalisées, un échantillon « non représentatif » de la population, une méthode qui « n’a rien de scientifique » car elle recueille des déclarations de personnes « qui dans deux cas sur trois ignorent encore la personne source de leur contamination », et une période où leurs établissements étaient soit fermés soit « astreints à une activité très réduite ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch