La guerre des (tristes) titres a bien eu lieu.

Vous qui écrivez un article, un billet, un commentaire, vous voulez qu'il soit mis à l'honneur? Glissez-y les mots "Mélenchon" ou "Insoumis" mais n'oubliez surtout pas d'y adjoindre un qualificatif a connotation négative (ah oui! sinon, ça ne marche pas). Je suis prête à fournir, sur simple demande, une longue liste d'exemples relevés ces derniers mois.

Pourriez-vous imaginer un titre du genre "Censure pour "insoumission" au NPA"? Imagineriez vous que ce titre là, Médiapart le mettrait à l'honneur? Imaginez-vous un déferlement de méchancetés et d'accusations pleuvant sur les représentants et les membres de ce parti avec beaucoup de  mépris et de volonté de blesser (et pas 1 fois, ni 10 fois mais 100, 200, 500 fois, plus peut-être).

 Et si vous pensiez, vous, sincèrement que le programme du NPA (remplacez le par PS, LREM, EELV  ou autre) vous touche et reprend vos idées ne seriez-vous pas un tout petit peu énervé de vous entendre  traiter d'adorateurs décervelés, de suiveurs, de "mis-sous- un", de moutons, d'adorateurs, de membres d'une secte? Et ne seriez-vous pas encore plus affecté si vous voyiez l'homme dont vous vous sentez proche par la philosophie et les idées qui vous aide à comprendre mieux la politique (qu'il ait bon ou mauvais caractère m'est absolument indifférent, je ne compte pas vivre avec lui), qui dit ce qu'il pense sans langue de bois, qui, malgré toutes les recherches effectuées sur son compte et ses comptes (et dieu sait s'il y en a) n'a trempé dans aucune embrouille soit, sans trêve aucune, accusé de tous les maux et de tous les mots, de responsable de toutes les erreurs, de tous les échecs, sachant qu'aucun autre candidat n'a jamais été traité aussi mal (ni Fillon qui nous pique nos sous, ni LePen qui salit notre âme…), autant calomnié, poursuivi pour des fariboles (il gagne tous ses procès) sans que jamais aucun argument sérieux ne soit avancé, susceptible d'en faire un sale type, de vrais arguments prouvant sa duplicité pourraient me décevoir sur son compte puisque je le crois, jusqu'à preuve du contraire, sincère et honnête (je veux dire de vrais arguments prouvés et non des opinions).

Que penseriez-vous de 2 secondes de vidéo de cet homme extraites sans contexte de reportages (Il a dit "Petite cervelle?" Il a dit "Sans blague" avec un air étonné? Mais quelle horreur! Comment ce monstre peut-il dire des choses pareilles? Vous vous rendez compte?), il ose rappeler à un ministre  de l'Intérieur (de façon un peu provocante, certes) que sous son "règne" un jeune homme a été tué et que personne n'a été mis en cause au niveau des responsabilités (sauf le sous-fifre qui a certainement décidé tout seul d'aller chercher lui-même des grenades offensives pour repousser des manifestants non-armés sans que personne au-dessus de lui n'ait donné cet ordre imbécile pour ne pas dire criminel?  Et puis quand ce n'est plus ça, c'est autre chose, des ragots, des attaques sur sa personne, des idioties monumentales genre ALBA, CHAVEZ, POUTINE, le POPULISME, le LAMBERTISME, une bouillie, un embrouillamini, un méli-mélo, une bouillabaisse délibérément informes et creux.

Mais ce qui m'intéresse, moi, c'est que l'on se préoccupe de notre avenir sur une planète qui n'en peut plus, des dangers du nucléaire périmé avec des déchets dont on ne sait toujours que faire, de cantines gratuites et bio, des impôts payés en France (ces gens-là qui ont tous, eux ou leurs proches bénéficié des allocations familiales, de remboursements par la Sécurité sociale, de l'école et des université gratuites, du ramassage scolaire, de l'entretien des routes, des moyens de transport et j'en passe et ils ne trouvent pas évident de devoir rembourser, dédommager le pays de ce qu'ils ont reçu, en trouvant normal que ce soient les gens comme nous qui payions, et surtout pas eux, pour que le maximum des Français en profitent?(Ne pourrait-on pas établir un forfait de la dette de chacun d'entre nous vis-à-vis du pays et de ses habitants dont les tricheurs de tout poil devraient s'acquitter sur décision de justice?). Jean-Luc Mélenchon a dit dans un de ses discours "A quoi ça sert d'avoir quelques millions de plus quand on en a déjà tant?". C'est frappé au coin du bon sens, et malgré cela, la colère s'abat sur lui, l'un des rares qui dénoncent avec talent et conviction ces anomalies, pour ne pas dire ces comportements scandaleux, insupportables, inadmissibles.

Si quelqu'un me dit qu'il ne votera pas Mélenchon ou FI parce que celui-ci veut fermer les centrales nucléaires, convaincu qu'on ne peut pas faire autrement, j'en suis désolée mais c'est légitime. Mais qu'on me dise (et je l'ai lu ou entendu, je vous l'assure): "Je ne vote pas pour lui parce qu'il est communiste, parce qu'il veut être dictateur, parce qu'il soutient Poutine"(en oubliant que ce sont les Macron, Fillon ou LePen qui s'aplatissent pour le rencontrer ou parce qu'il a dit à Cazeneuve qu'il avait"commis un crime"(sic), alors là, ça me dépasse et je reste coite.

- Mélenchon a dit à Cazeneuve qu'il a "commis un crime"? ai-je demandé.

- Oui.

- Ah non, il n'a pas dit ça, ai-je répondu.

- Mais si, je l'ai entendu et je sais me servir de mes oreilles aussi bien que toi!

- Sans doute mais tu as peut-être entendu ce qu'on a dit qu'il avait dit mais pas ce qu'il a dit. Il a dit en parlant de Cazeneuve :" C'est le gars qui s'est occupé de l'assassinat de Rémi Fraisse?".

-C'est pareil!

- Non, ce n'est pas pareil parce que si on attache autant d'importance à un seul mot, il faut s'en tenir à ce seul mot et ne pas en mettre un autre à la place comme dans les procès sous des régimes totalitaires. Et si le mot est trop fort (puisque tout le monde sait qu'il n'y a pas eu de préméditation donc, pas d'assassinat), il y a eu, au minimum, une faute grave puisqu'un jeune homme inoffensif est mort, une légèreté, un manque de discernement, une imprudence caractérisée (ou tout autre mot que pourrait appliquer la Justice dont je ne connais pas le vocabulaire pour décrire des faits et attribuer des responsabilités).

 Un chauffeur ivre ou en excès de vitesse qui tue quelqu'un  sur la route n'a pas prémédité son geste mais il sera jugé quant à sa responsabilité et condamné, au minimum, à un retrait de permis et sûrement plus (à juste titre, à mon avis) genre "homicide par imprudence". Or, dans le cas de la mort de Rémi Fraisse, il n'y a eu aucun "retrait de permis" pour ceux qui ont donné les ordres et je ne vois pas comment les parents de ce jeune homme pourraient se satisfaire de cette situation qui peut se reproduire à Notre-Dame-des-Landes ou dans une manif  avec une dureté (pour ne pas dire "violence" ) parfaitement ridicule. Or ce ridicule peut tuer, a tué.

J'ai déjà beaucoup marché, beaucoup fait grève dans ma vie, encore l'année dernière malgré les années qui passent, et je remarcherai le 19 juin, et pour défendre NDDL, et pour qu'on rende justice à Rémi Fraisse, aux victimes de dommages collatéraux des manifs contre la loi travail, contre "l'Etat d'urgence" devenant droit commun et pour soutenir les "Faucheurs de chaises" qui dénoncent cette fraude fiscale qui ruine les gens comme nous. Je dis et fais cela parce que je suis de gauche et je suis catastrophée quand je vois l'énergie négative qui est déployée contre les Insoumis et leur porte-parole, représentant, élément moteur, rassembleur et non "grand chef" ni "gourou" parce que, quoi que laissent entendre certains, nous ne le suivons pas sans comprendre, aveuglément et nous n'attendons ni ne revevons d'ordres de lui. Et quelle ridiculissime histoire qui a occupé tous les médias occultant les thèmes politiques parce qu'il n'a pas donné de consignes de vote et qui a provoqué des réactions du genre:

-"Je ne voterai pas pour lui parce qu'il n'a pas voulu donner de consignes.

- Et alors, c'est grave?

- Ben oui!

- Il a tout de même dit: pas une voix pour Mme LePen.

- Peut-être, mais ce n'était pas clair… ("vu à la télé…").

- Et savez-vous pourquoi il faut absolument donner des consignes de vote?

- Mais c'est une faute politique!

- Et vous avez trouvé ça toute seule?

- Evidemment!

-Vous êtes sûre de ne pas l'avoir entendu quelque part?

