yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2015

La guerre pour sauver l’ordre international

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

paroscar fortin (son site)
mardi 10 novembre 2015

MAIS DE QUEL ORDRE INTERNATIONAL S’AGIT-IL ?

Dans une déclaration, datée du 8 novembre, le grand patron du Pentagone, Ashton Carter, déclarait ceci :

« Les États-Unis réfléchissent à de nouvelles variantes de dissuasion de la Russie qui défie l'ordre international. Selon M. Carter, Washington entend s'opposer à Moscou par tous les moyens, y compris militaires. » 

Le message ne prête à aucune confusion, sauf qu’il ne nous dit pas en quoi consiste cet « ordre international  ». Comment savoir si cette approche est celle qui répond le mieux aux attentes des peuples et des nations ? Jusqu’à quel point cet ordre international pour lequel ils sont prêts, si nécessaire, à une guerre totale, rejoint-il véritablement les grands principes des Nations Unies qui fondent la Charte des droits de la personne et des peuples ? Les réponses à ces questions éclaireront inévitablement les motifs de ceux qui défient cet ordre international voulu et défendu par les États-Unis et ses alliés.

Quel est donc cet « ordre international » qui plaît à Washington et à ses alliés ?

Dans un article du Monde diplomatique, daté de 2003, Sami Naïr introduit sa réflexion sur le nouvel ordre mondial par ces mots :

« C’est au nom d’un “nouvel ordre international” que George Bush père avait mené la première guerre du Golfe. Douze ans après, son fils prépare la seconde sous le signe de l’unilatéralisme agressif, qui caractérise l’action de Washington dans les domaines de l’armement, de la justice internationale, de l’environnement, du commerce, des droits de la personne... et des guerres préventives. »

Cet énoncé résume assez bien l’ordre international qui caractérise l’approche de Washington dans ses relations avec les autres peuples du monde. Si au début de ce siècle, l’appui inconditionnel de l’Europe ne lui était pas acquis, aujourd’hui c’est maintenant chose faite. La France, l’Allemagne, la Belgique et les forces de l’OTAN sont entrées dans le rang et font front commun avec les États-Unis dans ses guerres de conquête. C’est particulièrement le cas pour ses interventions en Libye, en Syrie, en Ukraine et contre la Russie. Nous pourrions également y ajouter ces nombreuses interventions contre les pays émergents de l’Amérique latine, dont le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur et bien d’autres…

Les États-Unis et ses alliés se font tous solidaires d’un ordre international unipolaire et centrique placé sous leur gouvernance. Ainsi, l’Empire, appuyé par ses alliés, est en mesure d’exercer son hégémonie sur le monde et de s’imposer comme juge et partie des lois et des droits. À ses yeux, l’ONU n’est qu’une référence à mettre à contribution lorsqu’elle permet de renforcer ses interventions dans le monde. Autrement, elle devient une référence négligeable sans importance dans la poursuite de ses projets de conquête et de domination. Il en est ainsi en Irak, en Libye, en Syrie, en Ukraine, au Venezuela et dans bien d’autres pays du monde.

Que les pays membres du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine. Afrique du Sud) et bien d’autres défient cet ordre international, cela peut se comprendre. Par contre, il est important de regarder ce qu’ils ont à proposer en échange.

L’Ordre international qui plaît à la Russie et à ses alliés

L’Ordre international dont se font les promoteurs la Russie et ses principaux alliés (BRICS) se présente sous l’angle d’un monde multipolaire et multicentrique où les peuples sont souverains et les États indépendants. Les regroupements régionaux constituent des prolongements de cette souveraineté des peuples dans le partage des diversités et dans la solidarité des complémentarités. Dans tous les cas, le bien commun des peuples ainsi que leurs intérêts nationaux et internationaux sont au cœur de ce nouvel ordre international. C’est à tout le moins ce qui est voulu et souhaité. Je vous réfère à un article intéressant sur ce nouvel ordre international.

La Russie et la Chine défient l’ordre international voulu par Washington en revendiquant le respect du droit international tel qu’il s’exprime dans la Charte des droits des Nations Unies portant sur les personnes et les peuples et les États. En termes concrets, ils s’opposent à un ordre international qui se caractérise par plusieurs facteurs dont les plus importants peuvent se résumer ainsi :

  • Le caractère hégémonique d’un pouvoir central non démocratique
  • La prédominance des intérêts de ce pouvoir sur tous les autres intérêts
  • Le non-respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
  • Le non-respect de l’indépendance des États.
  • Le non-respect des droits des pauvres, des démunis, des déshérités, des opposants à leur hégémonie.
  • La consécration du « capitalisme sauvage », des pouvoirs financiers, des industries militaires, principales sources de la pauvreté et des guerres dans le monde.

Lorsque le chef du Pentagone accuse la Russie de défier l’Ordre international, c’est à cet Ordre, voulu par l’empire, auquel il faut penser. L’Ordre international qui existe présentement est plutôt un désordre international qui se caractérise par la distorsion de la réalité humaine, sociale, politique, économique. Il y a l’anarchie des puissants qui contrôlent la finance, l’industrie militaire, les moyens de communication, les multinationales qui ont mainmise sur les deux tiers des richesses de la planète, etc. Il y a tous ces gouvernants, marionnettes de ces derniers qui se permettent d’envahir des États souverains, de renverser des gouvernements démocratiques, d’agir selon leurs intérêts sans prendre en compte celui des autres.

Les pays émergents d’Amérique Latine, d’Afrique, d’Asie et ceux du BRICS disent non à ce désordre international tout en disant oui à ce monde multipolaire, multicentrique où les peuples et les nations seront respectés dans leur diversité, leur souveraineté et leur indépendance.

Je conclus avec cette conviction que les options relatives à l’ordre international font appel à deux mondes qui sont présentement aux antipodes de l’un et de l’autre. Il y a l’hégémonie du 1 % qui ne souhaite aucunement se départir de son pouvoir de domination du monde et il y a le cri des 99 % qui ne saurait tolérer plus longtemps qu’il en soit ainsi. Dans la situation actuelle, je prétends que la Russie et les pays émergents sont beaucoup plus à l’écoute de ce cri des 99 % que de celui du 1 %.

Oscar Fortin

Le 10 novembre 2015

http://humanisme.blogspot.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES