Le livre noir du capitalisme

Ci-dessous, le résumé, à l'aide d'un tableau, des crimes du capitalisme :

 

Les CRIMES du Capitalisme 

Les débuts

-Traite des Noirs aux XVIIème et XVIIIème siècle : 10 000 000 de morts.

-Liquidation des Indiens d'Amérique de 1500 à 1860 : 70 000 000 de morts.

XIXe siècle

-Colonisation du Congo par la Belgique au XIXème siècle : 1 000 000 de morts.

-Colonisation de l'Afrique par la France au XIXème siècle : 112 000 morts. 

-Colonisation de l'Algérie par la France en 1840 : 10 000
morts.

-Guerre de Crimée 1853-1856 : 252 000 morts.

-Guerre de Sécession américaine 1860-1865 : 617 000 morts.

-Guerre de 1870 (France contre Allemagne) : 220 000 morts.

-Écrasement de la Commune de Paris en 1871 : 20 000 morts.

-Guerre USA-Espagne en 1898 : 100 000 morts.

Fin XIXe siècle - début du XXe

-Les dernières répressions anti-indiennes aux USA, qui virent le terme du génocide engagé au XIXème siècle : 100 000 morts.

-La guerre anglo-boer (pour le contrôle de l’Afrique du Sud) 1902 : 100 000 morts.

-Victimes des conquêtes coloniales de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle (dont la conquête de la Corée par le Japon, 1908) : 500 000 morts.

-La guerre russo-japonaise (1904-1905). La seule bataille de Moukden fit plus de 100 000 morts : 300 000 morts.

-La répression de la Révolution de 1905 en Russie : 100 000 morts.

-La guerre italo-turque pour la Tripolitaine (1911) : 50 000 morts.

-Les guerres balkaniques (1912-1913) entre la Turquie, la Serbie et la Bulgarie : 500 000 morts.

-Le génocide arménien en Turquie : 1 000 000 de morts.

-La première Guerre Mondiale (1914-1918) : 8 500 000 morts.

-La guerre civile en URSS, les famines et les épidémies consécutives aux interventions étrangères et au blocus par l’Occident : 6 000 000 de morts.

-Les répressions après le mouvement révolutionnaire dans les différents pays d’Europe, Finlande, Pays-Baltes, Hongrie, Allemagne, Pologne, Roumanie, Bulgarie (1918-1923) : 200 000 morts.

-La guerre gréco-turque (1920-1922), avec plus de 1 500 000 exilés : 100 000 morts.

 Les victimes du fascisme en Europe avant la Seconde Guerre Mondiale (1924-1939) : 150 000 morts.

 La guerre franco-espagnole contre les marocains du Rif (1925-1926) : 50 000 morts.

-Les interventions militaires des USA en Amérique centrales, en Amérique du Sud et aux Caraïbes (1910-1940) : 50 000 morts.

-La guerre du Chaco pour son pétrole, entre la Bolivie et le Paraguay (1931-1935) : 150 000 morts.

-Les victimes des famines et des épidémies aux Indes, en Chine et en Indochine (1900-1945), dont 6 000 000 pour la seule Chine : 8 000 000 de morts.

-Les répressions massives et la guerre civile déclenchée par Tchang Kaï-Chek en Chine (1927-1937) : 1 000 000 de morts.

-La guerre d’agression japonaise en Chine (1931-1941) : 1 000 000 de morts.

-La guerre du fascisme italien en Éthiopie : 200 000 morts.

-La guerre civile en Espagne, déclenchée par Franco, soutenue par Hitler et Mussolini et facilitée par la « non-intervention » : 700 000 morts.

Seconde partie du XXe siècle

-La Seconde Guerre Mondiale, victimes militaires et civiles, y compris déportés et Holocauste : 50 000 000 de morts.

-La guerre française en Indochine (1946-1955) : 1 200 000 morts.

-La guerre américaine au Vietnam (1956-1975) : 2 000 000 de morts.

-Les répressions colonialistes d’après-guerre en Algérie (1945), Maroc, Tunisie et Afrique noire : 500 000 morts.

-La répression colonialiste à Madagascar : 800 000 morts.

-Les massacres indo-pakistanais consécutifs à la partition de l’Inde (1948), dont 14 millions de personnes déplacées : 300 000 morts.

-La Guerre en Algérie (1956-1962) : 1 200 000 morts.

-Les massacres anti-communistes en Indonésie, après septembre 1965 : 1 500 000 morts.

-La guerre et les répressions au Bengale Oriental / Bengladesh (chiffres d’Amnesty International) : 3 000 000 de morts.

-Les quatre guerres israélo-arabes au Proche-Orient (1948-1956-1967-1973), dont 700 000 palestiniens déplacés : 300 000 morts.

-Les répressions antikurdes de la Turquie, de l’Iran et de l’Irak : 200 000 morts.

-La guerre Iran-Irak : 600 000 morts.

-La guerre au Timor Oriental : 200 000 morts.

-Les interventions directes américaines ou par guérilla ou groupes paramilitaires interposés au Nicaragua, Salvador, Guatemala, Panama, République Dominicaine, etc. : 200 000 morts.

-Les répressions en Amérique Latine, soutenues par les services américains : 150 000 morts.

-Guerres en Angola et au Mozambique : 3 000 000 de morts.

Fin du XXe siècle

-La guerre du Golfe, victimes directes : 200 000 morts.

-Irak, victimes de la dénutrition dues au blocus international : 500 000 morts.

-Les conflits interethniques en Transcaucasie et en Asie Centrale (1990-1995), y compris la guerre de Tchétchénie de 1995 : 200 000 morts.

-Les massacres en Somalie, au Libéria, au Rwanda, Burundi, Sierra Leone, Congo/Zaïre, Congo/Brazzaville, Afrique du Sud (Apartheid). Inclues les victimes des famines (Sahel, Somalie, Éthiopie, etc.) : 4 000 000 de morts.

-La guerre inter-intégriste en Afghanistan après la chute du dernier gouvernement progressiste : 700 000 morts.

-Les guerres et massacres ethniques en ex-Yougoslavie, provoqués par la désintégration du pays et encouragés par les puissances occidentales (1996-1996), dont plus de 1 million de réfugiés : 200 000 morts.

Entre 1990 et 1995 seulement, les guerres ont provoqué dans le monde 5 millions et demi de morts civils pour les trois quarts (Europe 250 000, Asie 1 500 000, Moyen et Proche-Orient 200 000, Afrique 3 500 000).

A ce tableau incomplet, il faut ajouter la mort par malnutrition de près de 6 millions d’enfants.

En 1997, les réfugiés et exilés se comptaient au nombre de 40 millions.

Source : « Le Livre Noir du Capitalisme », Ed. Le Temps des Cerises, Paris, 1998.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.