(Je la crois, tiens,  ma voisine, quand elle parle de "faute politique", expression qui a été répétée à l'envi par des radios, des chaînes télé, des journaux et elle vient juste de l'inventer pour avoir une raison de ne pas voter Mélenchon…). Et il paraît que ce sont les Insoumis qui sont sous influence…

Et avec un flot de trucs de ce genre, on a purement et simplement condamné une chance de changer tant de choses qui agonisent vilainement dans cette Vè République obsolète, mais c'est comme ça, on n'aura pas de Constituante, pas de VIè République, (c'est ça qui peut amener un renouveau, bon sang, pas "l'âge du capitaine!" euh, du Président…). Moi je veux bien soutenir des actions du NPA, du PS, du PC, de FO si elles vont dans le sens du bonheur des gens, d'un maximum de gens, et pas de quelques-uns, vénaux et égoïstes, déjà bien pourvus pour l'éternité (à condition que l'espèce humaine survive à ce qu'ils  refusent de voir). La Révolution par la rue, pourquoi pas, mais essayer, avant, de la faire par les urnes ne me paraît nullement déraisonnable et, à mon avis préférable.

Se renier, renier ses idées (y compris ses illusions) pour sceller des alliances bidon, des compromis sans lendemain, des magouilles insultantes, pour moi ce n'est pas acceptable et mon soutien dévoué à la cause tient à des postions fermes telles que les a exprimées Jean-Luc Mélenchon et en résistant à toutes les injonctions, tous les conseils, toutes les accusations, il a répondu aux souhaits, aux espérances de la grande majorité des Insoumis qui ne retournent pas leur veste en fonction de leur intérêt. Quand on croit en des idées neuves, sociales, généreuses, honnêtes, on ne transige pas. Et je ne suis pas la seule à préférer perdre plutôt que gagner au prix de renoncements successifs, car une idée peut faire son chemin mais elle doit rester incorruptible car la déception, à propos d'un idéal, est le pire des maux.

Pour des bêtises, des titres tonitruants, des haines partisanes, depuis début 2017 on n'a jamais pu parler du fond, on est passé délibérément à côté de cette occasion de tenter autre chose. Alors, oui, ça m'énerve beaucoup plus que " les mouches qui m'ont piquée" quand j'entends que certains ont voté et voteront LREM dimanche parce qu'à ce jeune homme," il faut lui donner sa chance". Que ne l'a-t-on fait pour Jean-Luc Mélenchon bien plus "révolutionnaires" à 65 ans que des quadragénaires "sous influence", ou pour Philippe Poutou s'il avait eu l'intention d'être élu ou pour Benoît Hamon s'il avait eu assez de caractère (bon ou mauvais…) pour dire leur fait à ceux de son parti qui l'ont ignominieusement lâché,  coulé, abandonné. Et je me dis que dans de pareilles circonstances le caractère "entier" voire le mauvais caractère de mon "gourou bienaimé" aurait pu faire merveille. Lui, au moins, n'aurait pas "mâché ses mots".

Mais que répondre à l'inconscience de nombre de commentaires destructeurs, qui, gratuitement, sans raison profonde s'en prennent à des gens, des vraies personnes sensibles qui se défoncent s'il le faut pour défendre l'espoir d'une société plus juste et plus égalitaire (je trouve cette expression plus claire que les "populisme, progressisme, lambertisme, boulangisme et autres mots en "-isme" dont on ne sait jamais exactement ce qu'ils recouvrent et dont on se gargarise tant en ce moment).

- Je ne voterai pas pour Mélenchon parce qu'il est populiste, comme LePen, m'a-t-on dit.

- D'accord, mais ça veut dire quoi "populiste"?

- Qu'on va donner le pouvoir au peuple, à la "populace" et  ça fait peur.

- Et Le Pen, elle veut donner le pouvoir à la "populace", tu crois?

- Bé oui!

-Tiens donc!

Je n'invente rien, je l'ai entendu autour de moi, sur les ondes, lu sur les blogs. J'ai ressenti de la peine, de la colère et je suis effrayée quand j'observe le mécanisme implacable de la cabale lancée depuis des mois contre Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise. Pour certains (souvent haut placés), on comprend l'acharnement, ils protègent leurs intérêts, pour d'autres (pourtant placés beaucoup moins haut) qui sont comme vous et moi, c'est incompréhensible parce qu'ils parlent et agissent contre leurs intérêts et je n'arrive pas à savoir si c'est par jeu, malhonnêteté, bêtise, méchanceté, inconscience, mal être, perversité, mépris. Mais c'est "moche" et je comprends la fatigue de Jean-Luc Mélenchon car la haine et la mauvaise foi, ça blesse et ça use...

"Calomniez, calomniez [et même si vous prouvez votre honnêteté], il en restera toujours quelque chose, [il en reste déjà quelque chose]"...

Ps. Pas le temps de relire Marx, relisons simplement pour nettoyer notre esprit pollué par trop de faits dégoûtants de ces derniers mois: "Indignez-vous" de Stéphane Hessel (3 euros, 60 pages) et "De la vertu" de JLM (3 euros, 136 pages).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.