yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2015

Lettre ouverte du PRCF à Jean-Luc Mélenchon

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher Citoyen Jean-Luc Mélenchon,

Nous vous avons déjà interpelé plusieurs fois fraternellement et publiquement, mais vous n’avez pas, personnellement et pour l’heure, accusé réception de nos propositions de dialogue. Même si nous avons rencontré Eric Coquerel en janvier 2015.C’est fort dommage car dans l’état d’urgence où sont le monde du travail, la République française et la paix dans le monde, le dialogue et l’unité d’action des forces qui se réclament de la vraie gauche patriotique et populaire sont indispensables ; et cela d’autant plus que l’actuel « front de gauche », disloqué par les forces de marée du Parti de la Gauche européenne, des euro-fédéralistes « verts » et de la social-eurocratie hollandienne, n’est manifestement pas en état de stopper la poussée du FN fascisant et du sarko-thatchérisme revanchard.

Cependant nous restons sensibles à votre discours patriotique, républicain et laïque, à votre appui aux ouvriers d’Air-France, à vos prises de distance répétées à l’encontre de l’anticommunisme, de l’antisoviétisme rétrospectifs et de la russophobie de la fausse gauche, à votre refus de laisser criminaliser Cuba socialiste. Bien entendu, en tant que militants franchement communistes qui n’avons renié ni le marxisme, ni la Révolution d’Octobre et Stalingrad, ni la référence structurante à la classe ouvrière et au monde du travail, ni le syndicalisme de classe, ni l’engagement de Maurice Thorez et de Jacques Duclos à unir le drapeau rouge internationaliste des travailleurs au drapeau tricolore de la nation, nous considérons  nécessaire de travailler

avec d’autres courants  progressistes et républicains pourvu que comme nous, ils soient clairement opposés à l’euro- UE- OTAN et qu’ils refusent la moindre complaisance envers le parti fasciste: c’est ce que nous nommons le Front Antifasciste Patriotique et Populaire (FRAPP) dont la finalité est de rouvrir la voie du socialisme pour la France en sortant notre pays par la voie progressiste (République sociale, souveraine, laïque, une et indivisible, fraternelle, antiraciste et non communautariste, nationalisations, reconstruction du produire en France industriel et agricole, services publics, refus du tout-anglais transatlantique qui détruit la langue française, lutte sociale et environnementale contre le tout-profit dévastateur de la planète et de ses habitants, etc.) de l’étouffante dictature de la zone euro-mark, de l’UE supranationale du grand capital, de l’OTAN. Dans ce but le PRCF vient avec d’autres de lancer un appel-pétition pour un référendum permettant au peuple français de refuser son maintien dans la prison des peuples qu’est l’UE.

Il est de plus en plus clair en effet que, si toute une partie des couches populaires bascule actuellement dans le vote suicidaire pour le FN, c’est avant tout parce que le PCF a abandonné ses fondamentaux prolétariens, marxistes et… patriotiques. Lui qui parlait prioritairement à la classe ouvrière, combattait à 100% l’ UE, refusait frontalement l’euro, c’est-à-dire le dispositif central de la domination capitaliste et euro-atlantique. Lui qui unissait étroitement le combat pour le socialisme à l’engagement patriotique qui fut le sien sous le Front populaire et durant la Résistance.

C’est pourquoi nous pensons que le moment est venu – c’est même une urgence absolue – que les forces progressistes s’interrogent beaucoup plus radicalement sur la nécessité pour elles de porter la perspective d’une rupture à 100% de la France avec l’UE atlantique et l’euro, et cela, bien entendu, par la voie antifasciste et progressiste. Nous avons d’ailleurs lancé avec d’autres un appel-pétition qui, surtout au porte-à-porte et sur les marchés populaires, a déjà recueilli son premier millier de signatures pour que les Français puissent voter sur le maintien ou pas de la France dans l’UE (cf copie). Nous souhaitons ardemment discuter rapidement et de vive voix de tout cela avec vous pour examiner si une large table ronde ouverte à tous ceux qui veulent sortir par la gauche de l’UE, qui souhaitent un nouveau CNR dans les conditions d’aujourd’hui, n’est pas indispensable pour rendre rapidement visible et incontournable par les médias la seule alternative capable à la fois de stopper le rassemblement Bleu marine, de lancer un Rassemblement Rouge Marianne et d’opérer, pendant qu’il en est encore temps, le sursaut populaire et unitaire qui permit en 1934 aux militants ouvriers et aux intellectuels de faire échec à la fascisation, de défendre ensemble les « deux drapeaux » et d’ouvrir à la France la phase de reconstruction qui aboutit au CNR, aux « Jours heureux » et à un nouvel élan vers les « lumières communes » en France et dans le monde.

Cette clarté sur l’UE est d’autant plus nécessaire que la Le Pen ne fait plus mystère désormais de sa volonté de séduire le patronat en abandonnant son programme « social » de circonstance et en affichant publiquement « la perspective de rester dans l’UE ». Si bien que notre peuple est de plus en plus confronté à la mise en place d’une « U.M.- Pen – S’ » maastrichtienne, doublée d’une tenaille entre fascisation politique (marche galopante vers l’Etat policier) et les perspectives d’euro-dissolution atlantique de la France sur fond de montée des communautarismes religieux et du régionalisme séparatiste. Nous espérons donc une réponse rapide et positive, car il est minuit moins cinq pour notre pays (et pas seulement pour lui) et s’il n’y a pas rapidement de réponse unitaire susceptible de redynamiser le mouvement populaire et les luttes sociales, la France continuera à être l’ « homme malade de l’Europe », avec d’immenses risques de soubresauts ultra-réactionnaires et déshonorants.

Salutations franchement communistes, républicaines, patriotiques et internationalistes.

  • Léon Landini, président du PRCF, ancien officier FTP-MOI, Grand Mutilé de Guerre, Médaille de la Résistance, officier de la Légion d’honneur,
  • Pierre Pranchère, vice-président, ancien maquisard FTPF de Corrèze, ancien député de la nation, ancien euro-député,
  • Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, philosophe,
  • Antoine Manessis, responsable national du PRCF à l’action unitaire.

Le 15 décembre 2015

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre