yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2015

Nous sommes en guerre! Nous sommes en guerre!

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi hurlent-ils à travers le Club mais aussi à travers la France.

Qui?

Ceux qui ont tout fait pour en arriver là. Responsables politiques, hommes d'Etat et simples citoyens.

D'un côté, les patrons et actionnaires du CAC 40, leurs commis de l'Etat, personnel politique qui, le plus souvent, fait la Une pour délit ou crime de corruption; de l'autre, le peuple, travailleur et chômeur, voué à la crise, à la misère, à l'injustice. En son sein, cette catégorie entre travailleurs pauvres et lumpen-prolétariat plus ou moins bronzé, discriminé à cause du nom, de l'origine ou de la religion.

Ce sont les patrons du CAC 40 qui ont tout intérêt à faire la guerre, pour le gaz et le pétrole. Et c'est pourquoi on expédie nos soldats et nos armes.

Avec le CAC 40, il y a Wall Street et la City.

De tous les pays, nous parviennent des infos faisant état de manifs réprimées. Car dans tous ces pays, la lutte sociale est à l'offensive, les travailleurs n'acceptant plus les conditions de vie et de travail qu'on leur impose. C'est si vrai que des syndicats et des partis politiques analysent l'UE comme un instrument de plus en plus fascisant de la lutte des classes et dont la Grèce fournit un exemple particulièrement patent.

En même temps que les patrons et les partis politiques mènent la guerre de classe, ils mènent aussi la guerre tout court, militairement parlant, à travers la planète.

La Syrie (et l'Ukraine) ne sont rien d'autre qu'un aspect de cette lutte des classes devenue guerre des classes. Si l'on ne comprend pas ça, on ne comprend rien à ce qui se passe actuellement.

La guerre tout court pour se procurer les ressources enfouies dans le sous-sol de pays lointains, la guerre de classe pour imposer des conditions de vie et de travail propres à garantir un niveau élevé de profit. Impérialisme et capitalisme.

La guerre qui est menée contre l'Islam est une guerre militaire mais aussi idéologique : les banlieues et les cités seraient des zones de non-droit livrées à l'Islam. Mais pour dramatiser la situation, il faut que cet Islam soit "islamiste", intégriste. Terroriste. Qu'il soit à la fois l'ennemi extérieur, celui des pays à qui on fait la guerre, mais aussi intérieur, qui serait en lien avec l'ennemi extérieur et donc dangereux, car terroriste, à cause de ça.

On a mené la vie dure à ces banlieues, à ces cités : racisme pour le travail, racisme pour le logement, discrimination sur le nom, la couleur, l'origine, la langue et la religion. On a stigmatisé les ex-colonisés en dénonçant les mosquées clandestines, les prières de rue, les moeurs. On a tout fait pour radicaliser cette population en l'humiliant. L'humilier, ce fut aussi le rôle de Charlie Hebdo avec ses caricatures provocantes.

Aujourd'hui, dans ses enquêtes à démasquer les terroriste, la police traque bel et bien des jeunes issus de ces quartiers et qui ont en effet suivi la trajectoire de l'intégrisme et du terrorisme. Ces rebelles ont été manipulés et, au lieu de se révolter comme ils le croyaient, ils sont devenus les alliés objectifs de tous ceux qui crient à la haine et veulent désormais les tuer.

C'est paradoxal mais c'est la réalité.

C'est pourquoi il convient de rester calme et de rester strictement dans le cadre de la lutte des classes : il faut exiger un emploi et un travail pour tous, combattre l'économie souterraine, rendre tout individu à sa dignité de citoyen. Et non caricaturer, railler et rejeter.

Cela s'obtient par la lutte déterminée et consciente, confiante dans l'humanité des femmes et des hommes, sans arrière-pensée, préjugés ni a priori raciste hérité de l'ère coloniale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu