Où est la nuance?

Nous avons besoin de nuance pour pouvoir vivre dans une société apaisée

Ce qui manque cruellement dans notre société, dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans de nombreux discours politiques... c'est la nuance.

Oui bien sûr, il y a un risque quasi certain d'épidémie de Covid19 en France, oui bien sûr il faut prendre des mesures de précaution, informer les gens. Oui il faut que les hôpitaux se préparent, que les médecins anticipent. Mais pourquoi doit-on voir à la une de presque tous les médias ce décompte morbide du nombre de cas, du nombre de décès, plusieurs fois par jour, comme un compte à rebours vers l'apocalypse ? Pourquoi ne pas expliquer à la place que le taux de mortalité est probablement surévalué (du fait des nombreux cas asymptomatiques non détectés) afin de rassurer les gens? Pourquoi ne pas mettre tous ces chiffres en perspective, pour que tout le monde puisse relativiser, avec tant d'autres chiffres, comme par exemple les 60 000 personnes qui meurent de la grippe saisonnière en Europe chaque année, alors même qu'un vaccin existe... on pourrait alors plus facilement relativiser non?

Oui, évidemment qu'il faut "libérer" la parole des femmes violées, bien sûr qu'il faut que les coupables soient condamnés... Bien sûr qu'il faut se questionner sur le silence, le tabou, le déni autour de ces sujets. Oui il faut que la justice fasse son travail. Mais non il ne faut pas que la société devienne un tribunal, non au lynchage publique et médiatique de Roman Polanski, qui, il faut le rappeler, ne fait l'objet d'aucune condamnation en France et est donc, jusqu'à preuve du contraire, innocent. Une accusation ne suffit pas à faire un coupable. Pourquoi parle-t'on si peu de la présomption d'innocence à laquelle il a le droit? S'il y a prescription des faits, on peut le regretter car il n'y aura pas d'enquête, mais cela ne dit rien sur sa culpabilité. Le doute doit profiter à l'accusé. On peut ne pas vouloir voir son film J'accuse, chacun est libre, mais pourquoi tant de haine autour de ce film qui est autorisé, pour lequel des centaines de personnes ont travaillé, et qui a été en tête du box office dès sa 1ère semaine de sortie, avec plus de 500 000 spectateurs. Pourquoi ne parle-t'on pas de tous ces gens qui ont choisi de voir ce film? De tous ces gens qui ont travaillé pour le faire ? De tous ces gens qui ont décidé de le nommer dans 12 catégories aux Césars. Vu sous cet angle, rien de très surprenant à ce que le film reparte avec une ou plusieurs récompenses non?  Ne nous trompons pas de combat. Se battre pour que les femmes violées et victimes d'agression sexuelle soient entendues,  pour que la justice fasse son travail.. oui! S'interroger sur les délais de prescription pour éviter ce type de situation.. pourquoi pas? Mais s'insurger contre une récompense pour un film vu par plus d'1 million de spectateurs et encensé par la critique... non! De la nuance, s'il vous plait, il nous faut de la nuance...

Se battre pour l'égalité des droits entre l'homme et la femme, bien sûr, il faut le faire... mais arrêtons de parler d'une nécessaire et indispensable égalité homme/femme, car non, nous ne sommes pas anatomiquement, physiologiquement,"hormonalement" égaux et ce n'est pas une honte, c'est un fait, et c'est une chance! Nous devons être égaux en droit, oui, mais nous devons assumer aussi que nous sommes différents, et que cette différence mène à des comportements différents, de fantasmes différents, des désirs différents et à un rapport à la vie différent. Cette différence est une richesse, elle mène au désir, à l'attirance, à la créativité, à la procréation... Cela ne justifie bien sûr en rien les violences faites aux femmes ou l'inégalité des droits. Soyons nuancés, ne répétons pas en boucle que notre objectif est l'égalité à tout point de vue entre les hommes et les femmes. Car ce n'est pas possible, et pas souhaitable. A force de vouloir gommer les différences,  on nie une certaine réalité et on ne s'y retrouve plus. Le risque étant de viriliser les femmes et/ou de castrer les hommes... et je ne suis pas sûre que ce soit souhaitable pour l'équilibre de la société...

De la nuance encore et toujours, il nous en faut, à tous prix, c'est le seul rempart contre les angoisses massives et contre les extrémismes divers et variés. Les politiciens, les médias ont cette responsabilité de nuancer leurs propos pour montrer l'exemple et pour nous permettre de vivre dans une société plus apaisée.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.